Wall Street fait une pause près de ses sommets

Après un très mauvais début d'année sur les... (PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS)

Agrandir

Après un très mauvais début d'année sur les marchés mondiaux, Wall Street a massivement rebondi, et le Dow Jones se trouve désormais à portée de son record de clôture, battu en mai 2015.

PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Wall Street a baissé hier, reprenant son souffle après s'être approchée de niveaux historiquement élevés et la Bourse de Toronto a retraité avec les prix des matières premières. 

L'indice composé S&P/TSX a effacé 30,09 points à 13 881,20 points, tandis que le prix du pétrole brut a retraité de 1 $ US à 43,18 $ US le baril à New York. 

Le déclin du pétrole brut a aussi pesé sur le dollar canadien, qui a perdu 0,48 cent US à 78,57 cents US. 

Sur Wall Street, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a reculé de 113,75 points à 17 982,52 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a perdu 10,92 points à 2091,48 points et que l'indice composé du Nasdaq a cédé 2,24 points à 4945,89 points. 

« Ça n'a rien de très dramatique », a estimé Michael James, de Wedbush Securities. « La Bourse a enregistré une performance plutôt impressionnante, donc on assiste à une vague de prises de bénéfices, en particulier dans les secteurs les plus en formes » comme l'énergie et les banques. 

Après un très mauvais début d'année sur les marchés mondiaux, Wall Street a massivement rebondi, dans une plus grande mesure que ses homologues asiatiques et européennes, et le Dow Jones se trouve désormais à portée de son record de clôture, battu en mai 2015. 

Dans ce contexte, qui sème déjà de nombreux doutes sur la capacité des indices à se maintenir à de tels niveaux, la prudence des investisseurs a été accentuée par « de nombreuses actualités », a souligné David Levy, de Republic Wealth Advisors. « C'est pour le moment la séance avec le plus de résultats d'entreprises de ce trimestre, il y a eu une réunion de la BCE et les prix du pétrole restent une forte influence sur l'ensemble de la Bourse », a-t-il énuméré. 

« Ces trois forces se combinent pour dresser un contexte mitigé. » Les cours du pétrole se sont repliés après deux jours de forte hausse, la BCE a maintenu en l'état son soutien à l'économie, mais a renvoyé la balle aux gouvernements pour la suite, tandis que les résultats des entreprises américaines restent en majorité peu engageants par eux-mêmes, mais meilleurs que des attentes très pessimistes. « Les marchés sont en train d'essayer de digérer toutes ces informations et de décider s'ils sont en mesure ou non de se relancer jusqu'aux records de l'an dernier », a conclu M. Levy. 

À part les résultats du jour, le spécialiste américain de l'énergie renouvelable SunEdison a vu sa cotation suspendue après son dépôt de bilan. Depuis l'été dernier, le titre, alors à une trentaine de dollars, a perdu l'essentiel de sa valeur pour finir à 34 cents face aux retards accumulés sur de nombreux projets et une enquête sur ses pratiques comptables.

- Avec La Presse Canadienne




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer