Wall Street clôture en ordre dispersé, freinée par Apple

«Apple entraîne toujours vers le bas le S&P... (REUTERS)

Agrandir

«Apple entraîne toujours vers le bas le S&P 500, le Dow Jones et le Nasdaq étant donné son poids dans chacun des indices», a commenté Phil Davis de PSW Investments.

REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Wall Street a clôturé en ordre dispersé jeudi, freinée par la baisse du cours d'Apple: le Dow Jones (+0,02%) et le S&P 500 (+0,03%) ont inscrit de nouveaux records tandis que le Nasdaq (-0,29%) a reculé.

Selon les résultats définitifs à la clôture, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a avancé de 5,44 points à 23 163,04 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a perdu 19,15 points, à 6605,07 points.

L'indice élargi S&P 500 a progressé de 0,84 point, à 2562,10 points.

«Apple entraîne toujours vers le bas le S&P 500, le Dow Jones et le Nasdaq étant donné son poids dans chacun des indices», a commenté Phil Davis de PSW Investments.

Le cours de la firme californienne (-2,37% à 155,98 dollars) a lesté les trois principaux indices durant presque toute la séance avant de peser un peu moins sur le Dow Jones et le S&P 500, les deux indices repassant dans le vert peu avant la clôture.

Selon la presse, Apple a réduit ses commandes à ses fournisseurs en Asie, en raison de ventes décevantes pour l'iPhone 8, dernier-né de la gamme commercialisé depuis un mois.

Les analystes estiment que les ventes sont phagocytées par l'attente de l'iPhone X («10»), qui ne sera disponible que début novembre.

«En tant qu'investisseur de long terme je trouverais qu'il s'agit plutôt d'une bonne nouvelle montrant l'attente sur l'iPhone X», a tempéré Nancy Tengler de Heartland Financial USA.

United Continental chute lourdement

Wall Street ralentissait par ailleurs jeudi sa course aux records au lendemain de la clôture du Dow Jones pour la première fois au-dessus des 23 000 points et de nouveaux sommets sur le Nasdaq et le S&P 500.

«Les résultats de nombreuses entreprises sont au-dessus ou au niveau des attentes. Mais il faut garder à l'esprit que cela ne justifie pas une progression de 20% des indices depuis l'élection de Donald Trump», a rappelé M. Davis.

Les investisseurs ont par ailleurs profité de la publication d'indicateurs favorables jeudi: l'activité industrielle dans la région de Philadelphie a dépassé les estimations, et les demandes hebdomadaires d'allocation chômage se sont affichées au plus bas depuis 44 ans.

Le marché obligataire avançait: le rendement des bons du Trésor à 10 ans baissait à 2,315%, contre 2,337% mercredi soir, et celui à 30 ans à 2,828%, contre 2,846% la veille.

Parmi les valeurs du jour, United Continental, maison-mère de United Airlines, a lourdement chuté (-12,08% à 59,78 dollars) après l'anticipation par la société de perspectives jugées décevantes au quatrième trimestre.

Fiat Chrysler a également fortement baissé (-5,98% à 13,99 dollars) souffrant d'informations de presse faisant état d'une baisse de la production dans les usines italiennes.

Malgré des résultats solides au troisième trimestre American Express (-0,20% à 91,90 dollars) a été affecté par l'annonce du départ de son PDG Kenneth Chenault, remplacé par l'actuel vice-président du groupe.

Le producteur d'aluminium et de bauxite américain Alcoa (-2,53% à 46,54 dollars) a souffert quant à lui de l'annonce mercredi soir de résultats en demi-teinte.

Gilead Sciences (+1,97% 81,59 dollars) a bénéficié de l'autorisation de l'agence américaine responsable des médicaments (FDA) de mise sur le marché d'un traitement contre le cancer facturé 373 000 dollars.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer