Wall Street en panne de motivation

«Le net ralentissement en Chine contribue à la... (PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS)

Agrandir

«Le net ralentissement en Chine contribue à la mauvaise humeur du marché», a noté Patrick O'Hare, chez Briefing.

PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Wall Street était pratiquement stable à la mi-journée lundi, après des statistiques économiques chinoises et des résultats d'entreprises plutôt moroses mais sans surprise.

----------------

Les marchés vers 12h15

  • TSX 13 764,92 / -73,18 (-0,53%)

  • TSX Crois. 553,58 / -2,71 (-0,49%)

  • Dow Jones 17 194,59 / -21,38 (-0,12%)

  • S&P 500 2 031,07 / -2,04 (-0,10%)

  • NASDAQ 4 903,04 / +16,35 (0,33%)

------------------

Après trois semaines consécutives de hausse, «le marché doit digérer un peu des gains réalisés», a estimé Sam Stovall, de Standard & Poor's Capital IQ.

En outre, «le ralentissement (économique) chinois était largement attendu, et les résultats d'entreprises sont aussi à peu près conformes aux attentes, donc les investisseurs en sont réduits à se demander si le quatrième trimestre va être aussi favorable cette année qu'il l'est habituellement», a-t-il dit.

La croissance chinoise a ralenti à 6,9% au troisième trimestre, sa pire performance depuis la crise financière de 2009, et la production industrielle de septembre a encore décéléré.

Pour autant, les chiffres chinois n'ont pas fait plonger les Bourses chinoises, et les Bourses européennes ont peu évolué, laissant beaucoup d'incertitudes sur le déroulement de la séance new-yorkaise.

Du côté des résultats d'entreprises, dont la saison bat son plein, jusqu'à présent les bénéfices des entreprises du S&P 500 ayant publié leurs performances s'affichent en moyenne en recul de 5,1%, et les chiffres d'affaires de 1,6%.

De quoi soulever des questions sur la performance de la Bourse américaine, selon Patrick O'Hare, chez Briefing.

«Nous n'aimons pas beaucoup le fait que le marché se détache des données fondamentales», qui devraient apporter davantage de soutien «pour que le mouvement se poursuive», a-t-il estimé.

M. Stovall a jugé pour sa part que «la raison pour laquelle les investisseurs pourraient trouver encourageant l'affaiblissement des résultats est qu'ils savent que la Réserve fédérale (américaine) a moins de chance de rehausser fortement les taux d'intérêt si les bénéfices continuent à baisser».

Oprah porte Weight Watchers

Quelques jours après son homologue Goldman Sachs, Morgan Stanley a déçu à son tour en annonçant une chute de 52,4% de son bénéfice net au troisième trimestre, assortie d'une baisse de 15,7% du chiffre d'affaires. Le titre était sanctionné en perdant 5,60% à 32,05 dollars.

La société de services pétroliers Halliburton, touchée de plein fouet par la réduction des investissements des grands groupes due à la chute des cours du brut, a moins surpris en annonçant qu'elle tombait dans le rouge et que son chiffre d'affaires trimestriel chutait de 36% sur un an. Le titre perdait tout de même 2,09% à 37,02 dollars.

Le fabricant de jouets Hasbro était plus durement sanctionné, lâchant 7,23% à 72,16 dollars, après avoir pourtant annoncé un bénéfice supérieur aux attentes. Le chiffre d'affaires a stagné, et le titre avait déjà largement fait mieux que le reste du marché en gagnant près de 38% sur un an.

Le marché était toutefois soutenu par une poignée d'opérations de fusion-acquisition.

Ainsi, le fabricant de microprocesseurs PMC-Sierra bondissait de 13,96% à 11,67 dollars après avoir reçu une offre d'achat de son concurrent Microsemi (-4,74% à 35,59 dollars) de quelque 2,4 milliards de dollars. Un autre groupe, Skyworks Solutions, qui avait fait une offre un peu inférieure pour reprendre PMC-Sierra, cédait 1,26% à 78,60 dollars.

Le fabricant de distributeurs de billets Diebold bondissait de 6,87% à 35,86 dollars après avoir proposé de racheter son concurrent allemand Wincor Nixdorf pour un prix potentiel de 1,7 milliard d'euros.

Enfin, le spécialiste des régimes amincissants Weight Watchers s'envolait de 85,13% à 12,57 dollars après l'annonce que la vedette de la télévision américaine Oprah Winfrey entendait en racheter 10% des actions et entrer à son conseil d'administration.

Le marché obligataire baissait un peu. Le rendement des bons du Trésor à dix ans avançait à 2,050%, contre 2,033% vendredi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,907%, contre 2,881% auparavant.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer