Unilever profite des taux de change

Le géant néerlandais de l'agroalimentaire et des cosmétiques Unilever (UN)... (PHOTO ARCHIVES BLOOMBERG)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
La Haye

Le géant néerlandais de l'agroalimentaire et des cosmétiques Unilever (UN) a publié jeudi pour le troisième trimestre un chiffre d'affaires en hausse de 9,4%, notamment grâce à des taux de change favorables et de fortes ventes de crèmes glacées.

Les ventes se sont établies à 13,4 milliards d'euros, a indiqué Unilever qui souligne que cette hausse du chiffre d'affaires est également attribuée à une croissance de ses ventes à périmètre comparable.

«Nos bons résultats au troisième trimestre reflètent nos efforts pour construire notre société sur le long terme», a affirmé le directeur général du groupe, Paul Polman, cité dans le communiqué.

«La croissance a néanmoins été aidée par des facteurs très spécifiques, comme une base de comparaison faible en Chine, de fortes ventes de crèmes glacées et des ventes avancées en Amérique du Sud», a-t-il ajouté.

À périmètre comparable, les ventes ont augmenté de 5,7%, un chiffre supérieur aux attentes des analystes interrogés par l'agence Bloomberg qui s'attendaient à une hausse de 4%.

M. Polman observe des «marchés faibles à travers le monde» mais s'attend cependant pour l'année, à des ventes à périmètre comparable «dans la partie supérieure de la fourchette de 2 à 4%».

À la Bourse d'Amsterdam, Unilever était en hausse de 3,36% à 38,84 euros à l'ouverture des échanges, au sein d'un indice AEX en hausse de 1,14% à 439,28 points.

Unilever s'est notamment félicité d'avoir introduit des innovations dans le marché des glaces, avec une nouvelle gamme de Ben & Jerry's et de Magnum, qui se sont bien vendues grâce aux fortes températures de l'été.

Les résultats ont été influencés à la hausse (2,9%) par les taux de change, a affirmé Unilever, précisant que la vente de plusieurs de ses branches a eu un impact de 0,2% à la baisse sur ses chiffres.

Cherchant à se concentrer sur les cosmétiques, à haute marge, Unilever avait récemment annoncé acquérir les spécialistes de soins de la peau Murad et Dermatologica, après avoir acheté en début d'année le britannique REN et les savons Camay et Zest.

Fondé en 1930, Unilever commercialise notamment les thés Lipton, les soupes Knorr, l'huile d'olive Bertolli et les déodorants Rexona. Il emploie plus de 173 000 personnes à travers le monde.

Le groupe, qui réalise plus de la moitié de son chiffre d'affaires dans les marchés émergents, a relevé dans ces derniers des tendances variées: une croissance en Inde, en Brésil ou en Colombie alors qu'en Thaïlande et en Afrique du Sud, les marchés étaient «faibles».

En Europe, les ventes de crèmes glacées et de produits d'hygiène personnelle ont augmenté mais une contraction du marché de la margarine a pesé sur la performance de la branche nourriture dans la région.

Les déodorants secs ont, eux, permis à Unilever d'être «en avance sur ses ventes» en Amérique du Nord.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer