Mine Éléonore de Goldcorp: de grandes retombées économiques

Guy Belleau, directeur général d'Éléonore, de Goldcorp.... (PHOTO FOURNIE PAR GOLDCORP)

Agrandir

Guy Belleau, directeur général d'Éléonore, de Goldcorp.

PHOTO FOURNIE PAR GOLDCORP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Riverin

Collaboration spéciale

La Presse

Le démarrage de la mine d'or Éléonore de Goldcorp, à la Baie-James, sera sans doute l'élément marquant du secteur minier québécois en 2014, en raison de ses impacts économiques pour l'Abitibi-Témiscamingue.

Selon Guy Belleau, directeur général d'Éléonore pour Goldcorp, le programme de construction, lancé en février 2011, suit son cours. «Nous produirons, comme prévu, la première once d'or au quatrième trimestre de cette année», dit-il.

La construction d'Éléonore coûtera 1,85 milliard US, sans compter 310 millions sur 10 ans en capital de maintien. De plus, Goldcorp a payé quelque 500 millions pour acquérir le gisement de Mines d'or Virginia en 2006.

Quelque 91% des 670 millions US investis pour Éléonore en 2013 l'ont été dans le nord du Québec et en Abitibi-Témiscamingue, souligne M. Belleau.

La société utilise 76 vols par semaine et 8 aéroports au Québec, dont celui de Rimouski, pour transporter sa main-d'oeuvre. L'entreprise sert 25 000 repas par semaine.

Par ailleurs, Goldcorp a financé elle-même la construction de la ligne électrique, de 130 km de route (laquelle est ouverte au public), d'un aéroport et d'un complexe de télécommunication.

«Nous sommes la première mine dans cette région. Les infrastructures d'Éléonore servent de noyau de développement d'une nouvelle région minière. Un peu comme la mine Lamaque à Val-d'Or des années 20, qui sait, peut-être y aura-t-il une nouvelle ville autour d'Éléonore», lance le directeur général.

Toutefois, à 1300$ US l'once, le taux de rendement interne après impôt de l'investissement d'Éléonore ne serait que de 3,15%, selon un document officiel de Goldcorp.

«La fin de la période de la construction n'est qu'un début pour nous. À mesure que nous nous enfonçons sous terre, il sera plus facile de forer, de découvrir et d'ajouter du minerai», explique M. Belleau.

Selon lui, Éléonore est là pour plusieurs décennies. La cadence journalière commence à 3500 tonnes pour atteindre progressivement 7000 tonnes vers 2017. La teneur réelle exploitée déterminera le nombre d'onces d'or produit.

Coup d'oeil sur la future mine d'or Éléonore, de Goldcorp

> Situation: rive nord-est du lac Opinaca, Baie-James

> Accès: route et aéroport

> Investissement en capital: 1,85 milliard US

> Emplois pour la construction: 2000 directs et 1000 indirects

> Employés pour l'exploitation: 900 directs

> Salaire minimum: 70 000$ par année

> Dépenses annuelles durant l'exploitation: 250 millions

> Production: 350 000 onces d'or en 2015, objectif de 600 000 onces

> Quantité d'or connue du gisement: 8 millions d'onces

> Minerai prouvé: 19,3 millions de tonnes à 6,5 g d'or la tonne




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer