Garder les travailleurs de nuit éveillés

L'entreprise Chronophotonix, établie à Québec, est née des... (Photo Jean-Marie Villeneuve, Le Soleil)

Agrandir

L'entreprise Chronophotonix, établie à Québec, est née des travaux de recherche du professeur Marc Hébert, de l'Université Laval, en 2006.

Photo Jean-Marie Villeneuve, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

Les travailleurs de nuit ont pour la plupart mis en place des «trucs» pour combattre la fatigue et régulariser leur routine. Mais le défi de la productivité, voire de la sécurité, reste important. Chronophotonix croit détenir les appareils qui permettront à leur corps d'accepter une fois pour toutes l'inversion du jour et de la nuit.

L'entreprise établie à Québec est née des travaux de recherche du professeur Marc Hébert, de l'Université Laval, en 2006. Depuis, elle s'était surtout concentrée à poursuivre cette recherche.

«Nous avons mené un projet de deux ans chez Postes Canada, un autre de deux ans avec Abitibi-Consolidated, puis un autre de trois ans avec la police de Québec», énumère M. Hébert, quelques minutes avant de prendre l'avion pour Toronto en compagnie du président de Chronophonix, Sébastien Talbot.

Ces années de recherche ont permis de raffiner à la fois la technologie et son champ d'application.

La prémisse de la technologie conçue par l'entreprise vient de découvertes faites au milieu des années 2000 selon lesquelles l'horloge biologique humaine ne perçoit que le bleu dans le spectre lumineux. C'est donc la lumière bleue qui indiquerait au corps que le jour s'est levé et augmenterait son niveau d'activité.

De là, Chronophotonix a conçu un mécanisme qui émet de la lumière bleue de façon pulsée et en alternant avec de la lumière rouge pour permettre à l'oeil de se reposer.

Les expériences menées en usine chez Abitibi-Consolidated ont principalement appris à Chronophotonix que son produit avait plus d'avenir dans les véhicules.

«La technologie est plus propice à une utilisation dans les véhicules parce que l'éclairage y est faible, et c'est aussi là qu'il y a le plus de demande», explique M. Hébert.

Lunettes de jour

Chronophotonix vient de recevoir un financement de 150 000$ en provenance du centre local de développement de Québec et de SOVAR, la société de valorisation de l'Université Laval. Cet argent servira principalement à mettre au point une version commercialisable de l'appareil émetteur de lumière, qui sera par ailleurs testé prochainement dans d'immenses véhicules à la mine de nickel Raglan de Glencore, au Nunavut.

Mais Chronophotonix commercialise déjà le deuxième volet de sa solution, les lunettes Chron-Optic.

Après avoir été maintenu éveillé toute la nuit par une lumière bleutée, le travailleur de nuit a besoin d'un bon sommeil. Et pour y parvenir, il doit cette fois éviter d'exposer son horloge biologique à la même lumière. D'où ces lunettes orangées, à porter dès le lever du soleil et jusqu'au coucher.

Selon M. Hébert, ces seules lunettes ont permis aux travailleurs de Postes Canada qui ont participé à l'expérience pendant deux ans de gagner en moyenne 40 minutes de sommeil.

Qui: Marc Hébert, Sébastien Talbot, Sébastien Jutras.

L'idée: Des solutions pour permettre aux travailleurs de nuit de mieux contrôler leur horloge biologique, en particulier ceux qui travaillent dans un véhicule.

L'ambition: Augmenter la vigilance des conducteurs la nuit, pour la sécurité avant tout.

Ils y croient et y ont investi de l'argent: CLD de Québec, SOVAR, quelques investisseurs privés, dont Richard Powers.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer