Industrie aéronautique: Bombardier serait vendeuse

Les avions régionaux CRJ de Bombardier sont assemblés à... (Photo Patrick Doyle, archives Bloomberg)

Agrandir

Les avions régionaux CRJ de Bombardier sont assemblés à Mirabel, en banlieue de Montréal, dans la même usine que les nouveaux C Series.

Photo Patrick Doyle, archives Bloomberg

Mise sous pression par les faibles ventes des avions C Series et la dispute commerciale que lui livre Boeing aux États-Unis, Bombardier songerait à vendre certains actifs, dont ses avions régionaux CRJ, assemblés à Mirabel, et les avions à turbopropulseurs Q400.

Selon l'agence Bloomberg, Bombardier est à la recherche d'investisseurs dans ses activités aéronautiques et serait prête à se défaire de certaines activités. Le géant européen Airbus serait l'un des acheteurs intéressés.

Ce ne serait pas la première fois que Bombardier et Airbus discutent affaires. Les deux entreprises avaient entamé des négociations sérieuses, à l'automne 2015, en vue d'un investissement d'Airbus dans le programme C Series. Celles-ci avaient achoppé quand elles étaient devenues publiques. Selon les informations recueillies à ce moment-là, Airbus exigeait une participation majoritaire.

Après cet échec, Bombardier s'était tournée vers le gouvernement du Québec, qui a finalement investi 1 milliard US en échange de 49,5 % du programme C Series.

Cette fois, Bombardier serait plutôt intéressée à céder des portions ou la totalité de ses deux autres grandes familles d'avions commerciaux.

Les avions turbopropulsés Q400, assemblés dans la région de Toronto, rivalisent principalement avec ceux conçus par ATR, une entreprise dont Airbus est actionnaire. C'est d'ailleurs ce qui fait douter certains experts interrogés par l'agence Reuters de la possibilité qu'Airbus soit impliquée. ATR contrôle déjà environ 75 % du marché, et l'acquisition du Q400 attirerait inévitablement la curiosité des autorités de surveillance.

Quant aux avions régionaux CRJ, ils ont pour principaux concurrents ceux conçus par la brésilienne Embraer. Ils sont assemblés à Mirabel, en banlieue de Montréal, dans la même usine que les nouveaux C Series.

Deux gammes négligées

Dans une rencontre avec les journalistes tenue dans cette usine, le mois dernier, Bombardier avait reconnu que ces deux gammes avaient été négligées au cours des dernières années, en raison des efforts consentis à la C Series. Elle avait du même souffle annoncé vouloir corriger la situation en dévoilant un nouvel aménagement intérieur pour les avion CRJ et une nouvelle configuration à 90 places pour les avions Q400, entre autres.

Les droits compensatoires et antidumping de près de 300 % décrétés au cours des derniers jours par le département américain du Commerce, même s'ils restent théoriques pour l'instant, contribuent à accentuer la pression sur les liquidités de Bombardier. Les commandes d'avions de la C Series sont espacées et la plus importante d'entre elles, celle pour 75 avions CS 100 à Delta, est remise en doute par cette décision. Le premier de ces avions doit être livré en avril 2018.

LES AVIONS COMMERCIAUX DE BOMBARDIER EN 2016

GAMME / COMMANDES* / LIVRAISONS

C Series / 353 / 7

CRJ / 52 / 46

Q400 / 31 / 33

*Commandes fermes au 31 décembre 2016

SOURCE : RAPPORT FINANCIER 2016 DE BOMBARDIER




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer