CAP SUR LA RETRAITE POUR L'HÉROÏNE À CAPE

REER: Super-héros en péril financier: la Femme-chauve-souris est dans le noir

Âgée de 45 ans, Cath Asstrof --alias la... (Photos Hugo-Sébastien Aubert; graphisme Philippe Tardif, La Presse)

Agrandir

Âgée de 45 ans, Cath Asstrof --alias la Chauve-souris-- est piégée par ses épargnes insuffisantes. Parviendra-t-elle à prendre son envol ? Peut-être, mais il lui faudra l'aide de Raphaël Hainault, conseiller en gestion de patrimoine à la Financière des professionnels.

Photos Hugo-Sébastien Aubert; graphisme Philippe Tardif, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

REER
REER

Consultez notre dossier sur le Régime enregistré d'épargne-retraite (REER). »

Marc Tison
La Presse

Les aventures financières de trois superhéros. Un ton léger mais un fond sérieux, avec de véritables planificateurs... Cette semaine : la Femme Chauve-souris

L'évasion

QUELQUE PART DANS LA NUIT NOIRE DE MONTRÉAL

Le bat-cellulaire de la Chauve-souris résonne. Bat-drinnng !!! Le chef de police est au bout du fil.

-- Le Pingouin s'est échappé !

-- Je file au Biodôme !

--  Il veut sans doute remettre sur pied son trafic d'héroïne. Méfiez-vous.

-- Il ne m'attrapera pas, réplique l'héroïne.

En effet, la femme de 45 ans s'est maintenue dans une forme splendide.

Sous son masque se cache Catherine Asstrof - ses amis l'appellent Cath. Voulant voler de ses propres ailes, elle est traductrice pigiste, avec un petit contrat pour l'Insectarium - un travail alimentaire, dit-elle. 

Vingt ans plus tôt, une chimiothérapie lui avait fait perdre temporairement tous ses cheveux. L'épreuve l'avait incitée à reprendre à son compte l'idée du fameux justicier masqué : la nuit venue, la jeune femme sans cheveux deviendrait la Chauve-souris !

Si un homme pouvait le faire, elle le ferait aussi. « Pas de chauvinisme ! », s'était-elle écriée.

Depuis, le cancer s'est résorbé, les cheveux ont repoussé, mais la motivation est demeurée. Elle n'a toutefois jamais eu les moyens de son riche inspirateur. À défaut d'une bat-cave, elle a installé un bat-sous-sol, dans sa petite maison de banlieue.

Elle enfile ses bat-bottes, saisit son bat-bâton, monte à bord de sa bat-voiture et ferme la portière.

« Bat-tinsse, jure-t-elle. Je ne m'habituerai jamais à ce rideau dans le dos. »

Malheureusement, ses responsabilités de supermère chef de famille monoparentale, qu'elle devait concilier avec son boulot non rémunéré de superhéroïne, ne lui ont pas permis d'épargner autant qu'elle aurait voulu.

BWMASTER_002_1
img upload

FICHE SIGNALÉTIQUE

Nom : Catherine Asstrof (surnommée Cath)

Âge : 45 ans

Identité secrète : la Chauve-souris

Caractère : disciplinée, grand courage physique, mais financièrement prudente

Travail : traductrice pigiste

Régime de retraite : aucun

Mère chef de famille monoparentale

Deux enfants de 13 et 15 ans

Propriétaire d'une maison de plain-pied en banlieue

Projets : mener ses enfants à l'université, prendre sa retraite à 60 ans

La Chauve-souris est dans le noir le plus complet. Pour y voir plus clair, elle appelle le planificateur financier Raphaël Hainault.

«Je ne peux plus continuer à l'aveugle, confie-t-elle. J'ai peur de frapper un mur.» 

-- Quand voulez-vous prendre votre retraite ?

-- Idéalement, j'aimerais me poser vers 60 ans.

-- Envoyez-moi vos données financières, je peux vous préparer un plan de vol. 

 

CHAUVE-SOURIS, REVENUS ET DÉPENSES

Revenus bruts : 85 000 $

Revenu net : 80 000 $ (5000 $ de dépenses de bureau à domicile)

Revenu après impôts : 59 000 $

Coût de la vie : 52 600 $

Cotisations REEE : 2000 $

Cotisations REER : 4000 $

REER : 32 000 $

CELI : 5000 $

REEE aînée : 2500 $

REEE cadet : 1200 $

Maison : valeur de 350 000 $

Solde hypothécaire : 210 000 $

Le rendez-vous secret

Deux jours plus tard, Raphaël Hainault invite la Chauve-souris à entrer dans son bureau.

BWMASTER_002_C

-- Aïe !

Sa cape est restée prise dans la porte.

Célibataire, Cath Asstrof est la mère de deux chauves-souriceaux de 13 et 15 ans, dont elle veut payer les études universitaires. 

« Vous avez des objectifs qui sont ambitieux, mais un peu difficiles à réaliser, commence le planificateur.

« Je pense que vous devriez penser davantage à vous, quitte à ce que vos enfants aient un peu de dettes d'études, qu'ils utilisent les prêts et bourses... »

Il résume : 

« Il va falloir mettre cap sur l'épargne.

- Pas question que je me sépare de ma cape. Je vais épargner autrement. »

Selon les calculs du planificateur, l'héroïne masquée pourrait épargner 15 000 $ par année, versés dans son REER. Cette cotisation produirait un remboursement d'impôt de 3000 $, qui s'ajouterait à la cotisation de l'année suivante.

Même avec un rendement raisonnable de 4,5 %, cette récolte ne lui suffit pas pour prendre sa retraite à 60 ans en conservant son coût de vie actuel.

« Il va falloir mettre la main à la pâte un petit peu plus longtemps que prévu.

-- Je ne suis pas pâtissière, je suis traductrice.

-- C'était une image.

-- Pas illustratrice, traductrice.

-- Selon mes calculs, vous devrez travailler jusqu'à 65 ans, mais de 60 à 65 ans, vous pourrez ralentir à 75 % de ce que vous travaillez actuellement. 

-- Je travaille 35 heures. Je réduirais donc à 26 h et 15 minutes par semaine.

-- C'était une approximation. »

Le piège

Son revenu aurait pu lui permettre d'accumuler davantage d'épargnes. Il y a quelques années, elle a perdu plusieurs dizaines de milliers de dollars dans un investissement malheureux.

« Un coup de tête qui m'a menée à un cheveu de la faillite », raconte la Chauve-souris.

« Il se présentait sous le nom de Jaucqueur. Hilare Jaucqueur. Un farceur de la pire espèce. Il promettait un rendement de 18 %, à capital garanti. Je m'étais laissé convaincre par son sourire enjôleur. Il s'appelait en fait Gervais Viday-Lecompte. J'aurais dû me méfier. Mais Je l'ai fait coffrer. »

Danger : longévité

En planification de retraite, le risque de longévité - le risque de survivre à ses épargnes - est un point essentiel. Raphaël Hénault a (vraiment !) fait ses devoirs.

« Le gros problème des chauves-souris - c'est un point que j'ai vérifié sur internet -, c'est qu'elles ont le record de longévité chez les petits animaux. Vous risquez de vivre longtemps. 

- Ah non ! », se désole la noctambule.

batgirl_005

Aura-t-elle assez d'épargnes pour soutenir son coût de vie jusqu'à 96 ans, âge auquel elle aura 25 % de probabilité d'être encore vivante ?

« En raison de votre longévité, on pourrait tirer un grand avantage à retarder le moment où vous allez faire la demande de la RRQ et de la pension de la Sécurité de la vieillesse », évoque le planificateur.

En commençant à retirer ses rentes gouvernementales à 70 ans plutôt qu'à 65 ans, elle toucherait 29 000 $ par année plutôt que 20 500 $, jusqu'à son décès, aussi tardif soit-il.

-- Mais est-ce que j'ai suffisamment de revenus entre 65 et 70 ans ? Je ne veux pas me couper les ailes.

-- Vous pourriez vendre la maison et libérer 100 000 $, qui pourraient être utilisés pour les premières années de la retraite... »

Bat-dring !!!

C'est le chef de police.

-- Il y a urgence pour un sauvage.

-- On dit sauvetage , corrige la Chauve-souris, riant sous cape.

Et elle s'élance vers sa bat-voiture.

FIN

Merci au conseiller en gestion de patrimoine Raphaël Hainault, de la Financière des professionnels, de s'être prêté au jeu.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer