La cote du public

Cotez cet événement en
survolant les étoiles

Théâtre
Du 22 janvier 2013 au 26 janvier 2013
Théâtre

VU D'ICI

VU D'ICI

Seul en scène pendant une heure et demie, Jocelyn Pelletier interprète ce texte « coup de poing » dans lequel rien n'est épargné : la vie de banlieue, l'économie de marché, la violence, la culture populaire, l'étroitesse d'esprit, la politique, etc.

Vu d'ici se présente comme un pamphlet contre la télévision et l'abrutissement social qu'elle génère. C'est une charge contre la médiatisation outrancière qui banalise, désensibilise, asservit, aplanit. C'est aussi une virulente critique de la société québécoise contemporaine, la production télévisuelle en étant le reflet.

Mais bien au-delà de la simple dénonciation, Vu d'ici se veut un appel à la dissidence, pour combattre la futilité et l'immobilisme, pour réveiller une génération endormie. Christian Lapointe met ici en scène le cri de révolte de la jeunesse, une parole forte et surtout pas politiquement correcte.

Vu d'ici agit comme un cri d'alerte nous permettant de prendre conscience des effets pernicieux et dévastateurs de cet écran omniscient braqué sur nos vies.
Le Théâtre Péril est connu pour ses productions exigeantes, creusant une dramaturgie prisant le risque, et la tentative d'élaborer des langages théâtraux propres à chaque expérience artistique jalonnant son parcours.
Partis du symbolisme, Lapointe et ses collaborateurs se le sont, à l'instar des héritiers de ce mouvement, approprié et ont emprunté, entre autres, à la performance et à la dramaturgie contemporaine maints éléments à présent caractéristiques de leur style de jeu et de l'écriture de leurs spectacles, tel le fait qu'ils sont pratiquement dénués de fable, de personnages et de continuité spatio-temporelle. Il n'en demeure pas moins que le chemin parcouru par la petite compagnie de Québec, encore peu soutenue par les instances publiques, est impressionnant. En cela, le Théâtre Péril constitue-t-il une exception dans le paysage théâtral québécois ? Peut-être pas. Dix ans ont toutefois suffi à prouver que la compagnie n'est pas de celles qui se font dicter leur ordre du jour par ce qui est populaire et plaît au plus bas dénominateur commun.

Hervé Guay - Rappels 2009-2010, Répertoire et bilan de la saison théâtrale au Québec (hiver 2012)

La critique

Partager

publicité

publicité

Jeu 18

Ven 19

Sam 20

Dim 21

Lun 22

Mar 23

Mer 24

image title
Fermer