Premiers pas en assurances

Stéphane Duclos est spécialiste principal en planification assurance... (PHOTO HUGO-SéBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

Agrandir

Stéphane Duclos est spécialiste principal en planification assurance au Groupe Investors

PHOTO HUGO-SéBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marielle Rougerie

Collaboration spéciale

La Presse

Les produits d'assurances offerts sont de plus en plus nombreux et de plus en plus ciblés. Au point où l'on peut s'y perdre. Survol des cinq principaux types d'assurances.

Assurances de personnes

Assurance invalidité (assurance salaire):

Il s'agit d'une rente mensuelle qui compense votre perte de revenu si vous êtes incapable de travailler à cause d'une maladie ou d'un accident. «Pour un jeune universitaire qui se met à son compte, l'assurance salaire est la priorité», estime Stéphane Duclos, spécialiste principal en planification assurance au Groupe Investors.

Vous pouvez être couvert par votre assurance collective ou contracter une assurance individuelle. Dans ce cas, les prix varieront, entre autres, en fonction du pourcentage de votre revenu qui vous sera versé, de la durée de la prestation, des exclusions et conditions...

Assurance vie

«Quand on achète une maison, que les premiers enfants naissent, il est bon d'ajouter l'assurance vie», explique Stéphane Duclos. Vous devez vous poser la question suivante: si je meurs demain, mon décès aura-t-il un impact majeur sur le train de vie de mon conjoint et de ma famille? L'assurance vie procure une somme d'argent à un ou des bénéficiaires en cas de décès de l'assuré. «Il vous faut d'abord dresser votre inventaire financier, explique Stéphane Duclos.

«Le choix de la somme assurée se calcule en fonction des revenus, mais pas seulement. Si, par exemple, l'un des conjoints travaille à temps partiel de la maison et gagne moins que l'autre, mais qu'il s'occupe des enfants, en cas de décès, il y aura des coûts additionnels comme des frais de garde...»

Assurance maladies graves

En cas de maladie grave, l'assurance vous verse une somme forfaitaire que vous pourrez utiliser pour payer vos frais médicaux ou comme bon vous semble. «Par contre, la maladie doit faire partie d'une liste préétablie et très précise de généralement une vingtaine de maladies comme le cancer, la crise cardiaque ou l'AVC, et vous devez dans la plupart des cas survivre 30 jours à la maladie», remarque Stéphane Duclos.

Tout comme pour l'assurance invalidité, il est possible d'obtenir le remboursement de la totalité ou d'une partie des primes que vous avez payées à la résiliation ou à l'expiration du contrat si vous n'avez pas fait de réclamation.

Assurances dommages

Assurance habitation

Rien ne vous oblige à souscrire une assurance habitation, mais que vous soyez locataire ou propriétaire, et que ce soit votre résidence principale ou votre chalet, elle est recommandée. «Les locataires pensent souvent qu'ils n'en ont pas besoin, que le propriétaire est déjà assuré. Mais ils oublient la responsabilité civile. S'ils mettent le feu, l'assureur du propriétaire peut se retourner contre eux», explique Johanne Laramée, courtière en assurance des dommages chez Lussier Cabinet d'assurances.

Pour connaître la couverture d'assurance dont vous avez besoin, faites un inventaire de vos biens. «Les gens sous-estiment ce qu'ils possèdent, mais il faut penser à tout, de la brosse à dents aux manteaux d'hiver, en passant par les électroménagers...»

Assurance automobile

Comme tous les usagers de la route, vous êtes assuré par la Société d'assurance automobile du Québec (SAAQ) contre des blessures subies lors d'un accident de voiture, que vous soyez ou non responsable. Mais il est obligatoire de souscrire une assurance responsabilité civile de 50 000$ minimum contre des dommages matériels à un tiers. Il est recommandé de s'assurer pour davantage, surtout si vous voyagez ailleurs au Canada et aux États-Unis, où votre assurance couvrira, en plus des dommages matériels comme au Québec, les dommages corporels causés à autrui.

«On suggère d'assurer pour 2 millions de dollars, explique Johanne Laramée. En option, vous pouvez contracter une assurance avec collision ou sans collision.»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer