Votre vie financière - La maison porte à réflexion

Manon Brosseau épargne et elle est heureuse de... (photo PATRICK SANFAÇon, la presse)

Agrandir

Manon Brosseau épargne et elle est heureuse de ses placements dans des REER.

photo PATRICK SANFAÇon, la presse

Richard Dufour

Chaque semaine, cet été, nous vous présentons une personne qui nous parle de la gestion de ses finances personnelles. Aujourd'hui, Manon Brosseau, 50 ans, qui habite Prévost.

Elle est archiviste médicale à l'hôpital de Saint-Jérôme, célibataire sans enfant.

Épargnez-vous ?

Oui, par l'entremise de virements automatiques dans mon REER. C'est pas mal la seule chose que je réussis à faire actuellement. Je suis l'unique propriétaire d'une maison et les dépenses font en sorte que chaque fois que je réussis à mettre un peu d'argent dans mon CELI [compte d'épargne libre d'impôt], je dois l'utiliser parce que le toit coule, un tuyau brise, etc. Des petits problèmes de santé se traduisent aussi par des dépenses, car même si je bénéfice d'assurances au travail, ça ne couvre pas 100 % des coûts, et il y a une limite. Plusieurs malchances du genre font en sorte que j'ai accumulé certaines dettes. Ma priorité est de rembourser ces dettes, mais je tiens à mon REER.

Quel a été votre meilleur placement ou votre meilleure décision financière ?

C'est mon REER géré par un ami qui travaille pour une grande firme de placements. Je consulte les relevés envoyés périodiquement. Je regarde le rendement, mais je ne pourrais pas expliquer dans quoi exactement mon argent est investi. Je suis satisfaite du rendement, car je suis un peu « frileuse ». Je n'ai pas un profil d'investissement téméraire.

Comment utilisez-vous le crédit ?

Je possède malheureusement une carte de crédit. On ne peut pas vivre sans ça. Que ce soit pour faire une réservation ou pour se dépanner. Mon problème, c'est que je ne réussis pas toujours à régler le solde chaque mois actuellement.

Outre le fait de gagner plus d'argent, qu'est-ce qui pourrait vous aider ou changer votre vie financièrement ?

Je crois que je n'aurai pas le choix de vendre ma maison. C'est ma plus grosse dépense et mon principal souci financier. Ce n'est pas une maison récente. Elle a besoin de beaucoup d'amour. Lorsque je me déciderai à la vendre, c'est certain que ma situation va s'améliorer. Je vais pouvoir voyager au lieu de mettre de l'argent sur le toit, sur l'asphaltage de l'entrée ou la plomberie. J'ai déjà eu un condo et j'ai détesté. Je deviendrai probablement locataire pour m'acheter une paix d'esprit. Si le réservoir d'eau chaude brise le 2 janvier, je pourrai appeler le propriétaire pour qu'il s'en occupe !




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer