Les titres de la semaine

L'action de la société pharmaceutique qui a son... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

L'action de la société pharmaceutique qui a son siège social à Laval, mais qui est dirigée du New Jersey, a rebondi de 15 % jeudi après que Citigroup eut formulé des commentaires favorables sur l'entreprise.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Richard Dufour

Chaque dimanche, nous braquons les projecteurs sur une poignée de titres qui ont retenu notre attention, pour le meilleur ou pour le pire.

GROUPE HNZ

L'entreprise de services héliportés des Cèdres, près de Valleyfield, a perdu le quart de sa valeur boursière au cours des trois premières séances de la semaine après avoir dévoilé des résultats trimestriels décevants. Les investisseurs semblent surtout ne pas avoir apprécié la suspension du dividende. Cette décision a notamment pris par surprise l'analyste Derek Spronck, chez RBC, qui a aussitôt retiré sa recommandation d'achat. « Les choses risquent de se détériorer avant de s'améliorer », dit-il en soulignant voir de meilleures occasions d'investissement ailleurs que dans le titre de l'entreprise autrefois appelée Hélicoptères Canadiens.

KEURIG GREEN MOUNTAIN

L'action du torréfacteur américain, qui a fait l'acquisition de la montréalaise Van Houtte il y a cinq ans, a bondi de 18 % jeudi après avoir présenté des résultats moins mauvais que prévu. Compte tenu de la période difficile traversée par l'entreprise de Waterbury, au Vermont, la bonification du dividende annoncée jeudi a semblé rassurer les marchés. Cette décision est assurément un signal de confiance de la part des dirigeants envers les perspectives futures. L'action a perdu plus de la moitié de sa valeur cette année. Un volume particulièrement élevé de transactions a été observé sur le titre jeudi.

VALEANT

L'action de la société pharmaceutique qui a son siège social à Laval, mais qui est dirigée du New Jersey, a rebondi de 15 % jeudi après que Citigroup eut formulé des commentaires favorables sur l'entreprise. L'appréciation boursière observée jeudi est la plus forte enregistrée en une séance depuis que le titre a amorcé sa chute après le sommet du mois d'août. « Je pense que la grande partie des mauvaises nouvelles est escomptée dans le titre », dit Murali Ganti en mentionnant qu'il importe de ne pas oublier que Valeant et les autres sociétés pharmaceutiques ont des actifs qui génèrent des flux de trésorerie élevés.

CANADIEN PACIFIQUE

Le titre du transporteur ferroviaire de Calgary a progressé de 6 % mercredi après que la direction eut confirmé une proposition de fusion avec le vis-à-vis américain Norfolk Southern pour créer un chemin de fer transcontinental. La proposition en argent et en actions a été évaluée à 28 milliards de dollars US, mais pourrait bien être bonifiée compte tenu de la timide réaction de la direction de Norfolk Southern. « La prochaine étape est de voir si des actionnaires de Norfolk Southern appuieront publiquement l'offre pour ainsi mettre la pression sur le conseil d'administration », commente Walter Spracklin, chez RBC.

AIMIA

Le titre de l'entreprise montréalaise autrefois connue sous le nom d'Aéroplan a cédé 10 % de sa valeur en deux jours pour commencer la semaine. Ce repli a suivi un recul de 14 % enregistré au cours de la dernière séance de la semaine précédente. Les investisseurs réagissaient à la diffusion d'une performance financière trimestrielle décevante et à une révision à la baisse des prévisions par la direction. Plusieurs analystes se questionnent sur le vecteur susceptible de propulser l'action dans un avenir prévisible.

DICK'S SPORTING GOODS

Le titre du détaillant américain d'articles de sport a reculé de 9 % mardi après avoir abaissé ses prévisions pour l'exercice dans la foulée de résultats trimestriels inférieurs aux attentes. Le repli boursier a été jugé injustifié par plusieurs analystes, dont Wayne Hood, de la BMO. « C'est une réaction exagérée à un événement transitoire », dit-il en référence au fait que les résultats du trimestre ont été affectés par une température clémente qui a nui à la vente de produits pour l'hiver. « Le repli crée une occasion d'achat. La compagnie continue de voler des parts de marché à ses concurrents, gros et petits », dit Sam Poser, chez SterneAgee.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer