Gestion du patrimoine - Petit guide pour l'investisseur millénial

Pierre Olivier Tardif, du Groupe Eterna à Québec,... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

Pierre Olivier Tardif, du Groupe Eterna à Québec, propose un petit guide afin d'aider les milléniaux quant à la gestion de leur patrimoine.

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Gestion de patrimoine

Économie

Gestion de patrimoine

Ce ne serait pas le premier secteur d'activité où cela se produirait. Or, avec l'intérêt que l'on semble porter au conseiller-robot, certains pourraient croire que l'ordinateur s'apprête à remplacer le conseiller financier dans la gestion de patrimoine. »

Jean Gagnon

Collaboration spéciale

La Presse

Bien que les milléniaux puissent avoir des idées différentes des générations précédentes quant à la gestion de leur patrimoine, plusieurs éléments demeurent inéluctables. Pierre Olivier Tardif et son équipe d'experts multidisciplinaires du Groupe Eterna à Québec proposent un petit guide afin de les aider à faire les bons choix.

LES PLACEMENTS

Faut-il tout miser sur la croissance ?

Tout investir dans des titres de croissance est certes intéressant lorsque l'on est jeune et que l'objectif est à long terme. À la condition, bien sûr, de pouvoir tolérer occasionnellement de fortes fluctuations. Si vous optez pour cette façon d'investir, une révision de la stratégie au moins une fois par année est alors essentielle. Pour les moins aventureux, la migration vers les placements de croissance peut se faire progressivement au fil du temps.

Les erreurs à éviter ?

Éviter de s'endetter. Éviter aussi de faire des choix d'investissements sans être bien renseigné. Et surtout, éviter de croire que l'on peut faire de gros coups d'argent de façon répétée.

LA MAISON

Est-ce un bon investissement ?

Les opinions sont partagées. Les coûts associés à la propriété, tels les taxes, les frais d'intérêt sur l'hypothèque et les frais d'entretien, font en sorte que l'investissement dans l'achat d'une propriété doit être évalué comparativement à l'épargne que pourrait accumuler celui qui ferait plutôt le choix de louer la propriété.

Faut-il payer l'hypothèque rapidement ?

Là encore, les avis sont partagés. Il faut comparer le coût de l'hypothèque avec le rendement de ses placements en tenant compte des avantages fiscaux que permettent des régimes d'épargne tels le REER et le CELI. Il faut aussi se méfier des pénalités que peuvent entraîner des remboursements supplémentaires sur l'hypothèque.

LES ASSURANCES

Lesquelles favoriser ?

En règle générale, on s'assure selon ses besoins. Des enfants en bas âge, l'endettement, le fait d'être la principale source de revenu de la famille sont parmi les principaux facteurs qui déterminent les risques que l'on doit couvrir, tels l'invalidité, la maladie grave, le décès, etc.

Une erreur à éviter ?

Être trop assuré. Un surplus de primes d'assurances payées pour des besoins non essentiels diminue d'autant la capacité d'épargner ou de rembourser ses dettes.

LA RETRAITE

Pourquoi y penser dès maintenant ?

La magie des intérêts composés fait en sorte qu'il est très profitable à long terme de commencer à épargner tôt. Et cela pourrait aussi permettre éventuellement de prendre une retraite anticipée ou simplement plus confortable.

Est-ce possible ?

Bien sûr, la retraite n'est pas l'objectif premier des jeunes adultes. On pense d'abord à la propriété, aux automobiles, aux voyages. Mais en mesurant le résultat à long terme des dollars épargnés aujourd'hui, on voudra commencer à épargner dès maintenant. L'épargne systématique, si petite soit-elle, est le meilleur moyen de le faire.

LA SUCCESSION

Faut-il y penser maintenant ?

Certainement. Et l'outil idéal, même pour les milléniaux, demeure le testament notarié. Pour ceux qui n'ont pas encore de testament, assurez-vous de bien connaître ce que la loi prévoit. Le site Éducaloi vulgarise bien les impacts d'un décès quand il n'y a pas de testament.

ET SI LE COUPLE ÉCLATE

Comment éviter de se déchirer ?

Pour les conjoints de fait, il est essentiel de rédiger une entente de vie commune. Il s'agit d'un document qui indique qui assume quoi durant la vie de couple et quoi revient à qui en cas de séparation. Cela est d'autant plus nécessaire qu'en fonction de la loi du Québec, les conjoints de fait n'ont pas beaucoup de droits et de privilèges, comparativement aux couples mariés. Pour ceux-ci, un contrat de mariage est généralement de mise.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer