Le Dow Jones frôle un nouveau sommet à Wall Street

Traders work on the floor of the New... (PHOTO LUCAS JACKSON, REUTERS)

Agrandir

Traders work on the floor of the New York Stock Exchange shortly after the opening bell in the Manhattan borough of New York April 2, 2014. REUTERS/Lucas Jackson (UNITED STATES - Tags: BUSINESS)

PHOTO LUCAS JACKSON, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

L'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones, a frôlé un nouveau sommet historique mercredi, l'indice élargi S&P 500 battant pour sa part un nouveau record, dans un marché optimiste sur l'économie américaine.

La Bourse de Toronto a clôturé en hausse elle aussi, se rapprochant d'un sommet de six ans grâce à l'appui des titres aurifères, qui ont profité d'une entente majeure entre deux sociétés canadiennes.

-----------------

Les marchés à la clôture :

  • TSX 14 459,11 / 78,56 (0,55%)
  • Dow Jones 16 573,00 / 40,39 (0,24%)
  • S&P 500 1 890,90 / 5,38 (0,29%)
  • NASDAQ 4 276,46 / 8,42 (0,20%)
-----------------

L'annonce d'un accord important entre la Corporation minière Osisko et Yamana Gold a fait grimper le secteur de l'or. La Torontoise Yamana s'est engagée à acquérir une participation de 50% dans les actifs miniers et d'exploration d'Osisko dans le cadre d'une transaction qui évalue la minière montréalaise à environ 3,4 milliards de dollars.

Le cours du lingot d'or a avancé de 10,80 $ US à 1290,80 $ US à la Bourse des matières premières de New York.

Le dollar canadien s'est pour sa part déprécié de 0,03 cent US à 90,62 cents US.

«Le marché haussier n'a pas dit son dernier mot», a commenté Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management.

Relativement atones pendant l'essentiel de la séance, «les indices ont reçu un petit coup de fouet au cours de la dernière heure d'échanges», les investisseurs réagissant «à l'amélioration du paysage économique» aux États-Unis, a estimé Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital.

Malgré un chiffre en demi-teinte montrant des créations d'emplois dans le secteur privé en hausse mais moindre que prévu, les investisseurs ont bien accueilli la nouvelle d'une hausse plus forte qu'escomptée des commandes reçues par les industries manufacturières.

La hausse du marché restait cependant limitée alors que l'on «se prépare à la parution du chiffre mensuel sur l'emploi vendredi qui est considéré comme essentiel pour jauger l'activité économique américaine», a remarqué David Levy, de Kenjol Capital Management.

Toujours à la recherche d'indications sur les perspectives de la politique monétaire américaine, ils se préparaient aussi à suivre attentivement un discours du président de l'antenne de St. Louis (Missouri) de la Fed, James Bullard, après la clôture.

Amazon n'épate pas

Le géant de la distribution en ligne Amazon, qui a annoncé mercredi le lancement d'un petit boîtier décodeur permettant de regarder des vidéos en ligne sur son téléviseur ou de jouer à des jeux vidéo, a cédé 0,76% à 341,96 dollars. Son titre avait démarré la séance en légère hausse.

Les résultats supérieurs aux attentes du géant de l'agrochimie Monsanto au deuxième trimestre de son exercice décalé, dopés par de bonnes ventes de semences transgéniques, ont accentué l'optimisme au marché.

Son titre a avancé de 0,76% à 114,42 dollars. Dans le même secteur, Agria Corporation a bondi de 4,23% à 1,48 dollar, Evogene a pris 0,84% à 19,21 dollars. Origin Agritech a perdu 0,89% à 2,22 dollars.

Le groupe informatique Microsoft, qui a présenté mercredi son propre assistant personnel baptisé «Cortana», en concurrence du Siri d'Apple, a lâché 0,17% à 41,35 dollars.

Le titre de General Motors, sur la sellette après des rappels massifs de véhicules défectueux, s'est adjugé 1,57% à 34,88 dollars à l'issue du second et dernier jour d'une audition devant le Congrès de sa patronne, Mary Barra.

Le Canadien BlackBerry, dont les ventes sont en chute libre, s'est apprécié de 1,36% à 8,21 dollars. Il a annoncé mardi qu'il n'allait pas renouveler un accord avec l'opérateur T-Mobile USA sur la vente de ses téléphones portables aux États-Unis.

Alors que le géant Google doit créer après la clôture une classe d'actions supplémentaires, distribuées aux actionnaires existants du groupe, son titre a grappillé 0,02% à 1.135,10 dollars. Les deux titres, qui seront cotés dès jeudi, seront accueillis par l'indice élargi S&P 500, qui regroupera désormais 501 valeurs.

Dans l'énergie, le groupe Cheniere qui a annoncé mercredi avoir signé un contrat pour fournir du gaz naturel liquéfié (GNL) au producteur espagnol d'électricité Endesa, filiale de l'italien Enel, a avancé de 0,14% à 57,67 dollars.

Le marché obligataire a reculé. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a progressé à 2,803% contre 2,759% mardi soir, et celui à 30 ans à 3,649% contre 3,604% à la précédente clôture.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer