Wall Street finit sans direction

«Les indices bénéficient à l'ouverture de la performance... (PHOTO BRENDAN MCDERMID, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

«Les indices bénéficient à l'ouverture de la performance financière meilleure qu'attendu du membre du Dow Jones Disney et de (l'éditeur de jeux vidéo) Electronic Arts», ont noté les experts de la maison de courtage Charles Schwab.

PHOTO BRENDAN MCDERMID, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Wall Street a fini sans direction mercredi, une partie du marché bénéficiant de propos rassurants de la patronne de la Réserve fédérale américaine, tandis que le Nasdaq a poursuivi son recul.

------------------

Les marchés à la clôture :

  • TSX 14 656,40 / 44,11 (0,30%)
  • TSX Crois. 1 001,04 / -4,58 (-0,46%)
  • Dow Jones 16 518,54 / 117,52 (0,72%)
  • S&P 500 1 878,21 / 10,49 (0,56%)
  • NASDAQ 4 067,67 / -13,09 (-0,32%)

------------------

Une tendance baissière a emporté le marché en cours de matinée, emmenée par le Nasdaq, avant que les indices plus traditionnels de la place new-yorkaise, le Dow Jones et le S&P 500, se redressent et repartent dans le vert.

«C'est un marché à deux vitesses: d'un côté, (...) le Dow Jones et le S&P 500 ont profité des propos de (Mme) Yellen qui s'est montrée 'colombe'», c'est-à-dire accommodante, «de l'autre, la partie de la cote la plus dirigée vers la croissance, le Nasdaq, a souffert» de son diagnostic sur l'économie qui implique que la Fed poursuive son action de soutien, a expliqué Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services.

Avec un chômage en baisse à 6,3%, les conditions du marché du travail «sont loin d'être satisfaisantes» et «une politique monétaire très accommodante demeure justifiée», a ainsi déclaré la présidente de Fed, Janet Yellen, qui s'exprimait devant le Comité économique du Congrès américain.

«Une fois encore, les actions les plus 'glamour' font l'objet des plus gros mouvements de vente», a remarqué Mace Blicksliver, de Marblehead Asset Management.

Outre des craintes sur leur valeur réelle, ces titres ont souffert, selon lui, de la nervosité du marché avant l'entrée prochaine en Bourse du géant du commerce en ligne chinois Alibaba, dont le processus a officiellement démarré la veille au soir.

«Les investisseurs qui vont acheter du Alibaba ne sont pas ceux qui achètent Chevron (+1,00% à 126,23 dollars) mais bien ceux qui détiennent des titres comme Tesla» Motors, moins traditionnels, a-t-il expliqué.

Le portail internet Yahoo!, qui a en outre pâti d'une déception sur la valorisation estimée d'Alibaba, a dégringolé de 6,63% à 34,07 dollars. Et d'autres titres vedettes du secteur technologique, tels que Facebook (-1,95% à 57,39 dollars), Amazon (-1,57% à 292,71 dollars), Netflix (-1,73% à 320,54 dollars) ou Tesla Motors (-2,86% à 201,35 dollars), qui publiait ses résultats trimestriels après la clôture, ont affiché de fortes pertes.

Twitter, victime la veille d'une désaffection de ses premiers investisseurs, après l'expiration d'une période d'interdiction de vente de leurs titres, s'est encore enfoncé de 3,74% à 30,66 dollars.

En revanche, sur le plan géopolitique, «il est clair que» les derniers développements dans la crise ukrainienne, dont l'appel du président russe aux séparatistes pro-russes à reporter un référendum, «a eu un impact positif» sur les indices, apaisant quelque peu les craintes sur l'escalade des tensions dans la région, a précisé M. Volokhine.

Groupon chute de 20% 

Le marché avait bénéficié à l'ouverture «de la performance financière meilleure qu'attendu du membre du Dow Jones Disney (-0,91% à 80,29 dollars) et de (l'éditeur de jeux vidéo) Electronic Arts» (+21,03%, à 33,95 dollars), ont noté les experts de la maison de courtage Charles Schwab.

Dans l'agroalimentaire, Mondelez a grimpé de 8,18% à 38,10 dollars. La fusion, annoncée dans la matinée, de ses cafés Carte Noire et Tassimo avec Maison du Café et Senseo du néerlandais Douwe Egberts Master Blenders (DEMB) doit donner naissance à un géant mondial du secteur.

Sanctionné notamment pour des prévisions inférieures aux attentes pour le trimestre en cours, malgré des résultats supérieurs aux attentes, le spécialiste des bons de réduction en ligne Groupon a dévissé de 20,68% à 5,33 dollars.

La société 21st Century Fox, qui regroupe les activités audiovisuelles du magnat des médias Rupert Murdoch, et diffusait ses résultats après la clôture, a reculé de 0,35% à 17,08 dollars.

Le marché obligataire a fini sans direction. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a légèrement reculé à 2,590% contre 2,595% mais celui à 30 ans a avancé à 3,403% contre 3,381% à la précédente clôture.

La Bourse de Toronto a clôturé en hausse de son côté, grâce à l'appui d'une importante acquisition de la société de gaz naturel Encana (T.ECA) et à la publication de résultats trimestriels jugés positifs.

Le dollar canadien s'est pour sa part déprécié de 0,13 cent US à 91,79 cents US.

L'action d'Encana avancé de 4,6 % après que la société de Calgary eut annoncé avoir conclu un accord pour essentiellement doubler sa production. Elle a allongé 3,1 milliards de dollars pour des propriétés dans la zone schisteuse d'Eagle Ford, au Texas.

Le titre de Tim Hortons (T.THI) a pour sa part glissé de 1,3 % après que la chaîne de cafés eut affiché un bénéfice en hausse pour le plus récent trimestre, alors que les revenus étaient inférieurs aux attentes.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer