Wall Street termine sans direction

«Le marché est très tranquille, il se tient... (PHOTO BRENDAN MCDERMID, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

«Le marché est très tranquille, il se tient même plutôt bien par rapport aux Bourses européennes», qui ont dans l'ensemble terminé en baisse, a souligné Mace Blicksilver de Marblehead Asset Management.

PHOTO BRENDAN MCDERMID, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

La Bourse de New York a terminé sans direction mercredi après la diffusion d'un document de la Réserve fédérale américaine suggérant un possible resserrement anticipé de la politique monétaire américaine. La Bourse de Toronto a clôturé en hausse, les opérateurs s'étant montrés rassurés par le contenu du plus récent procès-verbal de la Fed.

Le dollar canadien s'est pour sa part déprécié de 0,23 cent US à 91,15 cents US, le billet vert américain s'étant raffermi à la suite de la publication du document de la Fed.

---------------

Les marchés à la clôture :

  • TSX 15 561,95 / 84,78 (0,55%)
  • Dow Jones 16 979,13 / 59,54 (0,35%)
  • S&P 500 1 986,49 / 4,89 (0,25%)
  • NASDAQ 4 526,48 / -1,03 (-0,02%)
--------------

Prudente en début de séance, la place new-yorkaise a perdu de la vigueur juste après la diffusion du compte-rendu de la dernière réunion du Comité de politique monétaire de la Fed (Fomc). Mais les indices se sont ensuite repris, les investisseurs «choisissant d'interpréter le communiqué de la Fed sous une lumière positive», a avancé Paul Edelstein, économiste à IHS Global Insight.

Sans apporter de grande surprise, ce document a tout de même montré que les responsables de l'institution sont divisés sur les progrès de l'économie des États-Unis et sur le rythme d'un retour à une politique monétaire «normale».

Certains affirment notamment que l'emploi a fait suffisamment de progrès pour envisager un retour, plus tôt que prévu, à une politique moins accommodante.

L'une des principales questions que se posent actuellement les courtiers américains est en effet de savoir quand la banque centrale américaine va commencer à relever ses taux d'intérêt, ce qui ralentirait l'afflux d'argent facile sur le marché.

Les investisseurs attendent désormais le discours de la présidente de la Fed, Janet Yellen, vendredi au symposium de Jackson Hole, grand-messe académique annuelle des banquiers centraux, pour avoir des signaux plus nets.

«Là, on aura de l'information en temps réel plutôt que des mots qui datent de plusieurs semaines», a noté Mace Blicksilver de Marblehead Asset Management.

Hertz sombre pour 2014 

L'élan du marché a aussi été contenu mercredi par les résultats en demi-teinte de plusieurs grands groupes.

La chaîne de supermarchés Target a ainsi fait part d'un bénéfice trimestriel inférieur aux attentes et a révisé à la baisse sa prévision de bénéfice annuel par action. Son titre a malgré tout avancé de 1,82% à 60,33 dollars.

Le loueur de voitures Hertz a lui carrément retiré sa prévision pour l'année, soulignant que ses bénéfices en 2014 seraient «bien en dessous» de ses précédentes estimations en raison de difficultés opérationnelles dans les activités de location de voitures et d'équipements, ainsi que des coûts associés à un audit. L'action a lâché 3,90% à 30,33 dollars

Le spécialiste des travaux pour la maison Lowe's a de son côté fait part de résultats trimestriels dépassant les attentes des analystes mais a abaissé son estimation de bénéfice pour l'ensemble de l'année (+1,57% à 52,33 dollars).

Le chiffre d'affaires et les bénéfices du spécialiste des fournitures de bureau Staples ont quant à eux diminué moins que prévu au deuxième trimestre. Le groupe, qui a confirmé la fermeture de 140 magasins cette année en Amérique du Nord dans le cadre d'un plan plus large de réduction de ses installations, a baissé de 2,58% à 11,32 dollars.

Côté mode, la chaîne de magasins American Eagle Outfitters a bondi de 11,99% à 12,98 dollars. Son bénéfice trimestriel par action a baissé de 70% mais l'entreprise a continué de gagner de l'argent au deuxième trimestre alors que les analystes s'attendaient à une stagnation.

Le marché obligataire, comme le marché des actions, a terminé sans direction franche. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a progressé à 2,426% contre 2,405% mardi soir tandis que celui des bons à 30 ans a reculé à 3,220% contre 3,221% la veille.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer