Wall Street recule malgré l'emploi

«L'impression générale est que les conditions du marché... (Photo AP)

Agrandir

«L'impression générale est que les conditions du marché de l'emploi (aux États-Unis) s'améliorent peu à peu», créant un environnement favorable pour les investisseurs, ont commenté les analystes du site d'information financière Briefing.com.

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

La Bourse de New York a terminé en légère baisse jeudi en dépit d'un nouveau signe d'amélioration de l'emploi américain, nerveuse à l'orée de la saison de résultats. La Bourse de Toronto a clôturé de son côté sans grand changement.

-----------------

Les marchés à la clôture:

TSX 13 585,01 / -51,30 (-0,38%)

Dow Jones 16 444,76 / -17,98 (-0,11%)

S&P 500 1 838,13 / 0,64 (0,03%) 

NASDAQ 4 156,19 / -9,42 (-0,23%)

------------------

Le dollar canadien s'est quant à lui déprécié de 0,41 cent US à 92,15 cents US, son plus faible cours de clôture depuis la fin septembre 2009. Le huard a perdu des plumes à la suite de la publication de données faisant état d'un recul des mises en chantier d'habitations et des permis de bâtir au Canada dans les derniers mois de 2013.

Portés par un léger vent d'optimisme en début de séance, les indices boursiers new-yorkais ont peu à peu été gagnés par la nervosité croissante des courtiers à l'approche de rendez-vous majeurs.

De bonnes nouvelles sur le front de l'emploi ces derniers jours, avec la hausse des créations d'emplois dans le privé annoncée mercredi et la baisse des inscriptions hebdomadaires au chômage révélée jeudi, ont laissé augurer un bon rapport mensuel sur le secteur vendredi.

«Or, ce que craignent les investisseurs, c'est qu'un très bon chiffre demain incite les membres de la Fed (la Réserve fédérale américaine) à devenir plus agressifs dans la réduction de leur programme de rachats d'actifs», a noté Gregori Volokhine, gérant du fonds Meeschaert America.

La banque centrale, qui a injecté 85 milliards de dollars de liquidités par mois dans le système financier depuis plus d'un an, a entamé en décembre une modeste réduction de 10 milliards de dollars de ces achats et prévoit de continuer de diminuer graduellement ce soutien, au fil des signes d'embellie de l'économie américaine, notamment en termes d'emploi.

Et «ce qui était nouveau dans les minutes» de la dernière réunion du comité directeur de la Fed en décembre publiées mercredi, c'était sa «détermination» à réduire son soutien, a relevé M. Volokhine. Donc si le rapport demain est bien meilleur qu'attendu, «ce ne sera peut-être pas 10 milliards mais 20 milliards de dollars de réduction qui seront annoncés la prochaine fois», a-t-il averti.

Ajoutant à ces craintes, Janet Yellen, qui va remplacer Ben Bernanke à la tête de la Réserve fédérale le 1er février, a estimé jeudi dans un entretien à Time Magazine que la croissance de l'économie américaine devrait s'accélérer cette année.

Sur le plan des entreprises, «une certaine nervosité (...) s'empare des opérateurs avant le début officieux de la saison des résultats» marqué dans la soirée par les chiffres trimestriels du géant de l'aluminium Alcoa, a noté Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital.

Jugés de mauvais augure, les résultats trimestriels de l'enseigne de produits domestiques Bed Bath and Beyond (-12,46% à 69,75 dollars) sont ressortis moins bons qu'attendu.

Alcoa a reculé de 1,29% à 10,69 dollars. Le département américain de la Justice (DoJ) et le gendarme boursier SEC ont annoncé avant l'ouverture que le groupe devrait payer 384 millions de dollars pour clore des poursuites pour corruption.

Le groupe Macy's a en revanche bondi de 7,64% à 55,80 dollars au lendemain de l'annonce d'une réduction de coûts et d'effectifs, avec le licenciement de 2.500 personnes, et d'une hausse de ses prévisions de bénéfices.

Dans le même secteur, la chaîne de grands magasins en difficulté JC Penney a repris du terrain après une forte chute la veille et gagné 3,66% à 7,64 dollars.

La baisse du réseau social Twitter s'est poursuivie, avec un recul de 3,78% à 57,05 dollars.

Avant la publication de leurs résultats la semaine prochaine, quelques grandes banques américaines ont affiché de bonnes performances: Bank of America s'est adjugé 1,51% à 16,83 dollars, Citigroup 0,71% à 55,20 dollars et Wells Fargo 0,52% à 46,16 dollars

Le marché obligataire a avancé. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a reculé à 2,963% contre 2,993% mercredi soir et celui à 30 ans à 3,873% contre 3,903% à la précédente clôture.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer