Apple baisse après des rumeurs de mauvaises ventes de l'iPhone 8

Le titre Apple baissait de près de 3% jeudi, entraînant dans sa chute la Bourse... (PHOTO KIMIHIRO HOSHINO, ARCHIVES AFP)

Agrandir

PHOTO KIMIHIRO HOSHINO, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
SAN FRANCISCO

Le titre Apple baissait de près de 3% jeudi, entraînant dans sa chute la Bourse de New York, en raison de spéculations persistantes sur de mauvaises ventes de l'iPhone 8, son dernier modèle sur le marché.

Vers 13h25, Apple perdait 2,82% à 155,26 dollars.

Selon la presse, Apple a réduit ses commandes à ses fournisseurs en Asie, en raison de ventes décevantes pour l'iPhone 8, dernier-né de la gamme commercialisé depuis un mois.

Les analystes estiment que les ventes sont phagocytées par l'attente de l'iPhoneX («10»), qui ne sera disponible que début novembre, ainsi que par la popularité du modèle précédent, l'iPhone 7.

La semaine dernière, l'ONG basée aux États-Unis, «China Labor Watch», qui défend les ouvriers chinois, affirmait que les ventes d'iPhone 8 n'étaient «pas bonnes» et qu'Apple avait de ce fait «diminué ses commandes» auprès de fournisseurs, entraînant des suppressions d'emplois dans les usines.

Apple ne communique sur les ventes d'appareils que lors de la publication de ses résultats tous les trimestres. Il publiera ses résultats le 2 novembre.

D'autre part, deux sénateurs américains ont publié jeudi une lettre qu'ils ont adressée au patron d'Apple Tim Cook s'élevant contre  propos de la suppression par la firme d'applications permettant de se connecter à internet par VPN en Chine.

Selon différentes estimations, plusieurs dizaines de millions de personnes en Chine recourent à ces «réseaux privés virtuels» (VPN) pour se connecter à des sites ou réseaux sociaux bloqués par les autorités -- dont Facebook, Twitter, Google, YouTube... ainsi que maints médias étrangers.

Or, après des années de tolérance, le gouvernement chinois a fait part en janvier de son intention d'interdire l'usage des VPN non autorisés, exigeant que les développeurs de tels services obtiennent un feu vert des autorités.

Ce qui avait conduit Apple à supprimer fin juillet de son «app store» chinois la plupart des applications permettant d'accéder à un VPN, pointant «les nouvelles réglementations».




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer