Wall Street rassurée par  Yellen et  le brut

Wall Street a fini en hausse tranquille lundi, rassurée par la prudence de la... (Photo Richard Drew, AP)

Agrandir

Photo Richard Drew, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
AFP, PC

Wall Street a fini en hausse tranquille lundi, rassurée par la prudence de la présidente de la Réserve fédérale Janet Yellen et portée par la progression du pétrole: le Dow Jones a gagné 0,64% et le Nasdaq 0,53%.

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones a progressé de 113,27 points à 17 920,33 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 26,20 points à 4968,71 points. L'indice élargi S&P 500 a gagné 10,28 points, soit 0,49%, à 2109,41 points, au plus haut depuis sept mois.

«Yellen parle, le marché bâille», a résumé Jay Morelock, de FTN Economics, notant qu'un discours de la présidente de la Fed était le principal événement de la journée.

Mme Yellen a pris note de l'inquiétude suscitée vendredi par le net ralentissement du rythme d'embauches en mai, tout en s'efforçant de la contenir: selon elle il ne faut pas accorder «trop d'importance» à des données mensuelles, souvent sujettes à d'importantes révisions, et l'état du marché du travail américain reste «globalement positif».

«J'ai de bonnes raisons de penser que les forces positives tendant à une croissance de l'emploi et à une inflation plus haute continueront à dépasser les forces négatives», a tenté de rassurer Mme Yellen.

Traduction, selon M. Morelock: il n'y aura pas de resserrement monétaire la semaine prochaine, et «une hausse (des taux d'intérêt) en juillet seulement si les statistiques économiques apportent de bonnes surprises dans les deux mois qui viennent».

Pour Sam Stovall, de Standard and Poor's Global Market Intelligence, «Yellen laisse entendre qu'elle envisage toujours deux hausses des taux cette année, et les investisseurs se sont probablement sentis un peu mieux en voyant qu'elle pense que l'économie est suffisamment solide» pour cela.

Par ailleurs, les cours du pétrole brut ont nettement progressé lundi, ce qui a porté le secteur énergétique, de loin le plus performant de la séance (+1,99%) grâce à un dollar toujours faible.

Alphabet, maison mère de Google, a perdu 0,79% à 730,06 $US. Le groupe a annoncé vendredi soir le départ du fondateur de Nest et spécialiste de la maison connectée Tony Fadell, qui continuera toutefois à conseiller le patron Larry Page.

Nest Labs, fabricant de thermostats et alarmes connectés, avait été racheté en 2014 pour un peu plus de 3 milliards US par Google, qui faisait ainsi l'une de ses plus grosses acquisitions en se positionnant sur le créneau de la vie quotidienne pilotée par internet et mobile.

Le géant des semences et pesticides Monsanto a chuté de 2,02%  après un article du journal Barron's jetant un doute sur l'aboutissement du rachat prévu par l'allemand Bayer, et notant un ralentissement de son marché.

À Toronto, l'indice composé S&P/TSX a grimpé de 49,38 points pour terminer la séance à 14 276,16 points, le secteur des métaux et minerais diversifiés ayant enregistré les gains les plus importants.

De son côté, le huard canadien a avancé de 0,82 cent US à 78,08 cents US.

Le cours du baril de pétrole brut a gagné 1,07 $ US à 49,69 $ US à la Bourse des matières premières de New York. Le prix du lingot d'or a pris 4,50 $ US à 1247,40 $ US l'once, tandis que le cours du cuivre est resté inchangé à 2,12 $ US la livre.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer