General Electric: bénéfice net en hausse de 10 % au 3e trimestre

Ce bénéfice dégagé au troisième trimestre par General Electric... (PHOTOS ARCHIVES AP)

Agrandir

Ce bénéfice dégagé au troisième trimestre par General Electric est supérieur aux attentes des analystes.

PHOTOS ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Le conglomérat américain General Electric (GE) a dégagé au troisième trimestre un bénéfice net en hausse, supérieur aux attentes des analystes qui scrutent les performances de ce groupe souvent considéré comme un baromètre de l'économie américaine.

D'après un communiqué publié vendredi, le bénéfice net de GE s'est élevé à 3,5 milliards de dollars, en hausse de 10 % sur un an, tandis que le bénéfice opérationnel ajusté par action, indicateur surveillé par les marchés, a progressé de 6 % à 0,38 dollar, là où les analystes tablaient sur 0,37 dollar.

«GE a enregistré une bonne performance sur le trimestre, en particulier dans ses activités industrielles dont le résultat a progressé de 9 %», a déclaré le PDG Jeff Immelt, cité dans le communiqué.

«L'environnement est volatil, mais les opportunités de croissance dans les infrastructures existent», a-t-il ajouté.

Le carnet de commandes du groupe dans les équipements et les services s'élevait à 250 milliards de dollars à fin septembre, en hausse de 21 milliards sur un an, tiré en particulier par les équipements innovants (locomotives, turbines à gaz, moteurs d'avions).

Le chiffre d'affaires du conglomérat a en revanche stagné sur ce trimestre, à 36,174 milliards de dollars (+1 %), un chiffre légèrement inférieur aux attentes des analystes.

Le groupe est engagé dans une modification de son périmètre pour le rendre plus industriel et moins financier, comme l'illustre la bataille acharnée remportée au deuxième trimestre pour acheter une partie des activités du groupe français Alstom, la cession annoncée fin juin des activités de crédit à la consommation dans le nord de l'Europe pour 700 millions d'euros ou encore l'introduction en bourse de sa filiale bancaire Synchrony en juillet, qui n'a toutefois pas rencontré le succès espéré.

GE a répété vendredi qu'il avait l'intention de se désengager totalement de Synchrony, dont il détenait encore à fin août plus de 80 % du capital, au plus tard d'ici à la fin de 2015, et a confirmé qu'il attendait de la vente de son gros électroménager à Electrolux pour 3,3 milliards de dollars - une opération conclue début septembre - un gain net modeste, compris entre 0,05 à 0,07 dollar par action.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer