• Accueil > 
  • Affaires > 
  • Marchés 
  • > La Bourse de Toronto clôture en baisse, mais le dollar canadien grimpe 

La Bourse de Toronto clôture en baisse, mais le dollar canadien grimpe

Le courtier Brian Sears sur le parquet du... (PHOTO AP)

Agrandir

Le courtier Brian Sears sur le parquet du New York Stock Exchange cet après-midi.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
TORONTO et NEW YORK

La Bourse de Toronto a clôturé en baisse jeudi, victime d'un déclin généralisé qui n'a épargné que le secteur des télécommunications, et Wall Street a terminé nettement dans le rouge, bousculée par un regain d'interrogations sur les politiques monétaires des deux côtés de l'Atlantique: le Dow Jones a perdu 0,74% et le Nasdaq 1,00%.

L'indice composé S&P/TSX du parquet torontois a cédé 75,12 points pour terminer la séance avec 15 078,00 points. Il a surtout été plombé par les secteurs des matériaux et des biens de consommation de base, qui ont perdu 1,35% et 1,32% respectivement.

Selon les résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a reculé de 158,13 points à 21 320,04 points et le Nasdaq, à forte coloration technologique, de 61,39 points à 6089,46 points.L'indice élargi S&P 500 a lâché 0,94%, ou 22,79 points, à 2409,75 points.

«C'est la continuation d'une tendance engagée il y a un peu plus d'une semaine», a avancé Karl Haeling de LBBW.

Principale raison: «des inquiétudes sur le fait que la Banque centrale européenne (BCE) pourrait commencer à alléger son programme de soutien à l'économie et que d'autres banques centrales, dont la Banque d'Angleterre, la Banque du Canada et la Réserve fédérale, pourraient se décider à durcir leur politique monétaire de façon plus ou moins synchronisée», a-t-il expliqué.

Le compte-rendu de la dernière réunion monétaire de la BCE diffusé jeudi «a confirmé que le sujet était vraiment sur la table», a ajouté M. Haeling.

Or les marchés actions ont grandement profité ces dernières années des largesses des banques centrales.

À la veille du rapport mensuel sur l'emploi aux États-Unis, un indicateur majeur pour jauger la santé de la première économie mondiale, les statistiques sur le marché du travail n'ont pas apporté d'éléments décisifs.Les créations d'emplois dans le secteur privé aux États-Unis ont selon ADP progressé en juin, mais à un rythme plus lent que prévu par les analystes.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage aux États-Unis ont quant à elles augmenté plus fortement que prévu.

Toutefois, a souligné Bill Lynch de Hinsdale Associates, «le marché du travail continue bien à se tendre, ce qui devrait finir par faire monter les salaires, et donc l'inflation», un élément surveillé de près par la Fed.«Certains se disent que les taux d'intérêt pourraient monter rapidement», comme en témoigne la forte progression du rendement des bons du Trésor à 10 ans, a-t-il ajouté.

GM devant Tesla

La mauvaise performance du secteur énergétique a également pesé sur la Bourse: l'indice regroupant ses valeurs au sein du S&P 500 a reculé de 1,79%.

Les cours du pétrole ont certes terminé en hausse jeudi après l'annonce d'un recul des réserves pétrolières aux États-Unis, mais ils ont concédé une grande partie de leurs gains en fin de séance, inquiétant les observateurs.

Parmi les autres valeurs du jour, General Electric (GE) a lâché 3,80% à 26,31 dollars. Le conglomérat industriel a été plombé par une note d'analystes de JPMorgan mettant en avant les incertitudes entourant son avenir.Tesla a chuté de 5,56% à 308,89 dollars après avoir essuyé un nouveau revers, sa berline «Model S» échouant à passer haut la main des tests de sécurité d'un organisme indépendant. Ce repli a permis à General Motors (-0,40% à 34,87 dollars) de redevenir le premier groupe automobile américain par capitalisation boursière.

- AVEC LA PRESSE CANADIENNE




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer