520 000$ pour l'autisme

Yvan et Evelyn Cournoyer, Véronique St-Pierre, Herbert Black...

Agrandir

Yvan et Evelyn Cournoyer, Véronique St-Pierre, Herbert Black

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

Le 14 juillet dernier au club de golf Hillsdale, situé à Mirabel, 200 golfeurs ont participé au 50e tournoi de golf de la Fondation Miriam, en mémoire de Lori Black.

Cet événement, le plus ancien tournoi de golf caritatif au Canada, a encore été un succès cette année grâce à l'aide de son président d'honneur, l'homme d'affaires montréalais Herbert Black, qui a notamment aidé à récolter la somme de 520 000$ pour la Fondation. Ce montant amassé permettra à la Fondation Miriam de continuer à offrir des services de soutien personnalisés aux personnes atteintes du trouble du spectre de l'autisme et de déficience intellectuelle. C'est pour cette bonne cause que se sont rassemblées de nombreuses personnalités publiques, dont les anciens joueurs vedettes des Canadiens de Montréal, Yvan Cournoyer et Guy Carbonneau ainsi que Paul Karwatsky, chef d'antenne à CTV. 

« Cette année marque un jalon dans notre histoire en faisant de ce tournoi de golf charitable le plus ancien au Canada, mais aussi parce que nous venons de passer la barre des 500 000 $ récoltés. Ces fonds serviront encore une fois à soutenir des programmes du Centre Gold et du Centre Miriam pour aider les personnes de tous âges ayant un TSA ou une DI. Je tiens à remercier tous nos commanditaires, donateurs, bénévoles, le président du tournoi, M. Norman Bercovitch, et bien sûr et notre président d'honneur, M. Herbert Black, sans qui rien de cela ne serait possible », mentionne Warren Greenstone, président directeur général de la Fondation Miriam.

La Fondation Miriam oeuvre depuis plus de 40 ans pour qu'une plus grande compréhension des troubles du spectre de l'autisme (TSA) et des déficiences intellectuelles (DI), ainsi que des nouvelles recherches à ce sujet permettent d'améliorer la qualité de vie de tous ceux qui en sont affectés. À cette fin, la Fondation sollicite des fonds et les investit, en plus de voir au bon fonctionnement des points suivants : créer et soutenir des programmes cliniques, développementaux, résidentiels et de répit pour les enfants et les adultes ayant des TSA ou une DI; assurer l'éducation et la formation des professionnels, aidants et membres de la famille; favoriser la recherche spécialisée axée sur l'amélioration du diagnostic et l'élaboration de nouveaux traitements et de nouvelles interventions pour les personnes ayant des TSA et des DI; offrir des activités sociales et récréatives pour promouvoir l'inclusion dans la société.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer