Wall Street finit en hausse

En début de séance, les indices new-yorkais étaient... (PHOTO BRENDAN MCDERMID, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

En début de séance, les indices new-yorkais étaient «aidés par quelques résultats d'entreprises meilleurs que prévu, dont ceux de Merck, une valeur du Dow Jones», ont remarqué les experts de Charles Schwab.

PHOTO BRENDAN MCDERMID, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Wall Street a fini dans le vert une séance calme mardi, confiante à la veille d'une décision de la Réserve fédérale américaine (Fed) et après une nouvelle salve de résultats d'entreprises globalement bien reçue.

La Bourse de Toronto a elle aussi clôturé en hausse, les solides résultats trimestriels dévoilés par Suncor Énergie (T.SU) ayant fait grimper les attentes pour les autres sociétés énergétiques qui publieront les leurs plus tard cette semaine.

Le dollar canadien s'est quant à lui apprécié de 0,62 cent US à 91,32 cents US.

---------------

Les marchés  à la clôture :

  • TSX 14 583,11 / 52,20 (0,36%)
  • Dow Jones 16 535,37 / 86,63 (0,53%)
  • S&P 500 1 878,33 / 8,90 (0,48%)
  • NASDAQ 4 103,54 / 29,14 (0,72%)

----------------- 

Les indices new-yorkais ont affiché d'emblée une trajectoire haussière, et se sont installés dans le vert au cours d'une séance bien moins volatile que la veille.

«Il n'y a pas forcément davantage de raisons d'être enthousiaste» mardi mais le marché estime que la Fed tiendra «sûrement un discours accommodant» mercredi, à l'issue d'une réunion de deux jours de son comité de politique monétaire (FOMC), a souligné Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services.

À la veille de la décision de la Fed, «le consensus est qu'il n'y aura que très peu, voire aucun changement dans la direction de la politique monétaire de la Fed et que le FOMC va poursuivre» la réduction de ses rachats de liquidités, a renchéri Patrick O'Hare, de Briefing.com.

D'autre part, le marché a été porté «par le rebond de quelques titres 'tech' qui avaient été massacrés» ces derniers jours, a noté M. Volokhine. Très chahutés depuis fin mars, Facebook, Tesla Motors et LinkedIn ont tous grimpé de plus de 3% mardi.

Les opérateurs se sont préparés, en outre, à la publication des résultats très attendus du réseau social Twitter (+4,64% à 42,62 dollars) et du distributeur en ligne eBay (+1,68% à 54,54 dollars).

À l'instar du laboratoire américain Merck, «les résultats d'entreprises (ont été) relativement bons», a noté quant à lui Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital. Son titre, une valeur du Dow Jones, a progressé de 3,60% à 58,72 dollars.

Les investisseurs ont aussi accueilli d'un bon oeil l'augmentation en février des prix des logements aux États-Unis pour le 25e mois consécutif.

Le moral des ménages américains a en revanche reculé légèrement en avril, selon le Conference Board. «Mais on attribue ce chiffre en grande partie aux inquiétudes géopolitiques» et à la crise ukrainienne, a relevé M. Cardillo.

D'autre part, la nouvelle salve de sanctions infligées lundi par l'Occident à la Russie pour son rôle dans la crise ukrainienne a «plutôt rassuré le marché (qui) craignait qu'elles ne soient plus sévères», a ajouté M. Volokhine.

Coach plombé par de mauvaises ventes 

Du côté des autres résultats, le groupe de compléments nutritionnels Herbalife, accusé de reposer sur une vaste fraude, s'est apprécié de 2,21% à 60,15 dollars, soutenu par des résultats meilleurs qu'attendu et des prévisions conformes aux attentes.

Le groupe pharmaceutique Bristol-Myers Squibb (-2,07% à 49,32 dollars), qui a annoncé le rachat du laboratoire californien iPerian pour se renforcer dans les biotechnologies, a fait part de résultats mitigés au premier trimestre.

La marque américaine de sacs et d'accessoires de mode Coach s'est effondré de 9,34% à 45,71 dollars. Wall Street sanctionnait l'annonce d'une chute de 7% de ses ventes au troisième trimestre de son exercice décalé, sur une base annuelle, en raison notamment du marché nord-américain d'accessoires pour femme jugé «difficile».

Le fabricant américain de pneus Goodyear, qui est passé dans le rouge au premier trimestre, après un rude hiver en Amérique du Nord, a lâché 7,72% à 25,11 dollars.

Le poids lourd américain des télécoms AT&T s'est apprécié de 0,97% à 35,42 dollars. Le groupe a annoncé lundi soir le lancement d'un service d'internet à haut débit 4G LTE pour le transport aérien aux États-Unis, destiné aux compagnies aériennes et aux passagers des vols commerciaux notamment, d'ici à fin 2015. Dans le sillage de cette annonce, Gogo, fournisseur d'accès à internet en vol, s'est effondré de 28,61% à 13,12 dollars.

Le marché obligataire a reculé. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a avancé à 2,695% contre 2,677% lundi et celui à 30 ans à 3,491% contre 3,459% à la précédente clôture.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer