Cinq trucs pour économiser

Un sou économisé est un sou gagné. Comment, alors, économiser pour se retrouver... (PHOTO INGOLFUR BRUUN, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

PHOTO INGOLFUR BRUUN, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Simon Lord

Collaboration spéciale

La Presse

Un sou économisé est un sou gagné. Comment, alors, économiser pour se retrouver avec un portefeuille mieux garni ? Voici une poignée de petits trucs et de ressources pour sauver de l'argent, épargner, et ainsi se préparer à arrêter de travailler.

Alimentation

www.soscuisine.com

L'alimentation peut rapidement grignoter notre budget. Pour économiser, l'intervenante en consommation Jacinthe Nantel, de l'ACEF des Basses-Laurentides, propose d'élaborer des menus aux deux semaines en fonction des spéciaux.

« Idéalement, il faut aller à l'épicerie la première semaine pour acheter tout ce qu'on peut et n'y retourner qu'une seule fois pour le périssable », dit-elle.

Ici, le site SOS Cuisine est très utile. Il compare les spéciaux dans les supermarchés pour identifier les vraies aubaines et suggère des recettes à élaborer à partir de ces produits.

Autre truc : magasiner sans les enfants. Leurs goûts sont souvent coûteux, rarement santé.

Achats

La vie coûte cher. Comment s'assurer que nos dépenses essentielles demeurent raisonnables ?

« Magasiner hors saison et attendre les soldes », répond Jacinthe Nantel.

En avril, par exemple, c'est le temps d'acheter un vélo, des outils de jardin ou de construction, des draps et serviettes, des articles pour la cuisine ou pour bébés ainsi que des accessoires de piscine.

Sinon, acheter usagé. L'an dernier, le Canadien moyen a économisé 480 $ en achetant de seconde main.

Sur les sites de petites annonces, utiliser les alertes. Elles permettent d'être informé par courriel lorsqu'une annonce paraît, par exemple, pour une tente à moins de 70 $.

Outils

laremise.ca

Faire nous-mêmes nos rénos et nos petits travaux est un excellent moyen de bâtir notre épargne. Sauf que les outils coûtent cher.

« On peut par exemple souvent se retrouver avec des outils que nous utilisons une seule fois par année, comme une fendeuse à bois, un compresseur ou une scie à céramique », dit Jacinthe Nantel.

Pourquoi pas, entre amis ou en famille, convenir de partager les outils qu'on achète ?

Sinon, à Montréal, La Remise offre à ses membres d'emprunter des outils, comme dans une bibliothèque - mais attention aux frais de retard !

Loisirs

Les services municipaux sont une excellente façon d'économiser sur les dépenses en divertissement.

« Ici, à Mirabel, il y a des cours et conférences à une fraction du prix du privé, dit Jacinthe Nantel. Yoga, karaté, macramé, il y en a à ne plus finir. Souvent, en plus, c'est près de la maison. »

À la bibliothèque, on peut emprunter des livres et des livres électroniques. Il y a parfois même des films et de la musique. Les bibliothèques de Laval ont par exemple sur leurs étagères plus de 600 000 livres, 46 000 DVD, 16 000 CD et 52 000 revues.

Diagnostiquer ses finances

Pour savoir où couper, c'est bien de savoir où l'on dépense le plus, explique Brigitte Felx, planificatrice financière chez RBC.

Les outils intégrés au compte bancaire en ligne sont alors utiles. Ils permettent de voir où a été dépensé l'argent déboursé au moyen de cartes de paiement. En alimentation ? En transport ?Plusieurs institutions financières offrent ce type d'outil.

Un autre truc, c'est de faire de l'épargne forcée, dit Brigitte Felx.

« On peut par exemple planifier un prélèvement automatique chaque mois. On ne se rend alors même plus compte qu'on épargne. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer