Wall Street finit sans direction

Wall Street a terminé sans direction vendredi, après un rapport contrasté sur... (PHOTO STAN HONDA, AFP)

Agrandir

PHOTO STAN HONDA, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Wall Street a terminé sans direction vendredi, après un rapport contrasté sur l'emploi américain qui apaisait les craintes d'un changement de cap brutal de la politique monétaire américaine.

La Bourse de Toronto a clôturé de son côté en hausse, stimulé par les gains du secteur aurifère et la hausse du cours du lingot d'or, après la publication de données très décevantes au sujet des marchés de l'emploi au Canada et aux États-Unis.

--------------------

Les marchés à la clôture :

  • TSX 13 747,69 / 118,11 (0,87%)
  • Dow Jones 16 437,05 / -7,71 (-0,05%)
  • S&P 500 1 842,37 / 4,24 (0,23%)
  • NASDAQ 4 174,66 / 18,47 (0,44%)
--------------------

Le dollar canadien a échappé 0,42 cent US à 91,73 cents US après la publication d'un rapport faisant état de 45 900 pertes d'emplois au Canada le mois dernier, alors que les économistes misaient en moyenne sur la création de 14 600 emplois.

Après un passage en territoire négatif, les indices boursiers new-yorkais ont suivi des trajectoires contrastées vendredi, les investisseurs peinant à se positionner après un rapport clef sur l'emploi aux États-Unis qui les laissait perplexes.

Les créations d'emplois dans le pays en décembre sont ressorties beaucoup plus faibles que prévu, à 74 000 emplois contre 197 000 attendus.

«Il s'agit de la plus faible progression des embauches depuis janvier 2011», ont souligné les experts de la maison de courtage Charles Schwab, selon qui le rapport sur l'emploi était dans l'ensemble «largement inférieur aux attentes».

Et, si le taux de chômage américain a enregistré un recul encourageant ce mois-là -- tombant à son plus bas niveau depuis octobre 2008-- à 6,7%, contre 7% attendu, les investisseurs notaient que cette baisse était en partie liée au recul de la population active, «tombée à son plus bas depuis 1978», selon Christopher Vecchio, analyste pour DailyFX. En effet, en abandonnant leurs recherches, de nombreux sans-emploi disparaissent des statistiques.

Wall Street «tente de se faire une opinion sur ce rapport. D'un côté, l'économie américaine ne semble pas aussi solide qu'on le pensait, et cela inquiète. Mais un bon chiffre de l'emploi aurait accéléré les craintes d'une réduction brutale des rachats d'actifs de la Fed», la Réserve fédérale américaine, a résumé Sam Stovall, de Standard and Poor's Capital IQ.

La banque centrale, qui a injecté 85 milliards de dollars de liquidités par mois dans le système financier depuis plus d'un an, a décidé en décembre de réduire modestement ces achats et prévoit de diminuer encore graduellement ce soutien, au fil des signes d'embellie de l'économie américaine, notamment dans le secteur de l'emploi.

Du côté des entreprises, le géant de l'aluminium Alcoa a ouvert la saison des résultats sur une tonalité morose, après avoir annoncé jeudi soir une forte perte en 2013, contre une année bénéficiaire en 2012. Le groupe a chuté de 5,43% à 10,11 dollars.

Comme la veille, l'actualité est d'autre part restée dominée par les grands détaillants américains.

La chaîne de distribution américaine Target, qui a averti vendredi que l'attaque informatique dont elle avait fait l'objet en décembre avait touché les données de 70 millions de ses clients, soit beaucoup plus qu'initialement annoncé, a reculé de 1,14% à 62,62 dollars.

La chaîne de grands magasins Sears s'est effondré de 13,77% à 36,71 dollars, après avoir émis des prévisions trimestrielles bien pires qu'attendu, avec des pertes plus prononcées que prévu.

A l'inverse, le groupe américain d'habillement Abercrombie & Fitch s'est envolé de 11,98% à 37,19 dollars, après avoir nettement relevé ses prévisions de résultats grâce à des ventes meilleures que prévu pendant la saison des fêtes et l'impact de mesures de réduction des coûts.

Le groupe de conseil informatique Accenture, choisi par l'administration Obama pour améliorer le site internet HealthCare.gov, la bourse en ligne à l'assurance-maladie gouvernementale plombée par des dysfonctionnements, a avancé de 0,30% à 83,20 dollars.

Le marché obligataire s'est apprécié. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a reculé à 2,860% contre 2,963% jeudi soir et celui à 30 ans à 3,796% contre 3,873%.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer