Dow Jones et S&P 500 battent de nouveaux records à Wall Street

Le Dow Jones et le S&P 500, deux grands indices de Wall Street, ont battu in... (PHOTO STAN HONDA, AFP)

Agrandir

PHOTO STAN HONDA, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Le Dow Jones et le S&P 500, deux grands indices de Wall Street, ont battu in extremis de nouveaux records vendredi, les investisseurs regagnant confiance en l'économie américaine au terme d'une séance manquant toutefois de conviction. La Bourse de Toronto a clôturé en hausse vendredi malgré la publication de données révélant que le long et difficile hiver a nui à la croissance économique canadienne et que les dépenses des ménages américains ont ralenti.

Le dollar canadien s'est pour sa part déprécié de 0,05 cent US à 92,23 cents US, après que Statistique Canada eut indiqué que le produit intérieur brut (PIB) n'avait progressé que de 1,2% au premier trimestre. Les économistes s'attendaient plutôt à une croissance d'environ 1,8%. Sur une base mensuelle, le PIB a progressé de 0,1% en mars, ce qui était conforme aux prévisions.

----------------------------- 

Les marchés à la clôture :

  • TSX 14 599,65 / 10,70 (0,07%)
  • Dow Jones 16 717,17 / 18,43 (0,11%)
  • S&P 500 1 923,57 / 3,54 (0,18%)
  • NASDAQ 4 242,62 / -5,33 (-0,13%)
-----------------------------

«Il n'y a pas eu beaucoup de direction» dans les échanges vendredi, a noté Art Hogan de Wunderlich Securities.

En dépit des nouveaux zéniths des indices, «la séance était tout à fait indécise» à l'image de la semaine passée, «reflétant le besoin des investisseurs de digérer» les dernières informations sur l'économie américaine, a-t-il estimé.

À ce stade, «il s'agit seulement de reprendre un peu son souffle d'un point de vue technique», a commenté Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital.

L'indice VIX, dit indice de la peur, évolue depuis la fin de la semaine dernière à ses plus bas niveaux depuis la mi-mars 2013, reflétant le peu de nervosité d'investisseurs de plus en plus confiants dans la reprise américaine.

Les statistiques publiées vendredi aux États-Unis se sont avérées plutôt mitigées.

Comme prévu, les revenus des ménages ont continué de progresser en avril mais leurs dépenses de consommation ont reculé contre toute attente, pour la première fois depuis un an.

Le moral des consommateurs a par ailleurs été revu très légèrement en hausse en mai par rapport à une première estimation de l'université du Michigan qui publie l'indice, même s'il reste en-dessous du niveau d'avril. L'activité économique de la région de Chicago a connu, de son côté, une hausse-surprise en mai.

L'inflation sur un an aux États-Unis s'est elle accélérée en avril: elle s'est élevée à 1,6%, se rapprochant de l'objectif de la Réserve fédérale (Fed) d'une inflation autour de 2%.

Les investisseurs se sont aussi montrés prudents avant la sortie de statistiques sur l'économie chinoise dimanche et une réunion très attendue de la Banque centrale européenne (BCE) la semaine prochaine.

«Il y aura également le rapport sur l'emploi américain vendredi et le livre Beige», un rapport de conjoncture sur l'économie américaine publié par la Fed mercredi, a ajouté M. Cardillo. «Ce sera une semaine très chargée sur le plan économique».

Mauvais résultats dans la distribution 

Wall Street a aussi étudié des comptes trimestriels peu brillants dans le secteur de la distribution, dont les résultats contrastés et les prévisions décevantes de la marque de vêtements et d'accessoires Guess (-5,13% à 25,50 dollars) et du distributeur de vêtements Pacific Sunwear of California (-17,69% à 2,42 dollars) et la performance nettement en deçà des attentes sur toute la ligne de la chaîne vestimentaire Express (-7,48% à 12,61 dollars).

Le groupe informatique Microsoft, qui a annoncé jeudi un «partenariat stratégique» avec un fabricant concurrent de logiciels à destination des entreprises, Salesforce.com (-3,25% à 52,63 dollars), s'est apprécié de 1,49% à 40,94 dollars.

Le groupe pharmaceutique canadien Valeant, qui a soumis vendredi une nouvelle offre valorisée à 53,5 milliards de dollars pour arracher Allergan (+5,65% à 167,46 dollars), le fabricant américain du traitement antirides Botox, a fini en hausse de 1,54% à 131,21 dollars.

Le groupe de télévision américain Discovery Communications, qui a augmenté sa participation de 20% à 51% dans la chaîne Eurosport, après avoir bouclé le rachat de parts au groupe français TF1, a reculé de 0,98% à 76,96 dollars.

Le marché obligataire a reculé. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a progressé à 2,457% contre 2,447%, et celui à 30 ans à 3,314% contre 3,304% à la précédente clôture.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer