Deux millions pour la santé mentale

De gauche à droite : Pierre Boivin Christine...

Agrandir

De gauche à droite : Pierre Boivin Christine Colin, Michael M Fortier Patricia Conrod, Martin Thibodeau, Léa Noirhomme et Geneviève Allard.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

Grâce à un don de deux millions de dollars offert par RBC Banque Royale, et annoncé le 14 octobre dernier, le CHU Sainte-Justine peut maintenant ériger les premières assises de son programme de prévention de la maladie mentale en milieu scolaire. Basé sur un modèle éprouvé dans plusieurs pays, ce programme sera déployé dans une trentaine d'écoles secondaires de la grande région de Montréal. Il vise à dépister et à intervenir en amont de la maladie mentale chez les adolescents entre 12 et 18 ans, directement dans leur milieu de vie, permettant ainsi de réduire l'impact de la maladie à long terme.

« Les études démontrent que dès l'âge de 12 ans, les adolescents commencent à faire l'expérience de l'alcool et des drogues. Le cerveau étant encore en développement, ces substances peuvent infliger plus de dommages neurologiques qu'à un cerveau adulte, notamment chez les jeunes qui sont à risque de développer une maladie mentale. Il est donc impératif de dépister rapidement et en amont la maladie et de mettre en place un plan d'intervention adapté à la condition de chaque jeune », a dit le Dr Patricia Conrod, psychologue clinicienne au CHU Sainte-Justine et professeure agrégée au Département de psychiatrie de l'Université de Montréal. « En assurant une meilleure prise en charge et un accès optimal aux services de santé, ce programme permettra à long terme d'améliorer le développement du jeune, tant sur le plan de l'engagement que de la réussite scolaire, de prévenir l'abus de drogues et de diminuer l'impact de la maladie mentale. »

Le projet sera décliné en trois volets. Il vise premièrement à identifier les jeunes présentant l'un des cinq profils de vulnérabilité : impulsivité, recherche de sensations fortes, anxiété, dépression et tendance à la psychose. Il propose ensuite des interventions adaptées à chaque jeune et favorise ainsi une prise en charge précoce et intégrée, de concert avec les intervenants du milieu.

Un second volet prévoit la mise sur pied d'un centre de soutien et d'intervention visant à mieux outiller les parents et les familles dans leurs interventions auprès du jeune. Enfin, un troisième volet portera sur la création d'une plateforme regroupant l'ensemble des connaissances générées par les professionnels québécois et canadiens oeuvrant en santé mentale. Cet outil incontournable assurera le partage des connaissances entre les différents professionnels de la santé, un meilleur accompagnement des familles partout en province durant tout le processus d'intervention et une diffusion de la formation à l'échelle canadienne.

« Au Québec, le CHU Sainte-Justine a pris l'initiative de développer ce projet novateur qui s'inscrit dans une stratégie nationale d'amélioration continue des services en santé mentale pour les jeunes, ce qui démontre une fois de plus le leadership de notre institution et notre expertise reconnue en pédopsychiatrie et en maladies mentales, a affirmé le Dr Fabrice Brunet, président-directeur général du CHU Sainte-Justine. « Ce don de RBC Banque Royale nous permettra donc d'avoir un impact significatif sur le mieux-être de la population des enfants et des adolescents. »

« RBC Banque Royale est fière d'être partenaire du CHU Sainte-Justine, qui innove sans cesse afin d'améliorer la santé des jeunes Québécois. Grâce à ce projet porteur d'espoir, nous serons en mesure de rejoindre, dans leur collectivité, des jeunes aux prises avec des problèmes de santé mentale. La contribution financière de RBC Banque Royale s'inscrit dans le long terme et vise à améliorer les collectivités dans lesquelles nous évoluons », a dit Martin Thibodeau, président, RBC Banque Royale, direction du Québec.

« Nous sommes très fiers de pouvoir compter sur un grand partenaire comme RBC Banque Royale, qui représente un levier important dans le déploiement de cette initiative pancanadienne », a affirmé Maud Cohen, présidente et directrice générale de la Fondation CHU Sainte-Justine. « Grâce à ce don exemplaire, qui s'inscrit dans le cadre de notre campagne Plus mieux guérir, les équipes du CHU Sainte-Justine pourront offrir le meilleur soutien et accompagnement possible aux adolescents et aux familles touchés par la maladie mentale. »

Étaient également présents Pierre Boivin O.C., coprésident de la campagne Plus mieux guérir, le Dr Christine Colin, directrice de la promotion de la santé, CHU Sainte-Justine, L'honorable Michael M Fortier cp, président du conseil d'administration, Fondation CHU Sainte-Justine, Léa Noirhomme, étudiante au baccalauréat en psychologie, UQAM, et Geneviève Allard, psychoéducatrice en milieu scolaire.

Le Centre hospitalier universitaire (CHU) Sainte-Justine est le plus grand centre mère-enfant au Canada et le 2e plus important centre pédiatrique en Amérique du Nord. Il est membre du grand réseau d'excellence en santé de l'Université de Montréal (RUIS). Le CHUSJ comprend 484 lits dont 35 au Centre de réadaptation Marie Enfant (CRME), seul centre dédié exclusivement à la réadaptation pédiatrique au Québec. L'OMS a reconnu le CHU Sainte-Justine « Hôpital promoteur de la santé ».

La Fondation CHU Sainte-Justine a pour mission de mobiliser la communauté et soutenir le CHU Sainte-Justine dans sa mission d'excellence pour offrir aux enfants et aux mamans d'aujourd'hui et de demain un des meilleurs niveaux de santé au monde.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer