Hyperloop One veut s'installer au Québec

Publicité

Un centre de recherche et développement de plusieurs «centaines» d'employés, financé à moitié par des fonds publics, est souhaité par l'entreprise

Anita Sengupta, vice-présidente principale, systèmes d'ingénierie, de Virgin... (Photo Marco Campanozzi, La Presse) - image 1.0

Agrandir

Anita Sengupta, vice-présidente principale, systèmes d'ingénierie, de Virgin Hyperloop One

Photo Marco Campanozzi, La Presse

Virgin Hyperloop One a fait des essais couronnés... (photo archives reuters) - image 1.1

Agrandir

Virgin Hyperloop One a fait des essais couronnés de succès sur son site de tests dans le désert du Nevada.

photo archives reuters

Le Québec contribuera-t-il à la création du «cinquième moyen de transport», après la voiture, le bateau, le train et l'avion ? L'entreprise américaine Virgin Hyperloop One est en tout cas en discussion avec Investissement Québec pour implanter dans la province un centre de recherche et développement qui compterait à terme des centaines d'employés.

L'objectif d'un tel centre serait de développer les technologies nécessaires au déploiement du système hyperloop, moyen de transport futuriste où des capsules filent à 1200 km/h dans des tubes sous vide. De Montréal, un tel système permettrait de gagner Ottawa en 12 minutes et Toronto en une trentaine de minutes.

«Nous évaluons l'idée de construire un centre de recherche de l'ordre de 200 millions de dollars, ici, au Québec», a révélé à La Presse Anita Sengupta, vice-présidente principale, systèmes d'ingénierie, de Virgin Hyperloop One.

Mme Sengupta a expliqué que la moitié de la somme serait récoltée auprès d'investisseurs privés, tandis que l'autre proviendrait de fonds publics québécois. Elle affirme avoir déjà tâté le terrain auprès d'Investissement Québec.

«Nous sommes en contact avec Hyperloop One», a confirmé Isabelle Fontaine, directrice principale des affaires publiques et gouvernementales chez Investissement Québec. 

Selon Mme Sengupta, un tel centre de recherche compterait « des centaines » d'employés.

LA TECHNOLOGIE QUÉBÉCOISE DANS LA LIGNE DE MIRE

Interviewée en marge de la conférence Movin'On, à Montréal, Mme Sengupta a expliqué que l'entreprise cherchait des partenaires pour l'aider à développer les diverses composantes de ce système de transport qui semble sorti d'un film de science-fiction. Et pour ça, elle dit avoir l'expertise technologique du Québec dans sa ligne de mire.

« La majorité de notre ingénierie et de notre développement se fait à Los Angeles, mais nous ne voulons pas être responsables de tout et nous cherchons des partenaires. Le Canada, en particulier le Québec, est une option formidable parce que vous avez tellement d'expertises uniques qui nous intéressent : les systèmes autonomes, la technologie des batteries, et, évidemment, le design de fuselage de vaisseaux sous pression », affirme celle qui travaillait jusqu'à tout récemment pour le Jet Propulsion Laboratory de la NASA avant de se laisser séduire par le projet hyperloop.

Mme Sengupta mentionne les noms de Bombardier et d'Hydro-Québec comme partenaires potentiels.

« Bombardier pourrait être un partenaire pour nos capsules - les technologies sont très similaires, une capsule hyperloop étant pratiquement un avion sans ailes. Ils ont aussi une division de lévitation magnétique pour les trains, technologie que nous utilisons aussi. Et Hydro-Québec est bien connue pour son expertise dans les batteries. »

- Anita Sengupta, vice-présidente principale, systèmes d'ingénierie, de Virgin Hyperloop One

Mme Sengupta a aussi parlé de l'expertise du Québec en intelligence artificielle comme d'un atout.

En plus des discussions avec Investissement Québec, Mme Sengupta affirme que l'entreprise a reçu la visite de représentants de la Caisse de dépôt et placement du Québec à Los Angeles « il y a deux semaines ». La Caisse a refusé de confirmer ou d'infirmer ces informations, expliquant qu'elle ne commentait jamais les pourparlers entourant d'éventuels investissements.

Mme Sengupta dit aussi avoir profité de la conférence Movin'On pour glisser un mot sur le projet à la ministre de l'Économie du Québec, Dominique Anglade. Du côté du cabinet de Mme Anglade, on évoque toutefois une simple rencontre fortuite dans le stationnement de l'événement et on n'a pas voulu commenter davantage.

«Nous avons besoin de partenaires, vous avez l'expertise. Nous avons des investisseurs, vous avez vos propres fonds. C'est gagnant-gagnant. Mettons-nous ensemble et faisons en sorte que ça fonctionne», lance Anita Sengupta.

D'AUTRES CORRIDORS PLUS AVANCÉS

Il y a un an, le président de Virgin Hyperloop One, Rob Lloyd, avait affirmé à La Presse avoir l'oeil sur le corridor Toronto-Montréal pour implanter un système hyperloop. Hier, la vice-présidente Anita Sengupta a confirmé que ce corridor suscitait toujours de l'intérêt, mais précisé que d'autres étaient plus avancés. Selon elle, le premier système hyperloop devrait voir le jour entre Pune et Bombay, en Inde, où des tests auront lieu dès 2022 pour un système pleinement fonctionnel entre les deux villes prévu pour 2025. Des études de faisabilité ont aussi été réalisées ou sont en cours de réalisation au Colorado, au Missouri et à Dubaï.

IMAGINÉ PAR ELON MUSK

Inspiré des systèmes de messagerie pneumatiques qui acheminaient naguère documents et colis dans les entreprises, le système hyperloop a été imaginé par Elon Musk, grand patron de Tesla et de Space-X. 

L'idée: des tubes sous vide soutenus par des pylônes dans lesquels circuleraient des capsules filant jusqu'à 1200 km/h. Des moteurs à induction linéaires, similaires à ceux utilisés pour propulser les trains à lévitation magnétique, sont disposés à intervalle régulier dans les tubes pour accélérer les capsules contenant des passagers ou des marchandises. Un tel système permettrait de relier Toronto et Montréal, de centre-ville en centre-ville, en une trentaine de minutes. Elon Musk a décrit son invention comme le « cinquième mode de transport » après la voiture, l'avion, le bateau et le train.

ENTREPRISES EN COMPÉTITION

L'idée lancée par Elon Musk a été reprise au bond par une poignée d'entreprises qui se livrent aujourd'hui une féroce concurrence pour devenir la première société à implanter un système hyperloop. Du lot, Virgin Hyperloop One et Hyperloop Transportation Technologies, deux entreprises californiennes, sont celles qui disposent des capitaux les plus importants et sont les plus avancées. Virgin Hyperloop One est toutefois la seule à avoir fait des essais couronnés de succès sur son site de tests dans le désert du Nevada. L'entreprise, qui compte le flamboyant entrepreneur Richard Branson comme président du conseil d'administration, a près de 300 employés et a récolté 295 millions US auprès de divers investisseurs, dont Sherpa Capital (qui a investi dans Airbnb), GE Ventures et la Société nationale des chemins de fer français (SNCF). L'entreprise est dirigée par le Montréalais d'origine Rob Lloyd, qui était numéro deux du géant technologique Cisco avant de faire le saut.

- Avec Denis Lessard, La Presse




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer