• Accueil > 
  • Arts 
  • > Financement des festivals montréalais: deux poids, deux mesures? 

Financement des festivals montréalais: deux poids, deux mesures?

Défilé de la fierté gaie à Montréal.... (Photo: Robert Skinner, archives La Presse)

Agrandir

Défilé de la fierté gaie à Montréal.

Photo: Robert Skinner, archives La Presse

Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
Montréal

En plus d'être nettement inférieur à celui des autres festivals, le financement public de Fierté Montréal ne s'est pas ajusté à la croissance de l'événement annuel, déplore son codirecteur et vice-président, Jean-Sébastien Boudreault.

À quelques jours du coup d'envoi des festivités, l'organisation a fait appel à une lobbyiste -@ qui travaille de façon bénévole -@ pour tenter de voir comment il pourrait être possible de solliciter les différents ordres de gouvernement pour garnir ses coffres.

Car l'aide gouvernementale que touche actuellement Fierté Montréal est «très modeste», voire «minime» comparativement à celle que reçoivent les autres grands événements au Québec, a souligné M. Boudreault en entrevue téléphonique, lundi.

Selon lui, la contribution des différents ordres de gouvernements totalise environ 23 à 26% du budget des autres festivals, alors que Fierté Montréal a généralement droit à moins de 10%. Environ 70% de son budget annuel de 1,8 million provient de partenaires privés.

L'organisation «se pose des questions» face à ce «décalage» et espère faire comprendre aux élus à quel point l'événement - qui a attiré près de 500 000 personnes l'an dernier et généré des retombées économiques de quelque 12 millions - a sa pertinence dans le paysage festivalier québécois.

«On est encore un jeune festival. On est probablement le plus gros des petits festivals ou le plus petit des gros festivals de Montréal. Mais on est la plus grosse Fierté francophone au monde, et ça, je pense que les gens ne le savent pas assez», a fait valoir M. Boudreault.

Le lobbying se fera de façon plus énergique auprès des représentants du gouvernement provincial - Fierté Montréal n'espère pas grand-chose d'Ottawa en raison des positions des conservateurs en ce qui a trait à la communauté lesbienne, gaie, bisexuelle et transgenre (LGBT).

«Du côté fédéral, on a une aide qui est ridicule, qui est minime. C'est vraiment des «pinottes'. Si on était un festival «hétéro', pardonnez le terme, notre financement n'aurait rien à voir avec ce qu'on a présentement. C'est donc d'autant plus important que le provincial nous donne un coup de main», a-t-il déploré.

Cela ne surprend en rien le député Pierre Nantel, porte-parole néo-démocrate en matière de Patrimoine, qui ne peut faire autrement que de constater le désengagement des conservateurs face à cet événement.

«Il y a des milliers de personnes qui vont là, des touristes qui vont là. C'est important pour le quartier, c'est important pour Montréal. Ça ne devrait pas être politisé; ça devrait être évalué de façon objective», a-t-il plaidé.

Le député de Longueuil-Pierre-Boucher n'a pas explicitement prêté d'intentions malveillantes aux députés qui forment le gouvernement, mais il a lancé que ces derniers font «des choix partisans et mesquins» qui se doivent d'être justifiés.

«Personne ne peut s'avancer en disant que c'est de l'homophobie, mais c'est à eux de s'expliquer; c'est à eux de trouver le bon justificatif, parce que dans le doute, on ne peut que croire nos impressions», a-t-il argué.

Côté financement, les nouvelles ne sont guère plus réjouissantes du côté de Québec - à tout le moins, pas pour cette année, prévient-on du côté du gouvernement.

«Nous sommes au courant des insatisfactions de Fierté Montréal; ils nous en ont fait part», a signalé d'entrée de jeu Cynthia Saint-Hilaire, l'attachée de presse de la ministre du Tourisme, Dominique Vien.

Cependant, comme tous les programmes de subventions, celui des festivals et des grands événements sera scruté à la loupe par la Commission de révision permanente des programmes mise en place par le gouvernement de Philippe Couillard.

En attendant les conclusions de l'exercice, Québec honorera toutes les ententes financières qui avaient été prises au préalable, a précisé Mme Saint-Hilaire. Dans le cas de Fierté Montréal, on parle d'une enveloppe annuelle de 60 000 $.

Il n'y a donc aucune bonification en vue pour cette 8e Fierté Montréal. Cela n'empêchera pas la tenue de l'événement, qui se tiendra du 11 au 17 août dans la métropole. Le traditionnel défilé aura lieu en clôture, le dimanche 17 août.




Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer