Les trains du REM seront construits en Inde

La première premiere pelletée de terre pour souligner... (Photo David Boily, La Presse)

Agrandir

La première premiere pelletée de terre pour souligner le début des travaux de construction du Réseau express métropolitain (REM) a été donnée, jeudi après-midi.

Photo David Boily, La Presse

Les trains du Réseau express métropolitain (REM) de la Caisse de dépôt seront entièrement construits en Inde, confirme la gagnante de l'appel d'offres, Alstom Canada. Malgré tout, les deux tiers du contrat estimé à environ 2,8 milliard de dollars seront dépensés localement, assure-t-elle.

Les services du REM seront assurés par des voitures Metropolis d'Alstom, un produit déjà utilisé dans 25 villes à travers le monde, parfois de façon automatisée, parfois avec chauffeur. Ces trains proviendront d'une usine indienne déjà rompue à leur fabrication et les pièces nécessaires proviendront des fournisseurs habituels de l'usine, dans cette région.

Dès l'annonce de la sélection d'Alstom, le 8 février dernier, de multiples voix s'étaient fait entendre pour dénoncer la décision de la Caisse de ne pas imposer de seuil de contenu local à ce contrat.

Alstom répond que malgré tout, 67 % de l'ensemble des dépenses prévues au contrat seront réalisés au Québec. C'est que la construction des trains ne compte pour environ que 10 % (environ 280 millions). Sur l'ensemble du projet du REM, la part dédiée à la fabrication des trains est d'environ 2 % à 2,5 %. De 75 % à 80 % de la facture, selon les dernières estimations connues, doit être consacrée à la construction du réseau et des stations.

La gestion du projet, les essais dynamiques et les essais d'intégration des trains, la mise en service, l'exploitation et la maintenance seront réalisés par des employés québécois, fait-on valoir. S'y ajoutent des achats de pièces, de matériaux et de services de maintenance auprès de fournisseurs locaux pendant 30 ans.

Selon Alstom, le projet signifie la création d'environ 350 emplois pendant la phase de mise en service (2018-2022). Ce seront ensuite environ 250 emplois pour l'opération et la maintenance pendant les 30 années suivantes. Un centre de maintenance sera construit par Alstom. 

La construction des 212 voitures au Québec n'était «pas logique» pour Alstom Canada, selon son directeur général, Angelo Guercioni.

«Typiquement, on construit une voiture par jour de ce modèle-là. Ça veut donc dire qu'on aurait ouvert l'usine, fabriqué les voitures et commencé à se poser des questions sur sa pérennité en moins d'un an. Nous avons pris la décision de trouver une autre façon de maximiser le contenu local.»

Parmi les composantes du contrat qui ne proviendront pas non plus du Québec se trouvent la signalisation et les portes palières, qui séparent le quai des voies et ne s'ouvrent qu'à l'arrivée du train.

Les voitures Metropolis sont notamment utilisées à Barcelone, Lima, Shanghai, Amsterdam, Varsovie et Riyad. Dans ce dernier cas, elles sont entièrement automatisées, comme elles le seront à Montréal. Il sera néanmoins possible de les conduire manuellement, en cas de besoin.

Usine de Sorel-Tracy

À court terme, le choix de l'Inde ne menacera pas le sort de l'usine de Sorel-Tracy, qui s'est vu garantir ce matin du travail pour encore au moins deux ans.

Comme l'usine de La Pocatière de Bombardier Transport, les installations d'Alstom à Sorel-Tracy étaient menacées par la fin imminente du contrat de construction des voitures de métro Azur, dont elle fabrique les bogies. 

«Le REM n'allait pas aider Sorel-Tracy de toute façon, puisque la construction va débuter en 2020 alors que les voitures Azur vont être terminées cette année», a rappelé M. Guercioni.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer