Transfert d'entreprises

En chiffres

Stéphane Champagne

Collaboration spéciale

La Presse

4,6 %

 

Pourcentage de femmes intéressées par le rachat d'une entreprise. Les Québécoises sont en effet moins intéressées par le rachat d'une entreprise (4,6 % contre 12,9 % chez les hommes) et même par la relève (5,3 % contre  7,0 % chez les hommes), privilégiant la création d'une nouvelle entreprise (73,8 % contre 64,1 % chez les hommes).

 

9,3 %

 

Pourcentage de jeunes Québécois souhaitent prendre la relève de l'entreprise où ils travaillent. L'Indice Entrepreneurial Québécois 2014 montre qu'à l'étape d'« intentions entrepreneuriales », par rapport au reste du Canada (RDC), deux fois plus de jeunes Québécois souhaitent prendre la relève de l'entreprise qui les embauche, qu'il s'agisse ou non d'une entreprise familiale (9,3 % contre 4,6 %).

 

40 %

 

Pourcentage des entreprises canadiennes qui disent avoir un plan de relève informel. Du lot, un maigre 9 % ont un plan formel écrit.

 

38 000

 

Nombre estimé d'entreprises qui n'auraient pas de repreneurs d'ici 2020. C'est ce qui ressort du rapport « La relève est-elle au rendez-vous? » publié par la Fondation de l'entrepreneurship en 2010. Or, cet imporant manque n'est pas encore matérialisé. Tout au plus, il est repoussé, disent les experts.

 

- Sources : FCEI, Fondation de l'entrepreneurship et HEC Montréal.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer