Développement minier: Québec veut simplifier les choses

Le ministre délégué aux Mines au ministère de... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le ministre délégué aux Mines au ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles, Luc Blanchette, affirme que son gouvernement proposera d'ici quelques mois une politique sur le processus de consultation avec les autochtones et en accord avec eux pour les projets miniers sur leur territoire.

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Riverin

Collaboration spéciale

La Presse

Porte d'entrée unique, simplification des processus administratifs, conception de nouvelles technologies minières et environnementales, transfert des connaissances, coup de pouce aux équipementiers. Telles sont les grandes lignes de la Vision stratégique du développement minier que Luc Blanchette, ministre délégué aux Mines, a présentée à La Presse Affaires.

« Pour les entreprises minières qui démarrent un nouveau projet, Québec mettra sur pied une porte d'entrée unique pour l'obtention des différents permis gouvernementaux. Nous simplifierons aussi les procédures administratives pour les sociétés d'exploration », a promis M. Blanchette.

Ces travaux ont déjà commencé et pourraient aboutir avant cinq ans. Six lois touchant plusieurs ministères devront être révisées et adaptées. Hydro-Québec fera partie aussi de cette offre de services et accordera des tarifs d'électricité avantageux.

Pour les entreprises d'exploration, Québec continuera d'investir dans l'acquisition de connaissances géoscientifiques, prolongera le mandat de Sidex, simplifiera les processus administratifs et diminuera le délai pour l'acquisition de claims.

Québec encourage vivement l'exploration et l'exploitation de lithium, vanadium, graphite et terres rares, et aidera à la recherche de procédés hydrométallurgiques pour extraire ces métaux. 

Le Plan Nord et la Stratégie maritime auront aussi un impact important sur l'exploration et l'exploitation minières. L'étude de faisabilité sur la construction d'un chemin de fer sur la Côte-Nord et l'aménagement d'installations portuaires au port de Sept-Îles sont en cours.

AIDE AUX MUNICIPALITÉS MINIÈRES

Québec veut trouver des solutions aux problèmes de navettage aéroporté (fly-in/fly-out) que vivent de nombreuses municipalités minières. Dans le cadre de l'accord de partenariat avec les municipalités 2016-2019, le gouvernement consacrera 25 millions par année aux MRC minières, somme prélevée à même les redevances minières perçues par la province.

Une première tranche de 10 millions ira aux MRC qui accueillent de nouveaux projets miniers, pétroliers et gaziers. L'aide s'échelonnera sur cinq ans, soit trois ans avant le début du projet et deux ans après. Le reste des 25 millions sera réparti aux autres municipalités au prorata de leur population.

Selon M. Blanchette, rien dans l'accord ni dans les lois existantes n'exclut que les MRC puissent elles-mêmes prélever des redevances auprès des producteurs, en plus de ce qu'elles recevront.

FOURNISSEURS ET ÉQUIPEMENTIERS

M. Blanchette aimerait bien que l'industrie des fournisseurs de services et les équipementiers accolés à l'exploitation minière (quelque 500 entreprises) prennent de l'expansion. Plusieurs de ces entreprises sont déjà très actives à l'échelon international.

« On veut créer de l'emploi non seulement dans l'exploitation primaire, mais aussi dans les industries secondaires, leur permettre de diversifier leurs débouchés », a fait valoir M. Blanchette.

La Société du Plan Nord mettra sur pied un bureau de commercialisation pour faire connaître aux fournisseurs et équipementiers les besoins des grands donneurs d'ordres dans le Grand Nord.

«25 millions : somme annuelle provenant des redevances minières destinée aux MRC minières

18,6 millions : somme prévue pour la réfection des centres de formation à Sept-Îles et Chibougamau

50 % : proportion du territoire du Plan Nord soustraite au développement économique, dont 20 % d'ici à 2020

50 millions : montant annuel des retombées directes et indirectes liées à la restauration des sites miniers

15 ans : durée du congé fiscal pour les projets miniers de plus de 75 millions, plus aide de 15 % de la somme investie»





Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer