Source ID:1e639ec4-b31d-4f39-bfb0-cb52dc9d1b59; App Source:alfamedia
Exclusif

Trivium Avocats: une nouvelle méthode pour financer les recours juridiques

Me Marc-Antoine Cloutier a cofondé la clinique juridique Juripop... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

Me Marc-Antoine Cloutier a cofondé la clinique juridique Juripop il y a une dizaine d'années.

Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Richard Dufour

Le cofondateur de la clinique Juripop offrira à la classe moyenne et aux PME la possibilité de financer des recours juridiques en échelonnant les paiements et en profitant d'un taux prénégocié avec une institution financière.

Une solution unique en son genre au pays, selon Me Marc-Antoine Cloutier. « Les gens auront la possibilité de répartir, sans intérêt, les paiements sur 15 mois ou encore avec un taux d'intérêt très raisonnable sur 48 mois », dit-il.

Pour mettre sur pied son programme, il dit avoir négocié avec le Mouvement Desjardins un taux d'intérêt avoisinant les 6 % pour la clientèle qui voudra échelonner ses paiements sur quatre ans.

Une telle manière de financer des services juridiques existe déjà, souligne Marc-Antoine Cloutier, notamment aux États-Unis et en Europe. « Mais c'est une première au pays avec un partenariat aussi clair. Nous allons établir le premier partenariat de volume ou d'importance avec Accord D pour mettre de l'avant cette idée », affirme l'avocat de 29 ans.

« Nous sommes toujours un peu à la remorque des tendances européennes et américaines pour ce qui est des services juridiques. »

UN FREIN IMPORTANT

Le programme de financement sera offert par le cabinet Trivium Avocats qu'il fonde avec des associés. En compagnie de deux autres avocats, Marc-Antoine Cloutier doit en effet annoncer aujourd'hui l'acquisition du bureau de Deveau Avocats de Brossard, où il a été associé au cours des quatre dernières années.

Marc-Antoine Cloutier explique que sa réflexion a été alimentée par le fait d'aller magasiner.

« Je me suis dit que si on peut acheter un spa ou un divan en le finançant, pourquoi ne pourrait-on pas le faire dans un domaine ou c'est encore plus fondamental qu'un bien de consommation ? » - Me Marc-Antoine Cloutier

Le recours aux services d'un avocat peut rapidement coûter cher lorsque le dossier doit se bâtir. « La majorité, sinon la totalité des cabinets exigent un paiement dans les 30 jours », dit-il. « Il y a parfois des ententes de paiement, mais généralement, on exige un paiement dans les 30 jours, ce qui force les gens à disposer de liquidités importantes dès le début. »

L'impact est considérable, car il y a deux freins importants à l'accès à la justice, dit-il. « Les honoraires, mais aussi les liquidités disponibles. Un montant fixe payable dans un délai rapide constitue un frein important. C'est ce qu'on a voulu atténuer. »

Il est important, selon lui, d'informer les gens sur le montant total auquel ils doivent s'attendre, et il y a plusieurs manières de le faire : à forfait, avec un plafond, par gestion de projets, par étapes. « Avec nous, les honoraires seront prévisibles. Les gens auront l'heure juste dès le départ. Évidemment, il peut arriver des situations exceptionnelles qui demandent de revoir les plafonds, mais essentiellement, l'idée est de fixer un prix précis pour une chose qu'on va acheter et qu'on va répartir sur un certain nombre de mois pour que ce soit prévisible et budgétable pour l'entreprise et le particulier. »

« On permet déjà à des gens de répartir les paiements pour des biens de consommation qu'on n'aurait pas eu nécessairement les moyens de payer au complet au moment de l'achat. Ça tombe sous le sens de faire la même chose avec les services juridiques. »

« PLUS ACCESSIBLES »

Environ 10 000 commerçants ou entreprises offrent la solution de financement au détail Accord D au pays dans toutes sortes de secteurs d'activité. « L'accès au financement Accord D pour des services juridiques n'est pas aussi répandu que le financement de biens de consommation, par exemple », commente la porte-parole de Desjardins, Valérie Lamarre. « Nous sommes donc heureux de pouvoir contribuer à rendre les services juridiques plus accessibles pour les clients de Trivium Avocats. »

Marc-Antoine Cloutier a participé à la fondation de la clinique juridique Juripop il y a une dizaine d'années. Juripop propose notamment des services juridiques à coût modique aux personnes exclues de l'aide juridique gouvernementale, mais qui sont dans l'incapacité financière de payer pour la défense de leurs droits.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer