Trois programmes dans l'air du temps

Les cocréateurs du MOOC de groupe de McGill... (PHOTO FOURNIE PAR L'UNIVERSITÉ MCGILL)

Agrandir

Les cocréateurs du MOOC de groupe de McGill Social learning for Social Impact sont, dans l'ordre habituel, Leslie Breitner, Carlos Rueda, Henry Mintzberg et Anita Nowak.

PHOTO FOURNIE PAR L'UNIVERSITÉ MCGILL

Martine Letarte

Collaboration spéciale

La Presse

L'Université de Sherbrooke tente une nouvelle approche en santé organisationnelle, Concordia a adapté deux programmes en administration des affaires et McGill a lancé cet automne son premier MOOC (Massive Open Online Course) de groupe.

Université McGill

Des milliers d'étudiants de partout dans le monde suivent gratuitement le cours en ligne Social Learning for Social Impact, travaillent en équipe et apprennent à réaliser des initiatives sociales qui auront des retombées. C'est la proposition du MOOC (Massive Open Online Course) de groupe, une première à l'Université McGill.

La formation comprend sept sessions de formation d'une heure qui ont nécessité chacune une journée de tournage avec 30 participants invités.

Les étudiants ont deux semaines entre les sessions pour réaliser un travail en équipe sur une thématique choisie.

«Certains travaillent sur un projet d'école roulante pour les camps de réfugiés syriens, d'autres sur le problème de traite de personnes aux Philippines, une équipe qui inclut des Américains et des Afghans travaille même sur un projet pour améliorer la tolérance culturelle et religieuse en Afghanistan», énumère Anita Nowak, cocréatrice du MOOC de groupe.

Un nouveau groupe pour le cours Social Learning for Social Impact devrait être lancé l'an prochain.

Université Concordia

Le certificat et le diplôme de deuxième cycle en administration des affaires de l'École de gestion John-Molson de l'Université Concordia ont été revus après cinq ans d'existence. On a notamment pensé davantage aux nouveaux arrivants et aux jeunes.

«Bien des nouveaux arrivants qui connaissent mal le milieu du travail ici et des jeunes qui viennent de terminer un baccalauréat dans une discipline comme le génie, ou la sociologie, s'inscrivent à ces programmes parce qu'ils veulent développer des compétences dans le domaine de l'administration des affaires», remarque Sandra Betton, professeure à l'École de gestion John-Molson et directrice des deux programmes.

C'est pour cette raison que le cours Professional Business Skills a été ajouté. Les étudiants y apprennent notamment quelques clés pour mieux interagir oralement avec les gens d'affaires et construire des présentations écrites. Le travail d'équipe, la négociation et la résolution de conflits sont aussi des éléments abordés dans le cours.

Ces programmes s'adressent à des gens qui ont des études de premier cycle dans des domaines très variés.

Université de Sherbrooke

La santé organisationnelle inclut à la fois la santé physique et mentale des employés, de même que leurs impacts sur la performance de l'entreprise. L'Université de Sherbrooke lancera en janvier à son campus de Longueuil un nouveau microprogramme de deuxième cycle sur ce thème d'actualité.

«Nous avons dans les organisations des spécialistes de la santé et sécurité des employés, puis des spécialistes des ressources humaines plus axés sur la performance des organisations, mais on réalise que, dans la réalité, ces enjeux sont très liés, et aucun programme ne permettait encore d'aborder ces deux volets de la santé organisationnelle», explique France St-Hilaire, responsable du nouveau programme.

L'objectif est de permettre à différents professionnels dans les organisations d'arriver à gérer ces enjeux complexes interreliés.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer