La crainte de résultats décevants plombe Wall Street

«Les grands indices new-yorkais peinent à trouver une... (Photo Richard Drew, AP)

Agrandir

«Les grands indices new-yorkais peinent à trouver une direction avant qu'Alcoa lance officieusement la saison des résultats du deuxième trimestre après la clôture», ont relevé les analystes de la banque Wells Fargo.

Photo Richard Drew, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Wall Street s'est enfoncé dans le rouge mardi avant le coup d'envoi de la saison des résultats dans la soirée, craignant qu'elle ne révèle la survalorisation d'un marché évoluant à des records.

----------------

Les marchés à la clôture :

  • TSX 15 137,18 / -35,75 (-0,24%)
  • Dow Jones 16 906,62 / -117,59 (-0,69%)
  • S&P 500 1 963,71 / -13,94 (-0,70%)
  • NASDAQ 4 391,46 / -60,07 (-1,35%)

-----------------

«C'est une continuation de ce que l'on a vu» lundi, a noté Michael James, de Wedbush Securities. «Des inquiétudes sur la hausse des taux d'intérêt» aux États-Unis «ont provoqué une réduction de l'exposition aux titres à forte croissance», ce qui a touché particulièrement les actions vedettes du secteur technologique, a-t-il précisé.

Le marché se trouve en effet «dans une situation assez inconfortable», a expliqué Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services, au lancement de la saison des résultats avec la publication des comptes mardi soir du géant de l'aluminium Alcoa (+0,75% à 14,85 dollars).

La crainte que des résultats décevants chez les entreprises américaines mettent au jour une possible survalorisation d'une Bourse new-yorkaise jusque-là très en forme, se faisait de plus en plus pressante.

«Pour que le marché continue de monter, il faut des bonnes surprises: (...) on ne se contentera pas d'une saison conforme aux attentes et Alcoa est le premier test ce soir», a poursuivi le gérant de portefeuilles.

Or, en parallèle, une nette embellie du marché de l'emploi aux États-Unis pourrait entraîner le resserrement anticipé d'une politique monétaire jusque-là très favorable aux marchés financiers.

«On est désormais dans une zone où la Fed», la Réserve fédérale américaine, «va commencer à être plus à l'aise à l'idée de remonter ses taux d'intérêt», rendant plus cher le crédit et tarissant l'afflux d'argent dit facile à Wall Street, a continué M. Volokhine.

Les opérateurs seront ainsi très attentifs à la publication mercredi du compte-rendu de la dernière réunion du Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC).

Le président de l'antenne de la banque centrale à Minneapolis et membre votant du FOMC, Narayana Kocherlakota, a estimé mardi que la baisse du chômage aux États-Unis pourrait bien «surévaluer» le degré d'amélioration réel du marché du travail.

Mais ses propos n'ont eu que peu de poids sur le marché, a estimé M. James.

Plongeon du secteur «tech» 

Visés au premier chef par les soupçons de survalorisation, les titres d'entreprises vedettes du secteur ont enregistré de nettes pertes: les réseaux sociaux Twitter, Facebook et LinkedIn ont chuté respectivement de 7,01% à 37,41 dollars, 3,88% à 62,76 dollars et 6,25% à 158,67 dollars. Les géants Amazon et Google ont glissé de leur côté de 2,92% à 323,81 dollars et 1,92% à 571,09 dollars. La radio en ligne Pandora Media a dégringolé de 7,33% à 25,79 dollars.

Le fabricant automobile de véhicules de luxe électriques Tesla Motors a cédé pour sa part 1,61% à 219,07 dollars. Le groupe était pénalisé par l'impact éventuel pour sa présence sur le marché chinois de poursuites engagées par un homme d'affaires du pays l'accusant de violations de marque déposée.

Dans la pharmacie, le groupe Abbvie, qui a annoncé lundi avoir relevé de 11% le prix qu'il propose pour s'emparer de son concurrent britannique Shire s'est replié de 2,98% à 55,69 dollars.

Dans l'énergie, le géant Chevron, qui a annoncé mardi avoir cédé ses actifs dans un projet d'exploration et d'extraction de gaz de schiste en Lituanie, a perdu 0,44% à 129,90 dollars.

L'équipementier sportif Nike, qui ne renouvellera pas son partenariat avec le club anglais de football Manchester United, a cédé 1,25% à 77,67 dollars.

Le marché obligataire a progressé. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a reculé à 2,565% contre 2,617% lundi soir, et celui à 30 ans à 3,380% contre 3,440%.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer