Industrie minière: la science de la recherche de métaux

Durant près de trois mois par année, une... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Durant près de trois mois par année, une cinquantaine d'étudiants et d'occasionnels supervisés par nos géologues parcourent le terrain. Ils cassent des morceaux de roches et font analyser le tout.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Riverin

Collaboration spéciale

La Presse

Jean-Yves Labbé est géologue et directeur de la promotion et du soutien aux opérations de Géologie Québec au ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles du Québec. Il répond à cinq questions concernant l'importance de la géoscience dans l'industrie de l'exploration.

Q Qu'est-ce que la géoscience?

R C'est la science qui étudie la terre, son socle rocheux, la couche meuble qui la recouvre. La géoscience fait appel principalement à la géologie, mais aussi à une foule de sciences connexes comme l'hydrogéologie, la géochimie, la géophysique pour réunir l'information.

Q Quelle est la mission de Géologie Québec?

R C'est d'acquérir et de diffuser l'information obtenue par nos programmes de prélèvements de données sur le terrain et leur analyse. Nous planifions les travaux sur une base quinquennale, avec des objectifs précis pour chaque année.

Q Comment se fait la cueillette de données?

R Durant près de trois mois par année, une cinquantaine d'étudiants et d'occasionnels supervisés par nos géologues parcourent le terrain. Ils cassent des morceaux de roches, prélèvent des sédiments de fonds de lac et de rivières et font analyser le tout. Les formations rocheuses sont cartographiées. Nous effectuons aussi des relevés géophysiques aériens, puis nous en interprétons sur le terrain les signaux détectés.

Q Qui utilise ces données?

R Au congrès Québec Mines, nous publions les données qui sont rendues disponibles partout dans le monde en même temps. Les entreprises d'exploration les utilisent pour choisir des endroits plus propices aux découvertes. Même dans les vieux camps miniers comme Val-d'Or et Matagami, notre réinterprétation des données peut susciter de nouvelles idées et de nouvelles cibles d'exploration.

Q Comment se classe le Québec au point de vue géoscientifique?

R La structure, l'envergure et l'accessibilité de notre base de données nous placent parmi les premiers dans le monde. Au Québec, nous avons cette particularité que les entreprises d'exploration doivent remettre un rapport sur les travaux effectués. Ces données sont facilement accessibles à tous les utilisateurs.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer