Une relève déterminée dès le premier jour

Luc Forand et son fils Alexandre, de l'entreprise... (PHOTO STÉPHANE CHAMPAGNE, COLLABORATION SPÉCIALE)

Agrandir

Luc Forand et son fils Alexandre, de l'entreprise ConfortMédic Technologies, à Saint-Césaire.

PHOTO STÉPHANE CHAMPAGNE, COLLABORATION SPÉCIALE

Stéphane Champagne

Collaboration spéciale

La Presse

Au moment de prendre sa retraite, Luc Forand voulait se lancer en affaires. Pas seulement pour s'offrir une deuxième carrière, mais surtout pour en faire profiter ses six enfants, tous actionnaires de ConfortMédic Technologies, un manufacturier spécialisé dans les équipements de soins d'hygiène pour les personnes en perte d'autonomie. Trois mots-clés pour mieux comprendre le processus de cession dans la famille Forand.

Réflexion

La relève a été déterminée dès l'achat de ConfortMédic Technologies, en 2007-2008, signale Luc Forand, 60 ans. «À l'époque, j'allais prendre ma retraite et mon fils Alexandre s'apprêtait à terminer ses études en génie mécanique. On s'est dit que ça pourrait être intéressant d'acheter une entreprise où on pourrait mettre nos talents en commun.» Un conseil d'administration, auquel siège Luc Forand, sa conjointe et leurs six enfants, dont l'un était encore mineur à l'époque, a été mis sur pied. «Dès le début, nous avons misé sur la transparence, explique le patriarche. Tout le monde est actionnaire, mais pas au même niveau.»

Famille

Pour l'heure, seuls Luc, président, et Alexandre, vice-président, travaillent à plein temps au sein de l'entreprise. Mais la majorité des autres membres de la famille participent, de près ou de loin, à l'évolution de la PME.

«L'une de mes filles est notaire, explique Luc Forand. C'est elle qui a rédigé la convention entre actionnaires en 2010. Par souci d'équité, les objectifs et les attentes de chacun ont été pris en compte. On s'est laissé une grande marge sur tout ce qui pourra survenir à l'avenir.»

Un des fils, diplômé en multimédia, s'est notamment occupé du site web de l'entreprise. Sa soeur, diplômée en communications, a elle aussi mis ses compétences au service de la PME familiale. «Notre force, c'est la communication. On n'a pas peur de se dire les vraies affaires, dit Luc Forand. J'ai trop vu d'exemples d'entreprises où des membres d'une famille étaient mis de côté. Souvent par manque d'équité ou de communication.»

Continuité

«Bien évidemment, on regarde où on veut amener l'entreprise, explique Luc Forand. Va-t-on développer des niches? Allons-nous créer des partenariats? Où allons-nous nous situer par rapport à la concurrence?»

Au-delà des activités quotidiennes, le président veut incessamment commencer à faire des gestes qui auront des conséquences sur la suite des choses. «Céder nos actions aux enfants est quelque chose dont nous avons commencé à parler au C.A., dit-il. Certains d'entre eux peuvent encore se joindre à l'entreprise. J'ai déjà établi quelques scénarios. D'ailleurs, nous allons bientôt, ma conjointe et moi, rencontrer un fiscaliste pour savoir quels sont les meilleurs gestes à faire.»

En plus de la PME manufacturière, Luc Forand a fondé une entreprise qui est propriétaire d'un immeuble de 30 000 pi2 dans lequel sont situées les installations de ConfortMédic Technologies. L'homme d'affaires possède en outre près de 100 acres de terres cultivables. «Je dois jongler avec ces trois entités, dit-il. Une bonne planification s'impose.»




À découvrir sur LaPresse.ca

  • L'art du lâcher-prise

    Transfert d'entreprise

    L'art du lâcher-prise

    Jusqu'à 10 000 entreprises québécoises sont menacées de fermeture au cours des 10 prochaines années en raison du manque de relève, selon une étude de... »

  • Une cession sur 10 ans

    Transfert d'entreprise

    Une cession sur 10 ans

    Daniel Pelletier, président d'Artopex, à Granby, s'est donné 10 ans pour assurer la cession de son entreprise à ses fils Martin et Francis.... »

  • Ne pas perdre la passion des affaires

    Transfert d'entreprise

    Ne pas perdre la passion des affaires

    Contrairement aux chefs d'entreprises qui ne savent plus quoi faire de leur temps après avoir cédé leur entreprise, Roger Gauthier a fait le choix de... »

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer