Aérospatiale : une nouvelle usine

Jean Proteau et Yves Proteau sont coprésidents d'APN.... (PHOTO FOURNIE PAR APN)

Agrandir

Jean Proteau et Yves Proteau sont coprésidents d'APN.

PHOTO FOURNIE PAR APN

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ulysse Bergeron

Collaboration spéciale

La Presse

La compétition féroce dans le secteur commercial a poussé APN, entreprise de Québec spécialisée dans la production de pièces, à se lancer à l'assaut de l'aérospatiale. Pour relever le pari, la direction a misé sur la numérisation et l'automatisation de son usine.

Pour marquer l'entrée de leur entreprise dans l'aérospatiale, les frères Jean et Yves Proteau se sont offert un cadeau: une toute nouvelle usine. Un bâtiment qui a expressément été conçu pour accueillir une infrastructure technologique sophistiquée.

Outre les installations de production, l'usine est dotée d'infrastructures informatiques dernier cri. Elle détient une salle de serveurs qui permet de stocker les données provenant non seulement de son usine québécoise, mais aussi de celle située en Californie.

Car voilà, en 2011, APN a mis la main sur S&S Carbide Tool, concepteur et fabricant californien de matrices destinées à la fabrication de munitions pour les activités sportives et la défense militaire américaine.

Une des premières initiatives de l'entreprise a été de «brancher» l'usine aux infrastructures québécoises: câblage pour des communications entièrement intégrées entre les deux usines et réorganisation des processus et intégration au progiciel de gestion d'APN.

«Ces mêmes serveurs pourront servir à accueillir et à traiter de l'information d'autres entreprises que nous pourrions acheter», explique Stéphane Agnard, responsable R et D chez APN.

Notons que l'entreprise détient une partie de l'actionnariat d'Umbrella Technologie, son partenaire dans cette aventure numérique.

Mais la société veut aller plus loin. «Non seulement nous voulons recueillir l'information - de façon manuelle ou automatisée -, mais nous désirons en faire l'analyse», indique Yves Proteau, coprésident d'APN.

À partir des données qu'elle recueille, APN programme des automatismes pour améliorer les processus de travail. Résultat: une alarme peut informer un superviseur d'un problème avant même qu'il survienne ou de la conformité d'une pièce. À terme, ces opérations pourraient être réalisées par un robot.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer