Le nombre d'entrées en Bourse au Canada a diminué en 2014

Le nombre de premiers appels publics à l'épargne a diminué au Canada l'an... (Photo Aaron Vincent Elkaim, PC)

Agrandir

Photo Aaron Vincent Elkaim, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
TORONTO

Le nombre de premiers appels publics à l'épargne a diminué au Canada l'an dernier pour s'établir à 14, comparativement à 18 nouvelles inscriptions en 2013, mais leur valeur totale a grimpé de 30% à 3,5 milliards $, par rapport à 2,7 milliards $ un an plus tôt, selon un rapport annuel de la firme PwC dévoilé lundi.

Le quatrième trimestre n'a vu qu'une seule nouvelle inscription d'importance à la Bourse de Toronto, soit celle de Seven Generations Energy (T.VII), évaluée à 810 millions $, d'après le rapport de PwC.

Ce premier appel public à l'épargne (PAPE), réalisé à la fin octobre, a été le deuxième plus important de 2014 - même si sa valeur était largement inférieure à celle de l'entrée en Bourse de PrairieSky Royalty (T.PSK), pour 1,4 milliard $, au deuxième trimestre.

Seven Generations, une société du secteur du pétrole et du gaz naturel de Calgary, a vendu 45 millions d'action au prix unitaire de 18 $ lors de son PAPE. Quelque 6,75 millions d'actions supplémentaires sont allées aux preneurs fermes pour le même prix, ce qui a généré un produit brut total de 931,5 millions $.

Depuis l'entrée en Bourse de Seven Generations, le cours du baril de pétrole brut a plongé à des creux de cinq ans et demi, ce qui a fait reculer les actions du secteur du pétrole et du gaz naturel.

Le titre de Seven Generations cédait lundi après-midi 1,34 $, soit 7,6%, à 16,25 $ à la Bourse de Toronto. Il s'est échangé entre 14,39 $ et 24,70 $ depuis sa première journée de transactions, le 30 octobre.

Selon le responsable des services-conseils en marchés financiers de PwC Montréal, Christophe Gautier, le marché des premiers appels publics à l'épargne a dépassé les attentes en 2014, malgré le «calme plat» du premier trimestre.

«Si l'on tient compte des turbulences que viennent de connaître les marchés, le nombre d'importantes émissions de grande qualité en 2014 est remarquable», a-t-il affirmé dans un communiqué.

Compte tenu des difficultés du secteur minier, de la reprise du secteur immobilier et de l'incertitude entourant le secteur du pétrole et du gaz naturel, M. Gautier préfère ne pas faire de prévisions pour les nouvelles inscriptions en Bourse en 2015.

La plus importante émission québécoise en 2014 a été celle de l'expert montréalais de l'éclairage Lumenpulse (T.LMP), qui s'est classée au septième rang en importance sur les marchés boursiers canadiens.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer