La cible des livraisons des C Series compromise pour 2017?

Bombardier a déjà livré 19 appareils C Series... (Photo Alain Roberge, Archives La Presse)

Agrandir

Bombardier a déjà livré 19 appareils C Series à ses clients, dont 12 appareils en 2017.

Photo Alain Roberge, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Arsenault
La Presse Canadienne
Montréal

L'objectif de Bombardier de livrer environ 30 appareils C Series cette année pourrait bien être compromis parce que l'avionneur ne reçoit pas suffisamment de moteurs pour son nouvel avion commercial.

La multinationale québécoise a indiqué mardi qu'elle procédait à une évaluation du dossier et qu'elle fournirait plus de précisions la semaine prochaine, à l'occasion du dévoilement de ses résultats du troisième trimestre.

«Bombardier travaille en étroite collaboration avec Pratt & Whitney (le fabricant des moteurs) afin d'évaluer et limiter les impacts potentiels pour ses clients», a indiqué par courriel une porte-parole, Nathalie Siphengphet.

Plus tôt, United Technologies (UTC) avait expliqué aux analystes que sa filiale Pratt & Whitney avait dû retarder des livraisons à Bombardier et Airbus afin d'offrir des moteurs de rechange aux compagnies aériennes qui exploitent des C Series ainsi que des A320 neo.

Ce problème est lié à des retards dans la fabrication d'une pièce essentielle du moteur - les soufflantes. Bombardier a jusqu'ici livré 19 appareils C Series à ses clients, dont 12 appareils en 2017.

«Il est déplorable que nous n'ayons pas été en mesure de respecter nos engagements à l'endroit d'Airbus, de Boeing et de Bombardier, mais ils comprennent qu'il est nécessaire que les compagnies aériennes puissent continuer à faire voler leurs avions et je crois que nous avons pris la meilleure décision d'affaires à long terme», a dit le président et chef de la direction d'UTC, Gregory Hayes, au cours d'une conférence téléphonique.

L'an dernier, des ratés au chapitre de la cadence de production chez Pratt & Whitney avaient forcé Bombardier à réduire de moitié - de 15 à sept - ses livraisons de sa nouvelle famille d'avions commerciaux.

UTC affirme que sa filiale a livré 120 moteurs au cours du troisième trimestre, ce qui devrait lui permettre de respecter son objectif oscillant entre 350 à 400 moteurs pour l'année financière en cours.

Pratt & Whitney a inscrit une charge de 196 millions $ US au troisième trimestre liée à ses problèmes de cadence.

Entre-temps, UTC a estimé que la prise de participation majoritaire d'Airbus dans le programme de la C Series constitue une bonne nouvelle car elle vient valider la performance des moteurs de Pratt & Whitney. Autrement, le géant européen n'aurait pas conclu de partenariat avec Bombardier, a estimé M. Hayes.

Celui-ci a ajouté que les différentes filiales d'United Technologies fournissaient entre 34 et 35 % du contenu de la C Series.

«C'est un gros investissement à l'égard de cet avion et nous voulons que (le programme) soit un succès», a dit M. Haynes.

Sans dépenser un seul sou, le géant européen Airbus devient l'actionnaire majoritaire du programme de la CSeries. La part de Bombardier sera de 31 %, alors que celle de l'État québécois - qui a injecté 1 milliard $ US en 2015 - recule à 19 %.

En après-midi, à la Bourse de Toronto, le titre de Bombardier se négociait à 2,90 $, en hausse de sept cents, ou 2,47 %.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer