• Accueil > 
  • Affaires > 
  • Marchés 
  • > Les bourses revigorées par les résultats de grands groupes industriels 

Les bourses revigorées par les résultats de grands groupes industriels

Après les fortes turbulences observées la semaine dernière... (PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS)

Agrandir

Après les fortes turbulences observées la semaine dernière et les faibles volumes enregistrés au cours des deux dernières séances, «les investisseurs ont sans doute le sentiment que le mouvement de correction est terminé», a commenté Christopher Low, économiste à FTN Financial.

PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Malcolm Morrison
La Presse Canadienne
TORONTO

Des signes que l'économie mondiale puisse être en meilleure forme que prévu, jumelés à de solides résultats trimestriels d'entreprise, ont fait grimper les marchés boursiers nord-américains jeudi.

----------------

Les marchés à la clôture :

  • TSX 14 486,83 / 174,76 (1,22%)
  • Dow Jones 16 677,90 / 216,58 (1,32%)
  • S&P 500 1 950,82 / 23,71 (1,23%)
  • NASDAQ 4 452,79 / 69,94 (1,60%)

---------------L'indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a avancé de 174,76 points pour clôturer à 14 486,83 points, les opérateurs ayant recommencé à acheter les titres qui battaient de l'aile ces dernières semaines, après avoir pris une pause mercredi.

Le dollar canadien s'est pour sa part apprécié de 0,08 cent US à 89,02 cents US.

La société d'information financière Markit a indiqué jeudi que son indice composé des gestionnaires en approvisionnement pour la zone euro avait progressé à 52,2 points en octobre, par rapport à 52,0 points en septembre. Cet indicateur est un baromètre de l'activité d'affaires dans les secteurs de la fabrication et des services. Toute lecture supérieure à 50 points signale une expansion de l'activité.

Une des principales causes du déclin des marchés en septembre et en octobre était l'inquiétude entourant l'état de l'économie mondiale et, plus particulièrement, les craintes de voir la zone euro retomber en récession.

En outre, la version préliminaire d'un indice de HSBC reposant sur un sondage des gestionnaires en approvisionnement des usines chinoises a aussi témoigné jeudi d'une expansion accrue.

Le fabricant d'équipement lourd américain Caterpillar a soutenu les marchés, son action ayant progressé de 5% après que la société eut dévoilé des bénéfices et des revenus supérieurs aux attentes des analystes. Les résultats de Caterpillar sont suivis de près puisqu'ils agissent, en quelque sorte, comme un indicateur de l'activité économique dans son ensemble.

Au Canada, Rogers Communications (TSX:RCI.B) a fait état d'un bénéfice de 405 millions $, soit 78 cents par action, pour son plus récent trimestre, ce qui s'est avéré inférieur de 6 cents aux attentes. Son action a reculé de 63 cents à 42,80 $.

Cenovus Energy (TSX:CVE) a eu un impact positif sur le marché, son action s'étant emparé de 1,70 $, soit 6,5%, à 27,97 $, après le dévoilement de résultats jugés positifs. Le producteur pétrolier spécialisé dans les sables bitumineux a notamment fait état d'un bénéfice d'exploitation et de flux de trésorerie par action supérieurs aux attentes des analystes.

Le secteur de l'énergie a réalisé la plus forte avancée du jour sur le parquet torontois, grimpant de 2,29%. Le cours du baril de pétrole brut a gagné 1,57 $ US à 82,09 $ US le baril à la Bourse des matières premières de New York.

Le groupe des métaux et minerais a avancé de 0,95%, le cours du cuivre ayant gagné 2 cents US à 3,04 $ US la livre à New York.

Les secteurs de la finance et de l'industrie ont aussi donné un bon coup de pouce au TSX, avec des gains respectifs de 0,96% et 2,27%.

Le groupe d'actions des producteurs aurifères a progressé de 0,3%, pendant que le cours du lingot d'or retraitait de 16,40 $ US à 1229,10 $ US l'once à New York.

Après les fortes turbulences observées la semaine dernière et les faibles volumes enregistrés au cours des deux dernières séances, «les investisseurs ont sans doute le sentiment que le mouvement de correction est terminé», a commenté Christopher Low, économiste à FTN Financial.

«C'est intéressant puisque les facteurs qui avaient entraîné les marchés à la baisse, en particulier les craintes de récession en Europe et d'une croissance ralentie en Chine, ne se sont pas vraiment améliorés», a-t-il ajouté.

Ebola pèse sur le marché 

Les investisseurs ont aussi été revigorés jeudi par l'annonce d'un léger renforcement de l'activité privée en octobre dans la zone euro. «C'est une amélioration qui reste minime mais montre que l'Europe continue d'éviter la récession», a relevé Christopher Low.

Aux États-Unis, les nouvelles étaient aussi encourageantes entre l'augmentation conforme aux attentes des inscriptions hebdomadaires au chômage et la progression plus forte que prévu de l'indice composite des principaux indicateurs établi par le Conference Board en septembre (+0,8%).

Seule petite ombre au tableau: les indices ont perdu une partie de leurs gains après l'annonce peu avant la clôture de l'hospitalisation à New York d'un médecin récemment revenu d'Afrique et qui devait subir des examens pour déterminer s'il souffrait du virus Ebola.

Parmi les autres valeurs du jour, le géant américain des télécoms AT&T a perdu 2,43% à 33,66 dollars après la publication mercredi soir de résultats décevants avec un bénéfice en chute de 21%.

Le site de commentaires d'internautes Yelp a, lui, plongé de 18,60% à 57,17 dollars, les investisseurs sanctionnant lourdement des prévisions moins bonnes que prévu pour le quatrième trimestre.

Du côté des résultats positifs, la compagnie American Airlines a pris 3,89% à 38,48 dollars grâce à une hausse de ses profits et de son nombre de passagers.

Son concurrent United Continental a progressé de 0,73% à 49,42 dollars après avoir fait part d'un doublement de son bénéfice net au troisième trimestre.

La banque franco-américaine Lazard, qui a vu ses profits s'envoler au troisième trimestre grâce notamment à une activité record et une dynamique particulièrement positive dans le segment stratégique du conseil en fusions-acquisitions, s'est appréciée de 0,45% à 48,93 dollars.

Le vendeur de bananes Chiquita s'est pour sa part envolé de 8,01% à 13,76 dollars après le relèvement par les groupes brésiliens Cutrale Group et Safra Group pour la deuxième fois de leur offre d'achat. Le conseil d'administration de Chiquita doit décider vendredi de donner sa préférence à cette proposition ou à la fusion avec l'importateur et distributeur irlandais de fruits exotiques Fyffes.

Le marché obligataire a terminé en baisse. Signe d'une demande moindre, le rendement des bons du Trésor à 10 ans a progressé à 2,275% contre 2,229% mercredi soir, et celui des bons à 30 ans à 3,046% contre 3,000% la veille.

Avec Agence France Presse




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer