Repas d'affaires: pour un petit-déjeuner court et efficace

Entre stratégie, protocole et étiquette, le repas d'affaires est un exercice... (PHOTO THINKSTOCK)

Agrandir

PHOTO THINKSTOCK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Beauséjour

Collaboration spéciale

La Presse

Entre stratégie, protocole et étiquette, le repas d'affaires est un exercice complexe qui peut parfois s'avérer périlleux. Cette semaine, nos deux spécialistes démystifient le petit-déjeuner d'affaires.

Qui invite-t-on à un petit-déjeuner et dans quel but?

«Inviter un inconnu à petit-déjeuner peut être une excellente façon de faire les présentations rapidement, souligne Esther Pelchat. Proposez un petit-déjeuner et vous verrez ensuite si la personne suggère plutôt un lunch. » Le petit-déjeuner permet aussi de rencontrer des clients avec qui on a déjà une bonne relation d'affaires, précise Louis Dussault. « On y va pour discuter d'un point précis avant d'aller au bureau», ajoute-t-il.

Qui doit choisir le resto ? Et comment faire le bon choix?

«C'est toujours celui qui invite qui choisit l'endroit, affirme d'emblée Louis Dussault. Et on invite pour 7 h 30. Certains n'hésitent pas à inviter plus tôt, mais pas moi. » Selon lui, la durée du repas ne devrait pas dépasser une heure. Esther Pelchat suggère de prendre en compte le milieu dans lequel notre client travaille. « Le PDG d'une grande entreprise vous accordera une heure, mais exigera d'être au bureau pour 7 h 30, dit-elle. Les gens des entreprises culturelles, qui doivent souvent assister à des premières le soir, accepteront volontiers une invitation autour de 9 h.»

Quand peut-on commencer les discussions sur le travail?

«On doit attendre que le café soit servi avant d'entamer les discussions d'affaires. Et on n'attend pas plus longtemps», précise M. Dussault. Ce serait tout aussi mal vu, selon lui. « Les gens ont une multitude de tâches à accomplir au bureau. On ne leur fait pas perdre de temps.»

Si le petit-déjeuner est de type buffet, quelles sont les règles à suivre?

C'est encore une fois l'hôte qui doit inviter ses convives à se lever de table pour aller se servir. L'hôte doit aussi s'assurer que tous ses invités ont réussi à remplir une assiette avant de se servir lui-même. «Et on ne revient pas à la table avec des portions gigantesques », note Esther Pelchat. On peut ensuite inviter les convives à se servir une deuxième fois. «Mais on n'y retourne pas seul», ajoute-t-elle.

Une stratégie à employer pour réussir son petit-déjeuner d'affaires?

Selon Louis Dussault, un repas d'affaires n'est pas fait pour manger. «Le but premier de la rencontre est de discuter d'un sujet relié au travail. Il faut donc être préparé», affirme-t-il. Pour Mme Pelchat, le succès réside plutôt dans un bon dosage de travail... et d'alimentation. «Il ne faut jamais oublier que l'on représente notre entreprise. Mais il faut également laisser à son invité du temps pour manger. Vous ne serez pas plus avancé si votre client ou votre nouveau contact quitte le restaurant affamé juste avant de commencer sa journée au bureau. Surtout s'il s'agit d'une première rencontre.»

Quelle est l'étiquette entourant la serviette de table?

«Si elle est en tissu, on la dépose sur ses genoux dès que l'on s'assoit à la table. Si elle est en papier, on la garde près de son assiette. Sur nos genoux, cette dernière aurait tendance à toujours tomber par terre. Cela pourrait nuire aux discussions», conclut Esther Pelchat.

Lundi prochain : le lunch d'affaires.

5 adresses pour le petit-déjeuner d'affaires

Le restaurant Maison Boulud... (PHOTO FOURNIE PAR MAISON BOULUD) - image 2.0

Agrandir

Le restaurant Maison Boulud

PHOTO FOURNIE PAR MAISON BOULUD

Maison Boulud : pour en mettre plein la vue

Situé dans le prestigieux hôtel Ritz-Carlton, le restaurant Maison Boulud séduit autant par son décor que par le contenu de ses assiettes. Une adresse de prestige au centre-ville.

http://www.maisonboulud.com/francais/

Le restaurant Spanel Crêperie... (PHOTO FOURNIE PAR LE RESTAURANT SPANEL) - image 3.0

Agrandir

Le restaurant Spanel Crêperie

PHOTO FOURNIE PAR LE RESTAURANT SPANEL

Spanel Crêperie : décontracté... et sans gluten

Faites de farine de sarrasin biologique, les crêpes de ce petit resto de Griffintown comptent de plus en plus d'adeptes. On y va avec des clients que l'on connaît bien (ou allergiques au gluten).

http://www.spanel.ca/

Le restaurant Suite 701... (PHOTO FOURNIE PAR LE RESTAURANT SUITE 701) - image 4.0

Agrandir

Le restaurant Suite 701

PHOTO FOURNIE PAR LE RESTAURANT SUITE 701

Suite 701 : pour les lève-tôt

Ce restaurant du Vieux-Montréal se trouve à quelques minutes de la Caisse de dépôt et placement du Québec. Le petit-déjeuner y est offert dès 6 h 30 en semaine. Les lunchs y sont tout aussi populaires.

http://suite701.com/fr/

Le restaurant Le Quai 19... (PHOTO FOURNIE PAR LE RESTAURANT LE QUAI 19) - image 5.0

Agrandir

Le restaurant Le Quai 19

PHOTO FOURNIE PAR LE RESTAURANT LE QUAI 19

Le Quai 19 : une valeur sûre à Québec

Additionnez le charme de la Vieille Capitale à un décor moderne et vous obtiendrez Le Quai 19. Une adresse prisée par le milieu des affaires de Québec, et ouverte du matin jusqu'au soir.

http://www.lequai19.com/

Maison Boulud au Ritz-Carlton... (PHOTO HUGO-SéBASTIEN AUBERT, LA PRESSE) - image 6.0

Agrandir

Maison Boulud au Ritz-Carlton

PHOTO HUGO-SéBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Mondo Resto-Bar : à Sherbrooke

Véritable institution à Sherbrooke, le Mondo attire une clientèle d'affaires les matins, midis et soirs. On retrouve deux autres succursales à Trois-Rivières et Saint-Georges de Beauce.

http://www.mondorestobar.com/

Louis Dussault... (PHOTO NATHALIE ST-PIERRE) - image 7.0

Agrandir

Louis Dussault

PHOTO NATHALIE ST-PIERRE

Louis Dussault

Adjoint au chef du protocole du gouvernement du Québec de 1975 à 1978 et chef du protocole de la Ville de Montréal de 1988 à 1995, Louis Dussault est aussi l'auteur du livre Le protocole, instrument de communication qui fut traduit en plusieurs langues. Sommité dans le domaine du protocole, il donne régulièrement des conférences et des séminaires de formation partout sur la planète. M. Dussault est également professeur associé au Département de communication sociale et publique de l'UQAM et membre de la Chaire de relations publiques et communication marketing. Pour Louis Dussault, un repas d'affaires sert avant tout à faire passer un message.

Esther Pelchat... (PHOTO FOURNIE PAR ESTHER PELCHAT) - image 8.0

Agrandir

Esther Pelchat

PHOTO FOURNIE PAR ESTHER PELCHAT

Esther Pelchat

Consultante, formatrice et conférencière, Esther Pelchat possède une solide expérience en matière d'étiquette et de protocole. Diplômée de l'École internationale d'étiquette et de protocole, elle propose à ses clients une approche plutôt simple et rafraîchissante de l'étiquette des affaires. Mme Pelchat a occupé divers postes au sein de grandes entreprises biotechnologiques et pharmaceutiques, où elle a dirigé plusieurs événements nationaux et internationaux. Pour Esther Pelchat, le repas d'affaires est un exercice complexe où deux individus, qui représentent deux entreprises différentes, doivent faire attention à leur image, échanger de l'information... et réussir à manger.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer