PME: passer d'indépendant à franchisé

Les frères Yves, Vincent et Jean Benny ont... (Photo Alain Roberge, La Presse)

Agrandir

Les frères Yves, Vincent et Jean Benny ont fondé un franchiseur afin de faire face à la concurrence.

Photo Alain Roberge, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sylvain Larocque
La Presse

Les entrepreneurs sont généralement jaloux de leur indépendance. Les propriétaires de plusieurs restaurants Benny ont toutefois accepté de sacrifier une partie de leur autonomie pour devenir plus concurrentiels.

Les Québécois connaissent bien les rôtisseries Benny, mais peu savent qu'elles appartiennent à plusieurs entreprises distinctes éparpillées dans différentes régions. Pour mieux affronter la concurrence, trois des membres de la famille Benny ont décidé de regrouper leurs forces.

Arrivée d'Écosse en 1820, la famille Benny a d'abord élevé des volailles dans la région de Lanaudière. En 1959, Gilles Benny a mis au point une technique de cuisson lente du poulet, ce qui a mené à l'ouverture d'une première rôtisserie à Joliette, en 1960. Dans les années 70, on comptait une dizaine de restaurants au Québec, sous plusieurs enseignes: Benny, Au Coq, Ti-Coq et Le Coq Rôti. Au tournant des années 2000, il y en avait une quarantaine.

Une première tentative d'unification a eu lieu en 1989, mais sans succès. Une deuxième, en 2006, a aussi échoué. En 2010, les frères Jean, Vincent et Yves Benny s'y sont pris différemment en effectuant un exercice de planification stratégique, puis en fondant Benny et Frères, un franchiseur qui exploite une nouvelle marque: Benny&Co. Leur pari était simple: pour tenir tête aux géants St-Hubert et Scores, il fallait se structurer en chaîne, centraliser les achats, uniformiser les recettes et les processus.

Pour commencer, les trois frères ont rénové les 12 restaurants qui leur appartenaient et les ont convertis à l'enseigne Benny&Co. Ils ont ensuite convaincu d'autres membres de la famille d'embarquer dans l'aventure.

«On a des cousins qui ont encore de la difficulté à se mettre dans la peau d'un franchisé parce qu'ils ont toujours été décideurs chez eux, confie Yves Benny. Travailler au sein d'une chaîne, c'est parfois plus long, mais en même temps, on risque moins de se tromper. On partage le risque et les meilleures pratiques. On a perdu un petit morceau de ce qu'on avait comme liberté d'action, mais on a tellement gagné en contrepartie.»

Il faut dire que Benny et Frères n'est pas un franchiseur comme les autres. Ses redevances sont peu élevées et les franchisés ont leur mot à dire sur les grandes orientations. «Ce n'est pas la rentabilité de Benny&Co. qui nous importe, c'est le développement des succursales», dit M. Benny.

Ces jours-ci, l'entreprise ouvre son 32e restaurant à Gatineau. Elle prévoit enregistrer un chiffre d'affaires de 65 millions en 2014, contre 20 millions en 2011.

Pour devenir franchiseur, Benny et Frères devait se doter d'un véritable siège social exerçant les fonctions centrales: finances, exploitation, marketing, ressources humaines, approvisionnement, développement immobilier, technologies de l'information et relations publiques. Pour le mettre sur pied, les frères Benny ont fait appel à une firme spécialisée en structures organisationnelles.

La mise en commun des achats a bien sûr permis au groupe d'obtenir de meilleurs prix auprès de ses fournisseurs. L'entreprise calcule que les économies réalisées lui ont permis de compenser la hausse des prix du poulet au cours des dernières années. «Les cousins qui étaient plus réticents à l'unification, quand ils voyaient un signe de piastre au bout de l'année, ça parlait!», raconte Yves Benny.

La création d'un service des ressources humaines a aussi permis de réduire considérablement le taux de roulement dans les restaurants, qui est passé de plus de 100% à moins de 40% (ce qui signifie que sur 100 employés, plus de 60 conservent leur emploi pendant au moins un an).

Benny et Frères a encore beaucoup de pain sur la planche. D'ici 2016, l'entreprise aimerait compter entre 50 et 60 restaurants dans son réseau. «Rendus là, on n'aura plus trop de questions à se poser sur notre notoriété», estime M. Benny.

Pour y parvenir, les trois frères Benny espèrent persuader d'autres membres de leur famille de se joindre à eux. Et ils rêvent de remettre la main sur le plus connu des restaurants Benny, celui situé en plein milieu de l'autoroute 40 à Lavaltrie, qui n'appartient plus à la famille depuis plusieurs années.

Benny & CO.

Le portrait

Entreprise: Benny et Frères, Bois-des-Filion

Année de fondation: 2010

Actionnaires: Jean, Vincent et Yves Benny ainsi que Dino Di Girolamo

Secteur: restauration

Nombre d'employés: 1000, dont une vingtaine au siège social

Le défi

Trois membres de la famille Benny qui exploitaient séparément des rôtisseries dans différentes régions du Québec ont constaté qu'ils ne pouvaient plus réagir de façon optimale à l'évolution du marché.

La solution

Avec un associé, les trois frères ont décidé de s'unir en créant un franchiseur qui permet de centraliser des responsabilités comme le marketing, les achats et les ressources humaines.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer