Immobilier commercial

L'immobilier canadien dans la ligne de mire des Chinois

C'est maintenant la société chinoise Evergrande qui possède... (PHOTO FOURNIE PAR FAIRMONT)

Agrandir

C'est maintenant la société chinoise Evergrande qui possède l'hôtel Fairmont Château Montebello, en Outaouais.

PHOTO FOURNIE PAR FAIRMONT

André Dubuc
André Dubuc
La Presse

Les investisseurs doivent maintenant faire face à la concurrence des capitaux chinois dans une industrie, au Canada, qui ne manque déjà pas de liquidités. Les nouveaux venus ont récemment déclassé les investisseurs canadiens aguerris lors de trois transactions récentes d'envergure survenues dans les derniers mois.

Le 17 décembre dernier, la société chinoise Evergrande s'est portée acquéreur de l'hôtel Fairmont Château Montebello en Outaouais. Le prix n'a pas été dévoilé. La transaction englobe l'établissement de 211 chambres, un parcours de golf de 18 trous et environ 700 acres de terrains.

Autre exemple, le groupe Greenland a acheté un terrain au centre-ville de Toronto en septembre 2014 pour y construire jusqu'à deux tours de logements locatifs.

Finalement, Brilliant Circle Group a acquis un terrain de 232 acres à Port Moody, à 15 minutes à l'est du centre-ville de Vancouver. James Cheng, un des architectes les plus respectés en matière d'architecture résidentielle, a été mis sous contrat.

Les investisseurs chinois ont l'oeil sur des propriétés signature ou encore recherchent des terrains en vue de construire des logements.

À Montréal, Tianco, filiale du groupe chinois Gansu Tianqing Real Estate, projette de bâtir plus de 800 unités de condos à l'îlot Overdale, au centre-ville de Montréal, en collaboration avec le Canadien d'origine asiatique Kheng Ly. Un projet qui totalise 300 millions.

«Deux raisons favorisent le transfert des capitaux», explique Andrew Maravita, directeur général de la région de Montréal chez Colliers. L'agence immobilière a récemment publié une étude de cas sur ce phénomène.

«Le ralentissement de la croissance en Chine et la crainte d'une bulle immobilière incitent les développeurs immobiliers à diversifier leurs risques, poursuit M. Maravita. De plus, les autorités chinoises ont assoupli les restrictions en regard des investissements faits à l'étranger.»

En 2014, les Chinois ont investi 18,3 milliards US en immobilier à l'extérieur de leurs frontières. En 2010, c'était seulement 2,3 milliards US. Les chiffres proviennent de la firme Real Capital Analytics et sont cités par Colliers.

Environ 45% | de l'argent est canalisé à Londres, Sydney et New York. Anbang Assurance Group a acheté le Waldorf Astoria pour 2 milliards US au dernier trimestre 2014.

Hormis à Vancouver, la présence des investisseurs chinois dans le marché canadien est somme toute récente. En Australie, un marché de taille comparable au nôtre, les Chinois y ont fait des achats de 4,5 milliards US en 2014.

«On s'attend à ce que les capitaux chinois investis au Canada continuent de croître au cours des quatre prochaines années», dit M. Maravita.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer