Porté par IBM, le Dow Jones franchit la barre des 23 000

«Les résultats d'entreprises et les données économiques font... (REUTERS)

Agrandir

«Les résultats d'entreprises et les données économiques font poursuivre sa tendance haussière au marché», a réagi Jack Ablin de BMO Private Bank.

REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York, Toronto

Portée par le géant IBM, Wall Street a clôturé à des records mercredi, le Dow Jones (+0,7%) terminant pour la première fois au-dessus des 23 000 points, le Nasdaq prenant 0,01% et l'indice S&P 0,07%.

Selon les résultats définitifs à la clôture, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a avancé de 160,16 points à 23 157,60 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a gagné 0,56 point à 6624,22 points.

L'indice élargi S&P 500 s'est apprécié de 0,07%, ou 1,90 point, à 2561,26 points.

«Les résultats d'entreprises et les données économiques font poursuivre sa tendance haussière au marché», a réagi Jack Ablin de BMO Private Bank.

«Le troisième trimestre solide d'IBM a porté la hausse de Wall Street», a ajouté Mike Bailey, de FBB Capital Partners.

L'action du groupe informatique américain a progressé de 8,9% à 159,53 $US après l'annonce d'un chiffre d'affaires et d'un bénéfice trimestriels dépassant les attentes, en grande partie grâce aux activités de «cloud».

La publication en cours de séance d'un rapport de la banque centrale américaine (Fed) évoquant une stagnation des prix et des salaires en août et septembre dans le pays malgré l'étroitesse du marché de l'emploi a eu peu d'effet sur les cours selon M. Ablin, car ces éléments ont «déjà été entendus ces dernières semaines».

«Les investisseurs s'intéressent aux données de plus long terme comme les indices manufacturiers ou les chiffres de l'emploi, positifs en ce moment», a indiqué M. Bailey.

«Ces données sont influencées par les ouragans», un phénomène temporaire, a par ailleurs affirmé M. Ablin.

Sur le front des valeurs, Ford a perdu 0,65% après l'annonce du rappel de 1,3 million de véhicules en Amérique du Nord, dont un grand nombre de F-150 le modèle le plus vendu sur cette partie du continent.

JPMorgan Chase (+0,38%) s'est renforcé dans le paiement électronique en acquérant la société WePay qui développe des applications facilitant les paiements auprès des petits commerçants et entreprises.

La Bourse de Toronto a cependant cédé du terrain. L'indice composé S&P/TSX du parquet torontois a cédé 34,74 points pour terminer la séance avec 15 782,16 points. 

Les secteurs des matériaux et de l'énergie ont affiché des reculs de 0,8% et 0,4%, respectivement, tandis que le gain le plus important a été celui de 1,2% affiché par le secteur de l'industrie.

«Le marché canadien des valeurs ne se joue pas tant sur l'économie nationale, mais sur la croissance mondiale - les matières premières, les hausses des taux d'intérêt», a observé Candice Bangsund, vice-présidente et gestionnaire de portefeuille chez Fiera Capital.

«Avec les matières premières et la finance, on obtient les deux tiers de l'indice de référence. À notre avis, le TSX va rattraper le marché des valeurs américain, particulièrement si les prix des matières premières et les taux d'intérêt continuent de grimper, comme nous le prévoyons.»

Sur le marché des devises, le dollar canadien s'est négocié au cours moyen de 80,09 cents US, en hausse de 0,40 cent US par rapport à son cours moyen de la veille. Il s'agissait de son premier gain après une série de trois reculs consécutifs.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a pris 15 cents US à 52,26 $ US le baril, tandis que celui du lingot d'or a perdu 3,20 $ US à 1283,00 $ US l'once. Le prix du cuivre a rendu 2 cents US à 3,18 $ US la livre.

- Avec La Presse canadienne




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer