Wall Street s'incline face à l'Ukraine et des résultats décevants

La Bourse de New York a terminé dans le rouge jeudi, le regain de tensions en... (PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

La Bourse de New York a terminé dans le rouge jeudi, le regain de tensions en Ukraine et des résultats d'entreprises décevants éclipsant des indicateurs américains positifs.

-----------------------------

Les marchés à la fermeture

  • TSX 15 558,17 / -44.48 (-0,29%)
  • Dow Jones 17 079,57 / -42,44 (-0,25%)
  • S&P 500 1 996,74 / -3,38 (-0,17%)
  • NASDAQ 4 557,69 / -11,93 (-0,26%)
-----------------------------

«L'activité sur le marché, comme les autres jours de la semaine, est restée très limitée. Mais dès le début de la séance, l'humeur des quelques courtiers présents a été marquée par les informations sur le conflit entre la Russie et l'Ukraine», a commenté William Lynch de Hinsdale Associates.

Laissant planer la menace d'une guerre ouverte entre les deux pays, Kiev a demandé jeudi aux Occidentaux des «sanctions significatives» et une aide militaire «d'envergure» face à l'entrée de troupes russes dans l'Est.

Les États-Unis se sont d'ores et déjà dits prêts à imposer de nouvelles mesures de rétorsion contre le Kremlin tandis que les dirigeants européens, qui se réunissent samedi, devraient discuter d'éventuelles sanctions supplémentaires.

La croissance européenne, et par ricochet les ventes des entreprises américaines dans la région, pourraient en pâtir, redoutent certains observateurs.

Par ailleurs, «dans la mesure où le marché a bien monté ces deux dernières semaines, qu'on vient de dépasser la barre des 2000 points pour le S&P 500, sans parvenir à rester durablement au-dessus, et qu'on s'approche d'un long week-end (lundi étant férié aux États-Unis), il est normal d'observer des prises de profits», a souligné Michael James de Wedbush Securities.

Évènement mystère pour Apple

Autre raison du repli des indices, plusieurs entreprises du secteur des ventes au détail, qui s'étaient plutôt bien tenu au cours des dernières séances, ont diffusé des chiffres mal accueillis.

La chaîne de vêtements très prisée des adolescents Abercrombie & Fitch, pénalisée par des ventes au deuxième trimestre inférieures aux prévisions des analystes, est ainsi tombée de 5,27% à 41,87 dollars.

Dans le même secteur, les résultats et prévisions de Guess ont largement déçu, l'action dégringolant de 8,81% à 23,38 dollars.

Le chiffre d'affaires du spécialiste des accessoires de cuisine Williams-Sonoma est aussi ressorti en dessous des prévisions. Le titre a chuté de 11,96% à 65,93 dollars.

Seule la chaîne de magasins d'articles à bas prix Dollar General est parvenu à tirer son épingle du jeu grâce à la publication de bénéfices en ligne avec les attentes (+0,78% à 64,20 dollars).

Les statistiques économiques du jour étaient pourtant de bon augure pour l'économie américaine, qu'il s'agisse de la révision à la hausse de la croissance au deuxième trimestre, avec un PIB progressant de 4,2% en rythme annualisé d'avril à juin, du recul surprise des nouvelles inscriptions hebdomadaires au chômage, ou du rebond plus fort qu'attendu des promesses de ventes de logements en juillet.

Parmi les autres valeurs phare figurait la banque JP Morgan Chase, qui a reculé de 0,72% à 59,16 dollars alors que le FBI enquête sur une possible cyber-attaque contre l'établissement.

Apple, qui a officiellement lancé des invitations pour un événement mystère censé dévoiler ses nouveaux produits le 9 septembre, a de son côté atteint un nouveau record (+0,12% à 102,25 dollars).

Le marché obligataire a progressé. Signe d'une demande accrue, le rendement des bons du Trésor à 10 ans a reculé à 2,334% contre 2,361% mercredi soir, et celui des bons à 30 ans à 3,072% contre 3,109% la veille à la clôture.

À Toronto

La Bourse de Toronto a clôturé en baisse jeudi, tiraillée entre les tensions géopolitiques qui opposent la Russie et l'Ukraine et les solides résultats trimestriels dévoilés par les banques canadiennes.

L'indice composé S&P/TSX a perdu 44,48 points pour terminer la séance à 15 558,17 points, après que la (T.CM) eut dévoilé un bénéfice net en hausse de cinq pour cent à 921 millions $. (T.TD) a quant à elle affiché un bénéfice de 2,1 milliards $, en hausse de 1,5 milliard $ par rapport à l'an dernier grâce à la vigueur de ses services de détail au Canada.

Le dollar canadien s'est pour sa part apprécié de 0,07 cent US à 92,19 cents US à la veille de la publication des données sur la croissance économique canadienne pour le mois de juin et pour le deuxième trimestre.

Les principaux indices américains ont aussi clôturé en baisse jeudi, malgré la publication de données témoignant d'une croissance économique encore plus importante que le département du Commerce ne l'avait d'abord estimé.

La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a reculé de 42,44 points à 17 079,57 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a cédé 3,38 points à 1996,74 points et que l'indice composé du Nasdaq a effacé 11,92 points à 4557,7 points.

La prudence était de mise sur les marchés après qu'un haut responsable ukrainien eut affirmé qu'un véhicule blindé russe avait lancé des missiles depuis la Russie en direction d'un poste-frontière en Ukraine, avant de se déplacer dans le pays.

- Avec La Presse Canadienne




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer