La forte concurrence fait reculer le bénéfice de Loblaw

Les Compagnies Loblaw (T.L) ont affiché mercredi un bénéfice... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Linda Nguyen
La Presse Canadienne
TORONTO

Les Compagnies Loblaw (T.L) ont affiché mercredi un bénéfice net du premier trimestre en baisse de 40 %, à 103 millions de dollars, ce qui était essentiellement attribuable à des charges financières, tandis que les revenus de leur division des services financiers ont légèrement augmenté.

Le bénéfice net par action s'est établi à 37 cents, comparativement à 61 cents par action, ou 171 millions de dollars, pour le même trimestre en 2013.

Le bénéfice net ajusté a légèrement grimpé au plus récent trimestre, alors que Loblaw continuait à s'ajuster à la féroce concurrence du secteur de l'épicerie et aux pressions déflationnistes résultant de la réforme des médicaments sous ordonnance.

Le plus grand détaillant alimentaire au Canada a affiché un bénéfice ajusté de 139 millions de dollars, ou 49 cents par action, au premier trimestre, ce qui représente une hausse de 3,7 % par rapport à celui de 134 millions, ou 48 cents par action, de la même période en 2013.

Les revenus ont avancé de 1,2 % à 7,29 milliards de dollars au cours du trimestre clos le 22 mars, comparativement à un chiffre d'affaires de 7,2 milliards à la même période un an plus tôt.

Les analystes tablaient en moyenne sur un bénéfice de 122 millions de dollars, ou 46 cents par action, à partir de revenus de 7,32 milliards, d'après les prévisions recueillies par Thomson Reuters.

Loblaw a en outre indiqué qu'il hausserait son dividende trimestriel d'environ 2,1 % à 24,5 cents par action ordinaire.

Du côté de ses services financiers, les revenus ont grimpé de 9,1 % par rapport à l'an dernier, soutenus par une hausse des taux d'intérêt des soldes de ses comptes de cartes de crédit et un meilleur rendement sur les intérêts des revenus, en plus d'autres hausses de frais de service.

La société a en outre indiqué que ses activités de pharmacie avaient souffert, au dernier trimestre, en raison d'une diminution généralisée de l'utilisation de médicaments génériques et d'une baisse de la valeur des taux de remboursement pour les médicaments génériques, un résultat attribué aux récentes réformes réglementaires du secteur.

Loblaw s'attend à ce que son environnement reste concurrentiel au deuxième trimestre, face à ses rivales Sobeys, Metro (T.MRU), Walmart et Target.

La société prévoit notamment inscrire à ses comptes une charge de 25 millions de dollars au prochain trimestre, pour ses efforts visant à rendre ses magasins plus efficaces au niveau des coûts et de l'exploitation, en vertu des termes de ses conventions collectives.

En plus de ses principales activités d'épicier, Loblaw est derrière la ligne de vêtements Joe Fresh et la Société de placement immobilier Propriétés de choix. Elle a conclu le mois dernier son acquisition de la chaîne de pharmacies Shoppers Drug Mart - qui exploite la bannière Pharmaprix au Québec.

L'action de Loblaw a pris mercredi 1,85 $, soit 4%, à la Bourse de Toronto, où elle a clôturé à 47,65 $.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer