Wall Street finit en légère hausse, record du Dow Jones

«Les investisseurs avancent à tout petits pas avant... (PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS)

Agrandir

«Les investisseurs avancent à tout petits pas avant la publication de la décision de la Réserve fédérale» américaine (Fed) à l'issue de deux jours de réunion, ont relevé les experts de Charles Schwab.

PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Wall Street a fini en légère hausse mercredi, emmenant son indice vedette, le Dow Jones, à un nouveau sommet historique, encouragée par l'annonce du maintien durable d'une politique monétaire très accommodante aux États-Unis.

-----------------

Les marchés à la clôture:

  • TSX -51,66 (-0,33%) à 15 458,88
  • Dow Jones +25,20 (0,15%) à 17 157,17
  • S&P 500 +2,59 (0,13%) à 2 001,57
  • NASDAQ 9,43 (0,21%) à 4 562,19

----------------

En légère hausse dès l'ouverture, les indices new-yorkais ont accéléré leur progression à la suite d'un communiqué de la Réserve fédérale américaine (Fed) globalement encourageant pour le marché des actions, quoique peu surprenant.

Comme prévu, la banque centrale a annoncé mercredi, à l'issue de deux jours de réunion, qu'elle continuait à réduire son soutien, de 10 milliards de dollars, à l'économie américaine tout en maintenant qu'elle ne relèverait pas ses taux avant une période de temps «considérable».

Favorisant le crédit, leur maintien à des niveaux proches de zéro depuis 2008 a beaucoup profité à Wall Street au cours des dernières années.

En effet, des progrès restent à faire selon la Réserve fédérale sur le marché du travail notamment, où elle pointe une «sous-utilisation» des ressources, et sur le marché de l'immobilier. De même, l'inflation reste inférieure à son objectif à long terme (2%). La Fed a d'ailleurs abaissé sa prévision de croissance économique pour 2014 et 2015.

«Wall Street réagit bien, car (...) c'est un communiqué qui ne fait pas de vagues même s'il laisse indiquer que la Fed a conscience qu'il va falloir remonter les taux d'intérêt et commence à préparer le marché à cette idée», a réagi Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services.

En effet, «la perspective de remontée des taux a été revue en hausse», a noté Michael Gregory, de BMO Capital Markets. Selon les estimations médianes des membres du Comité directeur de la Fed (FOMC), les taux directeurs de la Fed devraient être de 1,38% fin 2015, contre 1,13% estimé plus tôt, et de 2,88% fin 2016, contre 2,5%.

«Ca n'a l'air de rien, mais cela veut dire que pour arriver à ce niveau en 2015, les taux qui sont aujourd'hui à zéro devront augmenter de manière importante» dès qu'un resserrement a été décidé, a commenté M. Volokhine, «ce qui donne une lecture de la confiance de la Fed» en l'économie américaine, a-t-il estimé.

Dans ce contexte, le dollar a nettement rebondi mercredi, face à l'euro et au yen, face auquel il a atteint un nouveau sommet depuis six ans.

Le marché obligataire a reculé, changeant de direction après la Fed. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a avancé à 2,600% contre 2,589% mardi soir, et celui des bons à 30 ans à 3,364% contre 3,354% à la précédente clôture.

FedEx a la cote

Du côté des entreprises, le groupe de messagerie FedEx a grimpé de 3,27% à 159,71 dollars. Il a dépassé les attentes au premier trimestre de son exercice décalé et confirmé ses prévisions de bénéfice annuel.

En revanche, pénalisé par des prévisions trimestrielles et annuelles décevantes, l'éditeur de logiciels Adobe s'est enfoncé de 4,85% à 67,30 dollars.

Le spécialiste des traitements urologiques et des troubles sexuels Auxilium, sur lequel le laboratoire pharmaceutique Endo (+4,73% à 68,25 dollars) a présenté une offre d'achat de 2,2 milliards de dollars, a bondi de 44,89% à 31,18 dollars.

Le groupe de chimie DuPont, dont le milliardaire et investisseur activiste Nelson Peltz a appelé publiquement mercredi au démantèlement, s'est adjugé 5,20% à 69,25 dollars.

Le géant informatique Microsoft qui a relevé de 11% le dividende versé à ses actionnaires pour le trimestre en cours par rapport au précédent, a toutefois reculé de 0,51% à 46,52 dollars.

Avant le premier jour, vendredi, de commercialisation de l'iPhone 6 et l'iPhone 6 Plus dans les boutiques Apple dans 20 pays, Apple est monté de 0,71% à 101,58 dollars.

Le constructeur aéronautique Boeing, que la Nasa a notamment choisi pour construire des vaisseaux spatiaux privés aptes à transporter des astronautes vers la Station spatiale internationale (ISS), a gagné 0,35% à 127,76 dollars.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer