Module Ultra ne perd pas de temps

Le compatable de l'entreprise sherbrookoise Module Ultra. Sylvain... (PHOTO FOURNIE PAR RENÉ MARQUIS)

Agrandir

Le compatable de l'entreprise sherbrookoise Module Ultra. Sylvain Blais, a rapidement informé ses collègues quant aux modalités du RVER.

PHOTO FOURNIE PAR RENÉ MARQUIS

Jean Gagnon

Collaboration spéciale

La Presse

Parce qu'il est convaincu de l'avantage de commencer le plus tôt possible à épargner en vue de la retraite, Sylvain Blais s'est empressé de saisir l'occasion qui se présentait de mettre en place un RVER au bénéfice de ses collègues de travail de Module Ultra inc.

L'entreprise de Sherbrooke se spécialise dans la fabrication de meubles sur mesure autant pour des projets résidentiels que commerciaux. Elle emploie une trentaine de travailleurs, dont une vingtaine forme un noyau stable, le reste étant des travailleurs occasionnels qui se greffent à l'entreprise lors des périodes les plus occupées, principalement l'été.

Sylvain Blais est le comptable de l'entreprise, et il a vite fait comprendre à l'un des deux propriétaires l'intérêt que pouvait susciter le RVER.

Le régime volontaire d'épargne-retraite a été lancé officiellement le 1er juillet. Peu de temps après, Module Ultra, qui détient déjà une assurance collective avec l'Industrielle Alliance, décidait d'ajouter un RVER avec la même institution.

Sylvain Blais a rapidement informé le personnel quant aux modalités du régime, lui expliquant les avantages et mesurant l'impact financier que cela aurait sur le chèque de paye. Comme la déduction fiscale est appliquée au moment du prélèvement, l'impact sur le montant net de la paye est ainsi diminué. «Étant convaincu du bien-fondé de commencer à épargner tôt, ce fut facile pour moi de leur faire comprendre les avantages», dit-il. Résultat, 85% des employés de Module Ultra vont adhérer au régime volontaire.

La démarche pour l'implantation du RVER se fait facilement, note M. Blais. Les employés reçoivent une lettre explicative et, 30 jours plus tard, l'employeur procède à l'inscription des employés avec leurs choix quant au pourcentage de cotisation et aux options de placement. Des choix par défaut sont prévus pour ceux qui n'indiqueront pas de préférence. Le niveau de cotisation sera de 2% au départ et augmentera graduellement jusqu'à 4% après quelques années.

Quant aux options de placements, ceux qui n'auront pas exprimé de préférence verront leurs épargnes investies dans un fonds cycle de vie. « Les documents sont très clairs et la plateforme web est très conviviale, c'est donc facile à gérer», dit Sylvain Blais.

Un lien de confiance

Pour les employés, le RVER constitue un support à leurs investissements, note M. Blais. En adhérant au RVER, les gens se voient offrir un choix de cinq options de placement en plus d'un fonds cycle de vie, c'est-à-dire un fonds dont le niveau de risque s'ajustera en fonction de leur âge. «Ce support est un avantage instantané du RVER, et il a comme effet de sécuriser nos employés quant à leur épargne et ainsi resserrer le lien de confiance avec l'employeur», dit le comptable de Module Ultra.

Pour l'instant, la direction de Module Ultra n'a pas manifesté l'intention de contribuer au régime. Mais elle pourra le faire si elle le désire. Est-ce que le fait de contribuer au RVER de ses employés peut devenir un outil de rétention du personnel? Sylvain Blais pense que oui.

Rappelons que le RVER est un régime volontaire d'épargne-retraite. Toutes les entreprises de cinq employés et plus qui n'offrent aucun plan de retraite tels REER ou CELI collectifs seront obligées d'offrir le RVER à compter du 31 décembre 2016 pour les entreprises de 20 employés et plus, du 31 décembre 2017 pour celles de 10 employés et plus, et à une date encore inconnue pour les autres.

C'est l'employeur qui doit inscrire ses employés à un RVER auprès d'un administrateur agréé par l'Autorité des marchés financiers (AMF) et la Régie des rentes du Québec (RRQ). Il devra ensuite faire les prélèvements sur la paye de ses employés et les verser à l'administrateur, pour la plupart des compagnies d'assurances ou autres institutions financières.

Les employés peuvent en tout temps décider de ne pas adhérer au régime, ou de se retirer, mais ils doivent eux-mêmes prendre l'initiative de le faire.

L'employeur peut aussi contribuer au RVER de ses employés s'il le désire.

APPRENEZ EN PLUS: sur le Régime volontaire d'épargne-retraite




À découvrir sur LaPresse.ca

  • La réflexion commence

    Portfolio

    La réflexion commence

    Le Régime volontaire d'épargne-retraite (RVER) a été lancé le 1er juillet et déjà quelques entreprises et travailleurs autonomes ont... »

  • Un nouvel outil

    Portfolio

    Un nouvel outil

    Le Régime volontaire d'épargne-retraite a été lancé le 1er juillet. Il ne sera pas la panacée à tous les problèmes que pose le financement de la... »

  • Certains travailleurs profitent déjà du RVER

    Portfolio

    Certains travailleurs profitent déjà du RVER

    Les employés du Restaurant Olivia, à Vaudreuil-Dorion, seront certes parmi les premiers à profiter du RVER. En effet, le propriétaire Jonathan Auger... »

  • Comment l'utiliser

    Portfolio

    Comment l'utiliser

    Le Régime volontaire d'épargne-retraite a été lancé le 1er juillet, il sera également un outil intéressant pour les entreprises, petites... »

  • Quand le message passe

    Portfolio

    Quand le message passe

    Parce qu'elle voulait rapidement sécuriser ses employés, l'entreprise Ressorts Foster amorçait le mois dernier le processus de création d'un Régime... »

  • Pour offrir de meilleures conditions

    Portfolio

    Pour offrir de meilleures conditions

    Dans le secteur communautaire, les moyens sont souvent précaires, et les salaires ne sont pas très élevés. Pour certains, le régime volontaire... »

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer