Wall Street termine en légère hausse

Les indices, qui avaient grimpé peu après l'ouverture... (PHOTO BRENDAN MCDERMID, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Les indices, qui avaient grimpé peu après l'ouverture à un niveau jamais atteint auparavant en cours de séance, se sont repliés après la diffusion d'un rapport des autorités américaines sur les réserves de produits pétroliers aux États-Unis ayant accentué le plongeon du prix de l'or noir.

PHOTO BRENDAN MCDERMID, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

La Bourse de New York, encouragée par des résultats d'entreprises positifs, a terminé en légère hausse jeudi.

Les titres du secteur de l'énergie ont pesé sur l'indice de référence de la Bourse de Toronto jeudi, alors que les inquiétudes entourant l'ampleur des réserves d'essence ont fait plonger le cours du baril de pétrole sous la barre des 75 $ US pour la première fois en quatre ans.

Le dollar canadien s'est pour sa part déprécié de 0,47 cent US à 87,9 cents US.

-----------------

Les marchés à la clôture :

  • TSX 14 778,77 / -77,43 (-0,52%)
  • Dow Jones 17 652,79 / 40,59 (0,23%)
  • S&P 500 2 039,31 / 1,06 (0,05%)
  • NASDAQ 4 680,14 / 5,01 (0,11%)
------------------

 

Les indices ont profité dès le début de la séance des bonnes performances de plusieurs groupes ayant dévoilé leurs résultats trimestriels, dont le numéro un mondial de la distribution, Wal-Mart (+4,72% à 82,94 dollars).C'est un élément important dans la mesure où «le secteur des produits de consommation discrétionnaires est un peu à la traîne en ce moment», a relevé Sam Stovall de S&P Capital IQ.

Les investisseurs, «qui craignent que les Américains ne vont pas dépenser sans compter pendant la période des fêtes de fin d'année», seront d'ailleurs à cet égard particulièrement attentifs vendredi à la diffusion de chiffres sur les ventes au détail en octobre aux États-Unis et d'un indice sur la confiance des consommateurs, a-t-il ajouté.

Les chiffres du groupe de médias Viacom, un peu supérieurs aux prévisions, ont aussi été bien reçus (+2,88% à 71,53 dollars), malgré la stagnation du bénéfice net et de son chiffre d'affaires annuels.

L'équipementier en télécoms Cisco bénéficiait lui aussi de résultats allant un peu au-delà des attentes malgré des prévisions décevantes (+2,27% à 25,68 dollars).

Les indices de Wall Street ont été un peu freinés dans leur élan par le plongeon du prix de baril d'or noir, au plus bas depuis septembre 2010 à Londres comme à New York. Cette baisse pèse sur l'action des grandes majors pétrolières comme ConocoPhillips (-1,19% à 70,35 dollars), ExxonMobil (-0,75% à94,66 dollars) et Chevron (-1,02% à 116,45 dollars).

La baisse des cours du brut n'est toutefois pas une mauvaise nouvelle pour tout le monde, rappelle Mace Blicksilver de Marblehead Asset Management. «C'est même plutôt une bonne nouvelle pour les consommateurs américains qui, rappelons-le, représentent 70% de l'économie américaine», a-t-il souligné.

Les investisseurs ont par ailleurs digéré jeudi la hausse légèrement plus forte que prévu des inscriptions hebdomadaires au chômage aux États-Unis pendant la semaine close le 8 novembre. Avec 290 000 demandes d'allocations chômage sur cette période, elles restent toutefois sous la barre très surveillée des 300 000 pour la neuvième semaine de suite.

Twitter, investissement «spéculatif» 

Parmi les autres valeurs du jour figurait Microsoft (+1,70% à 49,61 dollars), qui a ravi à ExxonMobil sa place de deuxième plus grosse capitalisation boursière au monde derrière Apple (+1,41% à 112,82 dollars).

Le géant de la distribution en ligne Amazon est monté pour sa part de 1,60% à 316,48 dollars, après avoir mis fin au bras de fer qui l'opposait depuis plusieurs mois à Hachette (groupe Lagardère) sur les conditions de vente des livres de l'éditeur français aux États-Unis.

La chaîne de magasins de vêtements en difficulté JC Penney a, elle, été durement pénalisée par les investisseurs (-8,51% à 7,10 dollars). Sa perte trimestrielle est moins importante que prévu, mais ses ventes à nombre de magasins comparables ont stagné.

Le groupe de produits de consommation Procter & Gamble, qui a vendu à Berkshire Hathaway (+0,53% à 146,29 dollars), la holding du milliardaire américain Warren Buffett, ses piles Duracell pour 4,7 milliards de dollars, a reculé de 0,98% à 88,60 dollars.

Twitter a quant à lui chuté de 5,88% à 40,04 dollars. L'agence de notation financière Standard and Poor's a classé le groupe dans la catégorie des émetteurs de dette dits «spéculatifs».

Le marché obligataire a légèrement progressé. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a reculé à 2,347% contre 2,359% mercredi soir et celui des bons à 30 ans à 3,076% contre 3,080% la veille.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer